Haut de la page
Toutes les notions

Caractéristiques

Les obligations comportent plusieurs caractéristiques que vous devez connaître. Elles rentrent toutes en ligne de compte lorsqu'il s'agit d'établir la valeur d'une obligation et de déterminer dans quelle mesure le titre convient à votre portefeuille.

Valeur nominale/Pair

La valeur nominale (également appelée pair, capital ou principal) correspond au montant qui sera remboursé au détenteur lorsque l'obligation arrivera à échéance. Les nouvelles obligations se vendent habituellement au pair. La valeur nominale des obligations de sociétés est normalement de 1 000 $, mais ce montant peut être nettement supérieur dans le cas des obligations d'État.

De nombreuses personnes sont déconcertées par le fait que la valeur nominale ne correspond pas au cours de l'obligation. En effet, le cours d'une obligation fluctue de l'émission à l'échéance sous l'influence de plusieurs variables (nous en reparlerons plus tard). Lorsque le cours est supérieur à la valeur nominale, on dit que l'obligation se négocie au-dessus du pair, ou à prime. Lorsqu'il est inférieur à la valeur nominale, on dit que l'obligation se vend au-dessous du pair ou à escompte.

Coupon (taux d'intérêt nominal)

Le coupon correspond au montant que recevra le détenteur d'une obligation sous forme de versements d'intérêt. Les certificats d'obligation comportent parfois des coupons détachables que les porteurs remettent en échange des intérêts, d'où le terme de «  coupon ». Cette formule a toutefois tendance à disparaître. De nos jours, les certificats se résument habituellement à des inscriptions dans un registre électronique.

Comme nous l'avons déjà mentionné, les intérêts sur les obligations sont généralement versés tous les six mois, mais ils peuvent néanmoins être payés selon une périodicité mensuelle, trimestrielle ou annuelle. Le coupon est exprimé en pourcentage de la valeur nominale. Ainsi, le détenteur d'une obligation dont le taux d'intérêt nominal est de 10 % et la valeur nominale de 1 000 $ recevra 100 $ d'intérêts par an. Lorsque le taux correspond à un pourcentage fixe de la valeur nominale, on parle d'obligation à taux fixe.

Certaines obligations émises sur le marché comportent un calendrier qui précise le taux d'intérêt payable à chaque année, jusqu'à l'échéance. Un exemple de ce type d'obligation est le «  STEP-UP », lequel est une obligation dont le rendement progresse avec le temps, sur une période déterminée. Ce produit peut, après une première année de détention, être revendu sur le marché secondaire, bien que le marché secondaire pour ce type de produit peut s'avérer restreint. Il est également rachetable au gré de l'émetteur, lequel s'effectue toujours au pair et inclut les intérêts courus.

L'achat d'une nouvelle émission « STEP-UP » s'effectue sans frais de commission. Vous trouverez ci-dessous un exemple d'une émission « STEP-UP » offerte chez Desjardins Courtage en ligne.

Exemple d'obligation «  STEP-UP »

ÉMETTEUR : Province de la Nouvelle-Écosse,
4,35 % S/A, 23 Décembre 2004, renouvelable le 23 Décembre 2013
COTE DE CRÉDIT : S&P : A-; DBRS : A (faible)
PREMIER RAPPEL : 23 Décembre 2004
RACHETABLE: Semi-annuellement
PRIX AU CLIENT : 100,00 $
RENDEMENT AU PREMIER RAPPEL : 4,35 % S/A
RENDEMENT À L'ÉCHÉANCE : 5,23 % S/A
COUPON :
23 Décembre 2003 au 23 Décembre 2004 : 4,35 %
23 Décembre 2004 au 23 Décembre 2005 : 4,45 %
23 Décembre 2005 au 23 Décembre 2006 : 4,55 %
23 Décembre 2006 au 23 Décembre 2007 : 4,75 %
23 Décembre 2007 au 23 Décembre 2008 : 4,90 %
23 Décembre 2008 au 23 Décembre 2009 : 5,10 %
23 Décembre 2009 au 23 Décembre 2010 : 5,30 %
23 Décembre 2010 au 23 Décembre 2011 : 6,00 %
23 Décembre 2011 au 23 Décembre 2012 : 6,75 %
23 Décembre 2012 au 23 Décembre 2013 : 7,50 %

Il existe également des obligations dites à taux variable, dont les versements d'intérêt sont ajustables. Dans ce cas, le taux d'intérêt est lié aux taux pratiqués sur le marché, par l'intermédiaire d'un indice tel que le taux des bons du Trésor.

En toute logique, les investisseurs sont prêts à payer davantage pour acquérir une obligation assortie d'un taux d'intérêt nominal élevé. Et dans des conditions semblables, plus le taux d'intérêt est faible, plus le cours d'une obligation fluctue.

Échéance

La date d'échéance correspond à la date à laquelle sera remboursé le capital de l'investisseur. Les échéances varient considérablement, puisqu'elles vont d'un jour à 30 ans. Certaines obligations d'une durée de 100 ans ont même déjà été émises!

Une obligation qui arrive à échéance dans un an est beaucoup plus prévisible et par conséquent moins risquée qu'une obligation d'une durée de 20 ans. Par conséquent, en règle générale, plus le temps à courir jusqu'à l'échéance est long, plus le taux d'intérêt est élevé. De même, dans des conditions semblables, les obligations à long terme fluctuent davantage que les obligations à court terme.

Émetteur

L'émetteur est un facteur de première importance, car c'est essentiellement sa stabilité qui garantit que vous serez remboursé. Par exemple, le gouvernement des États-Unis est un émetteur nettement plus sûr que n'importe quelle société. Son risque de crédit - le risque qu'il ne rembourse pas ses dettes - est minime. Il est d'ailleurs tellement faible que les titres du gouvernement des États-Unis sont considérés comme des placements ne comportant aucun risque. En effet, un gouvernement sera toujours en mesure de générer des recettes en percevant des impôts. Une société, par contre, doit continuer à générer des bénéfices, ce qui est loin d'être garanti. Les sociétés doivent donc offrir un rendement plus élevé aux investisseurs pour les attirer - c'est le principe de l'équilibre entre le risque et le rendement mis en pratique.

Le système de notation des obligations aide les investisseurs à discerner le risque de crédit d'une société. La cote d'une obligation est un peu comme un bulletin de notes évaluant le crédit de la société émettrice. Les titres des sociétés de premier ordre, qui constituent des placements plus sûrs, reçoivent une note élevée, tandis que les obligations des sociétés risquées ont une note basse. Le tableau ci-dessous présente les différentes échelles de notation des principales agences de cotation des titres : Moodys, Standard & Poor's (« S&P ») et Dominion Bond Rating Service (« DBRS ») ATTENTION - Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. :

Notation des obligations Risque
Moody's S&P DBRS
Aaa AAA AAA Première qualité
Aa AA AA Qualité supérieure
A A A Bonne qualité
Baa BBB BBB Qualité moyenne
Ba, B BB, B BB, B Qualité médiocre (« pacotille »)
Caa, Ca, C CCC, CC, C CCC, CC, C Titre hautement spéculatif
C D D Titre en défaut

Vous remarquerez qu'au-dessous d'une certaine note de crédit, les obligations changent de catégorie et ne sont plus considérées comme des titres ayant la qualité d'un placement, mais comme des obligations de pacotille. Cette catégorie regroupe les titres de créance de sociétés en proie à toutes sortes de difficultés financières. Ces obligations sont tellement risquées qu'elles doivent offrir des rendements nettement plus élevés que ceux des autres titres de créance. Ce qui nous amène à un point important : les obligations ne sont pas automatiquement plus sûres que les actions. Certaines sont tout aussi risquées, voire plus, que les actions.