Haut de la page

Cessez de vous fier aux autres

Commençons l’article par cette mise en situation.

Vous participez à un congrès sur l’investissement boursier, où vous avez l’occasion d’assister à une conférence donnée par un illustre analyste financier du secteur du cannabis qui a fait sa renommée en étant le premier à privilégier la détention de ce type d’actions dans un portefeuille.

Lors de sa présentation, il demeure très optimiste quant aux perspectives de rendement de cette industrie et il recommande fortement l’achat d’actions d’une société nouvellement inscrite en Bourse. Enthousiasmé par sa présentation, vous songez à suivre son conseil. Mais est-ce la bonne décision?

Bien sûr, la réponse est non. Selon moi, cette intention d’acheter n’est pas fondée sur une stratégie d’investissement éprouvée ou sur une recherche quantitative de qualité, mais plutôt sur le principe de « preuve sociale ». En effet, d’après le psychologue social Robert Cialdini, nous avons tendance à nous fier au comportement ou au point de vue des autres lorsque nous devons prendre une décision dans un contexte incertain. D’ailleurs, qui n’a jamais demandé l’avis d’un ami, d’un collègue de travail ou même d’un chauffeur de taxi sur le nouveau restaurant du quartier?

Il est essentiel que vous meniez votre propre analyse, car celle-ci vous permettra de parfaire vos connaissances et vos compétences, ainsi que de préserver votre indépendance intellectuelle. Pour y parvenir, je vous suggère cette règle de négociation active pour améliorer votre taux de succès et votre gestion du risque.

Acheter et conserver un instrument financier seulement s’il se négocie au-dessus de sa moyenne mobile simple sur 200 jours

Tout d’abord, la moyenne mobile simple est la somme des prix de clôture des X derniers jours pour la période désirée divisée par le nombre de jours utilisés (moyenne arithmétique). Selon votre horizon de placement, vous pouvez utiliser la moyenne mobile qui vous convient. En voici quelques exemples :

  • Court terme : 20 jours
  • Intermédiaire : 50 jours
  • Long terme : 200 jours

Ensuite, cet indicateur sert notamment de filtre pour déterminer la présence d’une tendance. Lorsque l’actif financier s’échange au-dessus de la moyenne mobile, on dit qu’il est en mode haussier tandis que dans le cas contraire, on dit qu’il est en mode baissier.

Par exemple, le S&P 500 a tendance à mieux performer lorsqu’il s’échange au-dessus de sa moyenne mobile simple sur 200 jours. D’après SentimenTrader, depuis 1928, l’indice de référence américain s’est négocié au-dessus de cet indicateur 67 % du temps et, dans cette condition, il a obtenu un rendement annualisé moyen de +11,1 %. Lorsqu’il s’est échangé en dessous de cette moyenne mobile (33 % du temps), son rendement annualisé moyen n’a été que de +0,2 %. Dans le même ordre d’idées, en analysant quelque huit millions de transactions survenues entre 1995 et 2007, Larry Connors et Cesar Alvarez, experts en négociation active, ont constaté que les actions dont la tendance était haussière à long terme ont généré une meilleure performance boursière sur cinq jours (+0,25 %) que celles dont la tendance était baissière à long terme (+0,18 %). En respectant ce principe, il vous est donc possible d’accroître votre taux de réussite.

Cette règle peut également vous permettre d’améliorer votre gestion du risque. Comme vous le savez, le cours d’une action peut s’effondrer et, dans certains cas, être nul. Alors, si vous détenez une action qui franchit à la baisse sa moyenne mobile simple sur 200 jours, le simple fait de la vendre peut vous éviter de vous enliser dans des positions perdantes. Assurément, ce scénario peut susciter énormément d’anxiété et, surtout, générer de lourdes pertes financières. À titre d’exemple, en mars 2008, la société financière JPMorgan Chase a acquis la firme d’investissement Bear Stearns pour un prix équivalent à 10 $ l’action. Savez-vous quel était son cours boursier lorsqu’il a croisé à la baisse sa moyenne mobile simple sur 200 jours? Eh bien, il était de 150 $!

En résumé, pour économiser du temps et de l’énergie, nous prenons parfois des raccourcis en ayant recours au concept de preuve sociale, mais cela nous amène malheureusement à être dépendants des autres. J’invite donc le lecteur intéressé à faire ses devoirs en misant sur des stratégies et des outils d’analyse ayant fait leurs preuves, comme la moyenne mobile simple sur 200 jours. De plus, Desjardins Courtage en ligne organise chaque année des centaines d’événements informatifs pour vous aider à atteindre vos objectifs. Il est donc grand temps de vous faire confiance et de cesser de vous fier aux autres…

Sources
  • Larry Connors, Cesar Alvarez. Short Term Trading Strategies That Work, TradingMarkets, 2010.
  • Robert Cialdini. Influence: The Psychology of Persuasion, Harper Business, 2006.

L'auteur

Michel Villa

Michel Villa

Conférencier, chroniqueur et formateur en bourse