Haut de la page

Un filet de sécurité pour l’investisseur

Au début juin, le S&P 500 et le S&P/TSX étaient en hausse de près de 15 %, et ce, malgré plusieurs événements survenus cette année, incluant les suivants :

  • Les États-Unis ont rompu les négociations avec la Chine en augmentant à 25 % les droits de douane punitifs sur des marchandises chinoises représentant quelque 200 milliards de dollars d’importations annuelles1;
  • Afin de réduire l’immigration clandestine en provenance du Mexique, Donald Trump a menacé d’imposer des tarifs douaniers de 5 % sur l’ensemble des produits mexicains importés2;
  • Le produit intérieur brut (PIB) au Canada a augmenté de 0,4 % au premier trimestre sur une base annualisée, une croissance bien inférieure aux attentes des analystes (+0,9 %)3;
  • L’indice manufacturier allemand demeure en deçà de la barre des 50, ce qui indique une contraction de l’activité économique4;
  • En février dernier, les exportations de la Chine ont chuté de plus de 20 %, un signal inquiétant pour la santé économique du géant asiatique5.

Ce que nous a appris le test du « gorille invisible »

Compte tenu des facteurs énumérés ci-dessus, comment peut-on expliquer une aussi bonne performance des indices de référence jusqu’ici en 2019? Avant de répondre à cette question, examinons les résultats d’une expérience fort intéressante réalisée par Christopher Chabris et Daniel Simons, chercheurs en psychologie cognitive à l’Université Harvard6.

Ces derniers ont demandé à des participants de regarder une vidéo montrant des personnes en train de jouer au basketball et leur ont donné une instruction bien précise : compter le nombre de passes effectuées entre les joueurs portant un chandail blanc. Bien que la majorité des sujets aient obtenu la bonne réponse, seulement la moitié d’entre eux ont noté la présence d’un individu déguisé en gorille qui a traversé la scène de droite à gauche en se frappant la poitrine avec ses poings!

Selon Chabris et Simons, le test du « gorille invisible » démontre que lorsque notre cerveau se concentre sur un certain type d’information, il a tendance à omettre d’autres renseignements pertinents pourtant tout à fait visibles, un processus appelé « attention sélective ». Dans le cas qui nous intéresse, nous suivons de près les agissements et les politiques de Donald Trump et portons une attention particulière aux données qui pointent vers un ralentissement économique global. Par contre, nous ne tenons pas compte de la raison pour laquelle les marchés boursiers sont fortement en hausse cette année, soit la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Un taux directeur bas favorise les actions

Consciente de la dégradation du contexte géopolitique et économique, la Fed a affirmé être prête à intervenir en abaissant le taux directeur, ce qui a rassuré la communauté financière. Selon l’outil d’analyse FedWatch Tool, au 7 juin, les investisseurs évaluaient à 35 % la probabilité que la Réserve fédérale américaine réduise le taux directeur à trois reprises pour le porter à 1,5 % d’ici la fin de l’année7, alors qu’il se situe actuellement à 2,5 %. Comme vous le savez, un environnement de taux d’intérêt plus bas permet notamment d’obtenir un taux hypothécaire plus avantageux, de stimuler les projets d’investissements et, surtout, de raviver l’appétit pour les actifs plus risqués comme les actions.

Aujourd’hui, les cycles économiques sont de plus en plus longs et les banques centrales y sont assurément pour beaucoup. Par exemple, le temps moyen entre deux récessions était de deux ans dans les années 1800, comparativement à huit ans au cours des 50 dernières années8. D’ailleurs, la dernière récession aux États-Unis remonte à plus de dix ans, alors qu’en Australie, un tel scénario n’a pas été vu depuis 28 ans! Nombre d’investisseurs sont donc persuadés que les banques centrales seront en mesure d’éviter une récession mondiale grâce à une politique monétaire accommodante, c’est-à-dire en diminuant les taux d’intérêt.

Après avoir obtenu d’excellents rendements depuis plus d’une décennie, il est normal de douter de la possibilité d’enregistrer d’aussi bonnes performances dans le futur. Rappelons-nous cependant qu’il ne faut jamais sous-estimer les banques centrales, le « filet de sécurité » par excellence pour l’investisseur!

Sources :

Agence France-Presse (2019). Canada : hausse du PIB de 0,4 % au 1er trimestre 2019. Les Affaires.com. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/general/canada-hausse-du-pib-de-04-au-1er-trimestre-2019/610647. Consulté en juin 2019.

Agence France-Presse (2019). Face à l’afflux de clandestins, Trump emploie les grands moyens contre le Mexique, le Journal de Montréal. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://www.journaldemontreal.com/2019/05/30/immigration-clandestine-washington-va-imposer-des-tarifs-douaniers-au-mexique. Consulté en juin 2019.

Chabris, C. et Simons, D. (1999). The Invisible Gorilla. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. http://www.theinvisiblegorilla.com/gorilla_experiment.html. Consulté en juin 2019. CME Group (2019). CME FedWatch Tool. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://www.cmegroup.com/trading/interest-rates/countdown-to-fomc.html. Consulté en juin 2019.

Ehret, L. et Girault, J. (2019). Chine : les exportations s’effondrent de 21 % en février, regain d’inquiétude sur l’économie. La Presse. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://www.lapresse.ca/affaires/economie/international/201903/08/01-5217503-chine-les-exportations-seffondrent-de-21-en-fevrier-regain-dinquietude-sur-leconomie.php. Consulté en juin 2019.

Ehret, L. et Ricci, S. (2019). La Chine réplique aux États-Unis avec des droits de douane punitifs. TVA Nouvelles. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://www.tvanouvelles.ca/2019/05/13/la-chine-va-augmenter-les-droits-de-douane-sur-60-g-de-produits-americains. Consulté en juin 2019.

Housel, M. (2019). Recessions: It’s Been A While. Collaborative Fund. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://www.collaborativefund.com/blog/its-been-a-while/. Consulté en juin 2019. Trading Economics. Germany Manufacturing PMI. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. https://tradingeconomics.com/germany/manufacturing-pmi. Consulté en juin 2019.

1Ehret et Ricci (2019)

2Agence France-Presse (2019)

3Agence France-Presse (2019)

4Trading Economics (2019)

5Ehret et Girault (2019)

6Chabris et Simons (1999)

7CME Group (2019)

8Housel (2019)

L'auteur

Michel Villa

Michel Villa

Conférencier, chroniqueur et formateur en bourse