Haut de la page
Toutes les notions

Stratégie REER – Cotisez tôt; cotisez le maximum

Deux personnes investiront chacune un total de 45 000 $ dans leur REER. La première verse 1 500 $ par année dès l'âge de 25 ans et le fera pendant 30 ans. L'autre attend le début de la quarantaine et cotise 3 000 $ par an pendant 15 ans.

Comme vous le voyez, la première touchera bien plus que la seconde à 55 ans.

Cotisation annuelleInvestissement totalValeur à 55 ans
1 500 $ par an, de 25 à 55 ans 45 000 $ 129 562 $
3 000 $ par an, de 40 à 55 ans 45 000 $ 72 547 $
(Notre exemple suppose un rendement annuel de 6,50 %.)

Le principe du REER est simple : il fait jouer le temps en votre faveur. L'épargne fructifie à l'abri de l'impôt, ce qui maximise son rendement. Plus l'argent reste longtemps protégé du fisc, plus le capital de retraite devient intéressant. C'est pourquoi il est important de commencer à cotiser tôt dans la vie.

Évidemment, il n'est pas toujours facile pour les diplômés qui entrent sur le marché du travail ou pour les ménages qui ont de jeunes enfants d'investir en prévision de leur retraite, qui paraît lointaine, du reste. Mais l'important c'est de commencer et de cotiser le maximum, quel que soit le montant que vous versez. Sachez que plus votre cotisation est faite tôt dans l'année, plus elle est profitable. Souvenez-vous: le temps est votre allié!

Cotisez le maximum

La loi vous autorise, pour une année d'imposition, à cotiser généralement 18 % du revenu que vous avez gagné l'année précédente. Efforcez-vous, dans la mesure du possible, de toujours cotiser le maximum.

Si, au cours d'années antérieures, vous n'avez pas cotisé le maximum déductible, vous avez alors des droits de cotisation inutilisés que vous pouvez faire valoir - une possibilité à considérer en cas de rentrée d'argent inattendue. Vous pouvez même emprunter pour vous prévaloir pleinement de ces droits inutilisés.

Cotisez par versements périodiques

Pour investir chaque année une somme significative dans votre REER sans grever votre budget, le secret est de cotiser tout au long de l'année. Ainsi, vous évitez la cohue de février...

Et vous profitez d'une plus longue période de capitalisation à l'abri de l'impôt, puisque vos cotisations commencent à rapporter dès le jour où elles sont effectuées.

Optez pour la formule d'investissement par versements périodiques, prélevés directement sur votre compte. Vous verrez : quelques dollars par semaine ou par mois finissent par représenter un capital respectable. Il suffit d'autoriser votre caisse à prélever sur l'un de vos comptes le montant que vous aurez fixé. Vous choisissez aussi la fréquence. En tout temps, vous pouvez modifier le montant et la fréquence de votre virement.

Voici ce que pourraient vous rapporter vos versements périodiques:

Cotisation hebdomadaire de 10 $
TempsCapital investiValeur du REER
Après 10 ans 5 200 $ 7 239 $
Après 20 ans 10 400 $ 20 797 $
Après 30 ans 15 600 $ 46 193 $
Cotisation hebdomadaire de 50 $
TempsCapital investiValeur du REER
Après 10 ans 26 000 $ 36 193 $
Après 20 ans 52 000 $ 103 985 $
Après 30 ans 78 000 $ 230 966 $

Ces exemples supposent un investissement REER au taux de 6,5 % par année.

Tirez profit des droits de cotisation inutilisés

Si, pour une année d'imposition donnée, votre cotisation au REER n'atteint pas le maximum déductible (généralement, 18 % de votre revenu de l'année précédente), vous avez alors des droits de cotisation inutilisés dont vous pouvez vous prévaloir au cours des années qui suivent.

Exemple: votre cotisation maximale pour une année atteint 10 000 $, mais vous ne versez que 2 000 $ dans votre REER. Vous pourriez vous prévaloir du solde inutilisé de 8 000 $ pour majorer d'autant votre cotisation de l'année suivante et la porter à 18 000 $ (en supposant que votre revenu soit demeuré stable).

Autrement dit, en vous prévalant de vos droits de cotisation inutilisés, vous pouvez dépasser le maximum annuel permis, actuellement de 16 500 $.

Les renseignements sur vos droits de cotisation inutilisés apparaissent sur l'État du maximum déductible au titre des REER expédié chaque année par Revenu Canada.

Il peut être intéressant pour vous lorsque vous bénéficiez d'une rentrée d'argent inattendue (héritage, gain à la loterie, boni de rémunération ou autres) d'utiliser cette somme pour augmenter votre cotisation au REER en faisant valoir vos droits de cotisation inutilisés, quitte à les déduire sur plusieurs années. Vous pouvez même, dans certains cas, emprunter pour vous prévaloir pleinement de ces droits inutilisés.

Cotisations excédentaires

En plus, la loi vous permet de faire des cotisations excédentaires allant jusqu'à 2 000 $, sans pénalité. Le montant de cet excédent ne peut cependant pas être déduit de votre revenu imposable pour l'année en cours. Il peut l'être pour les années subséquentes.

Empruntez pour investir dans un REER

Il est parfois avantageux d'emprunter pour cotiser à son REER.

Prenons un exemple. Votre revenu imposable est de 50 000 $. Vous voulez cotiser 2 000 $ à votre REER cette année. Que se passe-t-il si vous empruntez 8 000 $ pour porter votre cotisation à 10 000 $ (dans la mesure où cette cotisation respecte les limites légales)? Supposons qu'il s'agit d'un prêt de 5 ans, au taux de 7,20 %. Les barèmes d'imposition sont ceux de 2007.

Vous recevrez alors un remboursement d'impôt de 3 837 $ que vous utiliserez pour remettre immédiatement une partie du prêt, réduisant le solde à 4 163 $ (8 000 $ - 3 837 $). Ensuite, vous aurez cinq ans pour acquitter ce solde qui, à l'échéance, vous aura coûté 5 020 $*, incluant les intérêts.

Le tableau qui suit compare l'évolution d'une cotisation de 2 000 $ et celle d'une cotisation de 10 000 $ en supposant un rendement annuel de 7 %.

TempsValeur de la cotisation de 2 000 $Valeur de la cotisation de 10 000 $
Après 10 ans 3 934 $ 19 672 $
Après 15 ans 5 518 $ 27 590 $

* Le remboursement du prêt est calculé sur une période d'amortissement de 5 ans, avec des remboursements effectués hebdomadairement au taux de 7,20 %, en considérant que l'économie d'impôt est utilisée pour réduire le prêt après un délai de 8 semaines - délai entre la cotisation effectuée à la fin du mois de février et la date approximative de la réception du remboursement d'impôt.