Haut de la page
Toutes les notions

Options d'achat en jeu, à parité ou hors-jeu ?

Acheter des options d'achat est généralement la première stratégie que les investisseurs novices sur le marché des options utilisent. Cette stratégie simple et facile à comprendre peut être très lucrative à cause de l'effet de levier, tout en limitant le risque à la prime de l'option. Cependant, elle peut être source de frustrations si un investisseur ne fait pas attention à certains facteurs.

L'achat d'options d'achat, rappelons-le, est une stratégie haussière et peut être utilisée comme une solution de rechange à l'achat de l'action elle-même. En investissant une fraction du montant nécessaire à l'achat de l'action sous-jacente, un investisseur bénéficie de l'effet de levier si sa prévision haussière se réalise. L'objectif de l'acheteur d'options d'achat est donc de maximiser le rendement de son investissement.

Avant d'effectuer tout achat, un investisseur doit déterminer : le montant à investir, le prix cible de l'action sous-jacente et l'horizon temporel à l'intérieur duquel il pense que l'action atteindra son prix cible.

Le montant à investir dépend évidemment de la taille du portefeuille de l'investisseur et de sa tolérance au risque. La prudence quant au montant à investir est de mise à cause de l'effet de levier qui peut être à double tranchant : il augmente substantiellement le rendement, mais aussi les pertes.

Selon le prix qu'il vise pour l'action sous-jacente, l'investisseur doit se demander quelle option choisir parmi les différents prix de levée offerts : en jeu, à parité ou hors-jeu. Les options hors-jeu peuvent sembler intéressantes parce qu'elles sont moins chères. Mais, rappelez-vous, il y a une raison pour cela : la probabilité que ces dernières soient rentables à l'expiration est inférieure à celle des options en jeu ou à parité. Il n'y a pas de meilleur choix; le choix d'un prix de levée est étroitement lié au prix cible.

Prenons un exemple pour illustrer cela. Le 25 octobre 2004, EnCana se négocie à 59,95 $. Un investisseur haussier qui considère l'achat d'options d'achat peut choisir parmi les séries suivantes :

  • Option d'achat ECA décembre 57,50 $ : 3,70 $ (en jeu)
  • Option d'achat ECA décembre 60,00 $ : 2,15 $ (parité)
  • Option d'achat ECA décembre 62,50 $ : 1,15 $ (hors-jeu)

Laquelle de ces options donnera le meilleur rendement ?

Si le prix cible d'EnCana pour le mois de décembre est de 65,00 $ et que ce prix est atteint à l'expiration, l'option à parité sera le meilleur choix avec un rendement de 133 % comparativement à 103 % pour les options en jeu et à 117 % pour celles qui sont hors-jeu.

Par contre, pour un prix cible de 63,00 $, l'option en jeu devient lemeilleur choix avec un rendement de 49 % comparé à 40 % et -57 % pour les options à parité et hors-jeu. Finalement, si le prix cible est beaucoup plus élevé, comme dans notre exemple où EnCana a clôturé à 68,10 $ à l'expiration des options, l'option hors-jeu devient la plus intéressante avec un rendement de 387 % comparé à 277 % et 186 % pour les options à parité et en jeu.

Quelle conclusion doit-on en tirer ?

Les options hors-jeu réussissent mieux avec une hausse substantielle du prix du sous-jacent; par contre, si vous vous attendez à une hausse plus modeste, les options en jeu ou à parité sont votre meilleur choix.

Il est important qu'un investisseur haussier ait une bonne idée au moment où l'action pourra atteindre son prix cible – ce qu'on appelle l'horizon temporel. Souvent, en achetant des options de courte durée, un investisseur peut avoir la désagréable surprise de voir l'action monter en flèche, mais juste après l'expiration des options d'achat qu'il détient. En achetant une échéance plus lointaine, l'investisseur met plus de chances de son côté et rien ne l'empêche de sortir de sa position plus tôt si ses objectifs sont atteints.

Finalement, un investisseur ne doit surtout pas négliger la volatilité implicite de l'option qu'il s'apprête à acheter, laquelle est reflétée dans la prime. Idéalement, on achète des options quand la volatilité implicite est basse et l'on en vend quand elle est relativement élevée. Acheter une option dont la volatilité implicite est trop élevée veut souvent dire qu'un investisseur paiera trop cher l'option en question. Et malgré une hausse du prix du sous-jacent, le prix d'une option d'achat peut diminuer à la suite d'une baisse de la volatilité implicite.

Source : Bourse de Montréal (MX) – Bulletin Nouvelles Options

N.B. Cet article a touché sommairement à certains concepts entourant l'établissement du prix des options. Pour en connaître davantage sur ce sujet, nous vous suggérons de consulter le document d'information sur les options publié par la Bourse de Montréal intitulé « Manuel de référence : Options sur actions » disponible sur www.m-x.ca.

**Les investisseurs doivent prendre connaissance du document d'information sur les risques rattachés à la négociation d'options.