Haut de la page
Toutes les notions

Le placement axé sur la croissance à un prix raisonnable

Avez-vous maintenant l'impression de bien saisir les principes du placement axé sur la valeur et du placement axé sur la croissance? Si vous êtes à l'aise avec ces deux méthodes de sélection des actions, vous êtes prêt à apprendre un nouveau système de sélection hybride. Dans la présente section, nous examinerons la croissance à un prix raisonnable (CPR).

Qu'est-ce que la CPR?

La stratégie CPR combine le placement axé sur la valeur et le placement axé sur la croissance : elle consiste à rechercher des entreprises qui sont relativement sous évaluées et qui ont un solide potentiel de croissance durable. Les critères que les adeptes de la CPR appliquent aux entreprises sont exactement à mi-chemin entre ceux des investisseurs axés sur la valeur et des investisseurs axés sur la croissance. Le diagramme ci-dessous illustre comment les niveaux de prix et de croissance de la CPR se comparent à ceux du placement axé sur la valeur et du placement axé sur la croissance :

Ce que la CPR n'est PAS

Comme la CPR emprunte des principes aux méthodes de placement axées sur la valeur et la croissance, ce style de placement continue de susciter des interprétations erronées. Les critiques de la CPR allèguent que celle-ci est une méthode floue et indécise, qui ne fournit aucun critère utile pour faciliter la sélection des actions. Or, l'approche CPR ne vise pas à déterminer si une action est un placement valable. Comme la plupart des méthodes respectables, elle a pour but de trouver des entreprises qui possèdent des caractéristiques très précises.

Une autre idée fausse est que les investisseurs CPR se contentent de constituer un portefeuille composé à parts égales d'actions de valeur et d'actions de croissance. Encore une fois, cela n'est pas le cas : étant donné que chaque titre sélectionné doit remplir une série de critères rigoureux, les adeptes de la CPR repèrent chaque titre individuellement, en sélectionnant ceux qui ne possèdent pas uniquement des caractéristiques des actions de valeur ou des actions de croissance, mais qui combinent les deux.

Qui applique la stratégie de la CPR?

L'un des plus grands partisans de la CPR est Peter Lynch, dont nous avons déjà abordé la philosophie dans la section sur l'analyse qualitative. Lynch a écrit plusieurs ouvrages populaires, notamment One Up on Wall Street et Learn to Earn. À la fin des années 1990 et au début des années 2000, il était la vedette des publicités de Fidelity Investments. Beaucoup de personnes considèrent Lynch comme le meilleur gestionnaire de fonds du monde, en partie à cause du rendement annuel moyen de 29 % qu'il a obtenu pendant 13 ans, entre 1977 et 1990. (Pour en savoir davantage sur Peter Lynch, consultez cette description.)

Les caractéristiques hybrides

À l'instar des investisseurs axés sur la croissance, les adeptes de la CPR s'intéressent aux perspectives de croissance des entreprises : ils aiment voir des bénéfices antérieurs positifs et des données positives dans les projections de bénéfices. À la différence de leurs confrères axés sur la croissance, toutefois, les estimations prévoyant une très forte croissance, comme celles de l'ordre de 25 à 50 %, les rendent très sceptiques. Selon eux, les sociétés qui affichent de telles statistiques sont trop risquées ou trop imprévisibles. Un taux de croissance plus réaliste des bénéfices doit se situer quelque part entre 10 % et 20 %.

Un autre élément que les partisans de la CPR et les investisseurs axés sur la croissance partagent est l'attention portée au rendement des capitaux propres. Pour les deux types d'investisseurs, un rendement des capitaux propres croissant et élevé par rapport à celui du secteur d'activité dénote une entreprise de qualité supérieure.

Les adeptes de la CPR et les investisseurs axés sur la croissance utilisent tous les deux d'autres mesures pour déterminer le potentiel de croissance. Ils diffèrent cependant d'opinion en ce qui concerne la valeur idéale de ces mesures et ils n'ont pas les mêmes préférences quant aux caractéristiques qu'une société doit posséder. Par exemple, de nombreux partisans de la CPR attachent de l'importance à des flux monétaires positifs ou, dans certains cas, à un mouvement à la hausse des bénéfices.

Plusieurs autres critères étant disponibles pour évaluer la croissance, les adeptes de la CPR peuvent adapter leur système de sélection des actions en fonction de leur style personnel. L'exercice de ses préférences personnelles est une partie intégrante de la CPR. Si vous utilisez cette stratégie, vous devez analyser les entreprises en tenant compte de leur contexte particulier (comme vous le feriez si vous favorisiez la méthode de placement axée sur la croissance). Comme il n'y a pas de formule magique pour confirmer les perspectives de croissance, les investisseurs doivent se fier à leur propre interprétation du rendement de la société et des conditions d'exploitation.

On peut difficilement traiter d'une stratégie de sélection des actions sans mentionner l'utilisation qu'elle fait du ratio C/B. Bien que les partisans de la CPR recherchent des ratios C/B plus élevés que les investisseurs axés sur la valeur, ils se méfient des ratios C/B élevés que favorisent les investisseurs axés sur la croissance. Alors que l'investisseur axé sur la croissance peut placer son argent dans une société dont le cours est de 50 à 60 fois son bénéfice, l'investisseur qui applique la méthode CPR considère que ce type de placement coûte trop cher pour l'incertitude qu'il comporte. Il préfère sélectionner des entreprises dont le ratio C/B est de 15 à 25 - cela est une approximation et non une règle inflexible que les adeptes de la CPR suivraient sans tenir compte du contexte de l'entreprise.

En plusde favoriser un ratio C/B plus bas, les partisans de la CPR partagent l'attirance des investisseurs axés sur la valeur pour un bas ratio cours/valeur comptable (C/VC), plus précisément un ratio C/VC inférieur à celui du secteur d'activité. Les ratios C/B et C/VC à un bas niveau sont les deux principaux critères où la CPR ressemble au placement axé sur la valeur. Ces deux méthodes peuvent employer d'autres critères semblables ou différents, mais l'idée essentielle est que les adeptes de la CPR se préoccupent des évaluations courantes.

Que disent les chiffres?

Maintenant que nous savons en quoi la CPR consiste, explorons certains des chiffres que les adeptes de cette stratégie recherchent chez les entreprises.

Le ratio cours-bénéfice/croissance (CBC)

Pour les investisseurs utilisant la méthode CPR, le ratio CBC est peut-être la mesure la plus importante, car elle permet essentiellement d'évaluer si la relation entre le potentiel de croissance d'une action et sa valeur est équilibrée.

Les adeptes de la CPR exigent un ratio CBC qui ne dépasse pas 1 et qui se situe plus près de 0,5 dans la plupart des cas. Lorsque le ratio CBC est inférieur à 1, cela signifie que, pour l'instant, le prix de l'action est inférieur à ce qu'il devrait être, compte tenu de la croissance du bénéfice. Selon la méthode CPR, les titres dont le ratio CBC est inférieur à 1 sont sous-évalués et nécessitent une analyse plus approfondie.

Le ratio CBC à l'oeuvre

Supposons que le titre du Conglomérat TSJ Sports, société fictive, se négocie à 19 fois le bénéfice (ratio C/B = 19) et que le bénéfice croît au taux de 30 %. Avec ces données, vous pouvez calculer que le ratio CBC de TSJ est de 0,63 (19/30 = 0,63), ce qui est plutôt bien selon les normes de la CPR.

Comparons maintenant TSJ à Tequila Cory inc. (TCI), dont le cours s'établit à 11 fois le bénéfice (C/B = 11) et dont le taux de croissance du bénéfice atteint 20 %. Le ratio CBC de TCI s'élève donc à 0,55. L'adepte de la CPR serait intéressé par TSJ, mais Tequila Cory inc. lui apparaîtrait encore plus attrayant. Même si TCI a une croissance plus lente que TSJ, son prix est plus avantageux, compte tenu de son potentiel de croissance. En d'autres mots, TCI croît plus lentement, mais la croissance plus rapide de TSJ entraîne un prix excessif. Comme vous pouvez le constater, le partisan de la CPR recherche une croissance solide, mais s'attend également à ce que cette croissance soit évaluée à un prix raisonnable. Le nom CPR a donc du sens!

La CPR à l'oeuvre

Étant donné que la stratégie CPR repose sur des principes tirés du placement axé sur la valeur et du placement axé sur la croissance, le rendement qu'elle génère pendant certaines phases du marché diffèrent souvent du rendement que les investisseurs axés strictement sur la valeur ou la croissance obtiennent alors. Dans un marché fortement haussier, par exemple, le rendement que procure la stratégie axée sur la croissance est souvent imbattable : durant le boom Internet, du milieu à la fin des années 1990, ni l'investisseur axé sur la valeur ni le partisan de la CPR ne pouvaient le concurrencer. Lorsque le marché effectue un repli, toutefois, l'investisseur qui applique la stratégie CPR risque moins d'en subir le contrecoup que l'investisseur axé sur la croissance.

Non seulement la stratégie CPR combine les critères du placement axé sur la valeur et du placement axé sur la croissance, mais elle procure le type de rendement associé à chacune de ces méthodes : l'investisseur axé sur la valeur se tire mieux d'affaires lorsque le marché est baissier; l'investisseur axé sur la croissance obtient un rendement exceptionnel durant les marchés fortement à la hausse; et l'adepte de la CPR est récompensé par un rendement plus régulier et plus prévisible.

Conclusion

La CPR peut sembler être la stratégie parfaite, mais cela n'est pas si facile de combiner le placement axé sur la valeur et le placement axé sur la croissance. Si vous ne maîtrisez pas les deux stratégies, vous risquez d'acheter des actions médiocres plutôt que les actions conformes à la CPR. Pourtant, comme nombre d'investisseurs remarquables tels que Peter Lynch lui-même l'ont prouvé, les rendements obtenus justifient amplement le temps qu'exige l'apprentissage des techniques CPR.

Voir aussi

« La croissance à juste prix »