Haut de la page

Et si vous deveniez votre meilleur allié à la Bourse?

Saviez-vous que plus de 80 % des Américains rêvent d'écrire un livre ?

À première vue, ce pourcentage semble élevé, mais il ne me surprend pas. En plus d'être un projet réalisable, la rédaction d'un livre répond à plusieurs besoins comme le désir de partager son vécu, de présenter un nouveau concept, d'établir sa crédibilité ou de laisser sa marque. En outre, l'idée de devenir un auteur à succès est très attrayante. Lorsqu'on pense à Stephen King ou à J.K. Rowling, on croit qu'il est possible de vendre des milliers d'exemplaires, de connaître la gloire médiatique et de mener la vie des gens riches et célèbres. Malheureusement, peu de personnes y parviennent.

D'une part, comme vous vous en doutez, un projet d'écriture est très exigeant et demande beaucoup d'efforts, de discipline et de motivation. D'autre part, en 2015, quelque 300 000 livres ont été publiés aux États-Unis et, selon Nielsen BookScan, seulement 200 d'entre eux ont été vendus à plus de 100 000 exemplaires, ce qui représente une probabilité de 0,07 % d'atteindre ce résultat. De plus, en 2004, une autre analyse effectuée par la même firme a révélé que seulement un livre sur cinq franchit le cap des 100 unités vendues !

Selon moi, à l'image du projet d'écrire un livre, plusieurs personnes rêvent de vivre de leurs investissements en négociant activement à la Bourse. Tout d'abord, les conditions nécessaires à l'entrée sont négligeables : il suffit d'avoir un ordinateur, un accès à Internet et un compte dans une firme de courtage à commissions réduites. De plus, l'initiation est simplifiée par des frais de transactions minimes et par un accès facile à de l'information financière et à une formation boursière de qualité.

Ces personnes aspirent notamment à l'indépendance financière, à la reconnaissance sociale et à la liberté d'organiser leur horaire à leur convenance. Toutefois, il est extrêmement ardu de réussir dans la négociation active. D'après l'excellent blogueur boursier Adam H. Grimes, un négociateur actif sérieux doit s'attendre à devoir traverser une période d'apprentissage d'au moins trois ans durant laquelle les hauts et les bas seront fréquents. En ce qui concerne la rentabilité d'un tel projet, une étude menée par Barber, Lee et Odean sur une période de 15 ans auprès de 360 000 négociateurs intraséance a révélé que seulement 13 % d'entre eux ont réussi à dégager un profit net, c'est-à-dire à cumuler une somme d'argent supérieure au coût total des frais d'exploitation.

«Le meilleur moyen de réaliser l'impossible, c'est de croire que c'est possible.»
Lewis Carroll, romancier, essayiste et photographe britannique

Pour réussir à la Bourse, il est donc essentiel d'avoir des attentes réalistes, de s'armer de patience et d'être prêt à travailler avec régularité et ténacité. Pour ce faire, je vous invite, dans un premier temps, à définir le pourquoi de votre projet, c'est-à-dire les raisons qui vous motivent. Bien que l'argent demeure une source de motivation valable pour investir à la Bourse, il est préférable d'opter pour des justifications sur lesquelles vous exercez un certain contrôle. Comme vous le savez, les profits peuvent tarder à venir. Voici quelques exemples de raisons valables :

  • Le désir d'apprendre;
  • La passion des marchés boursiers;
  • La volonté de se surpasser au quotidien;
  • Le défi intellectuel, mental et émotionnel que représente la négociation active.

Dans un deuxième temps, il est primordial d'y croire. Dès que le taux de succès est supérieur à zéro, tout est possible ! Il importe donc de faire fi des statistiques, des commentaires décourageants de votre entourage et du doute qui peut s'installer dans votre esprit. En effet, à la Bourse, votre meilleur allié pour vaincre l'incertitude, c'est vous !


Sources :

William Dietrich. The Writer's Odds of Success, Huffington Post, 3 avril 2013.

Brett N. Steenbarger. Trading Psychology 2.0 : From Best Practices to Best Processes, Wiley Trading, 2015.

Max Tucker. Why You Should Not Write A Book, Medium Corporation, 9 août 2016.

L'auteur

Michel Villa

Michel Villa

Conférencier, chroniqueur et formateur en bourse