Commentaire financier du jour

Canada

Après près de 16 mois de restrictions strictes des voyages, le Canada commence enfin à assouplir les règles – mais, seulement pour certains voyageurs spécifiques. À partir de lundi, les Canadiens et résidents permanents entièrement vaccinés – ceux qui ont reçu toutes les doses d’un vaccin contre la COVID-19 autorisé au Canada – seront dispensés de la quarantaine de 14 jours. Les voyageurs admissibles seront aussi dispensés de l’obligation de passer leurs trois premiers jours au Canada dans un hôtel agréé par le gouvernement. Mais l’Agence des services frontaliers du Canada a prévenu : les voyageurs se verront interdire l’entrée au pays s’ils n’étaient pas admissibles à entrer au Canada avant lundi. Les voyageurs doivent utiliser l’application ou le portail Web ArriveCAN avant le départ pour inscrire les informations sur leur vaccination, ainsi que les résultats négatifs d’un test de dépistage de la COVID-19 datant de moins de trois jours. Toutes les personnes arrivées avant lundi devront se soumettre à une quarantaine de deux semaines complètes à leur arrivée, dit l’agence.

États-Unis

Les Américains célèbrent le Jour de l’Indépendance après que la pandémie a forcé l’annulation de la plupart des événements l’an dernier, soulevant l’espoir d’un retour à un semblant de normalité alors que les infections et les décès dus à la COVID-19 se situent à plancher record. La Maison-Blanche a encouragé la population à se réunir et à admirer des feux d’artifice pour marquer « l’indépendance » du pays du virus. Les commerces et restaurants rouvrent dans tout le pays où les restrictions sont assouplies et les voyages aériens ont brièvement dépassé les niveaux de 2019 au début du week-end de congé prolongé. Le président Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Joe Biden a présidé une fête de l’indépendance dimanche en présence de 1 000 travailleurs essentiels et membres des familles de militaires sur la pelouse sud de la Maison-Blanche, marquant son premier événement à grande échelle. Il a fait un discours sur les progrès des États-Unis contre le virus. Bien que le pays ait enregistré des progrès importants contre la pandémie grâce à la vaccination, le week-end du 4 juillet survient aussi alors que les autorités sanitaires américaines surveillent la propagation du variant delta du coronavirus, dont on pense qu’il est plus transmissible que les souches antérieures.

Europe

La France est peut-être encore dans les griffes de la pandémie alors que le variant delta se propage rapidement, mais les autorités et les dirigeants d’entreprise s’apprêtent à une phase de rétablissement et réfléchissent aux perspectives plus larges de l’avenir politique et économique du pays. « Le rebond est très abrupt, plus encore que l’an dernier. Nous en sommes très heureux », a dit Agnès Bénassy-Quéré, économiste en chef du Trésor français à CNBC dimanche, soulignant que l’office national de la statistique augmente sa prévision de croissance pour la France en 2021 à 6 %. « La prévision officielle est toujours à 5 % pour 2021 parce que nous restons prudents pour l’automne. Il y a le variant delta et nous avons maintenu certaines restrictions jusqu’à la fin de l’année. Donc déjà au printemps, quand cette prévision a été faite, elle comprenait certaines restrictions, des restrictions légères pour le deuxième semestre. Jusque-là, nous n’avons pas modifié cette prévision, nous verrons où nous en sommes lorsque nous préparerons le budget 2022 », a-t-elle dit à Charlotte Reed de CNBC lors d’un forum économique à Aix-en-Provence.

Asie

Les producteurs pétroliers de l’OPEP reprendront les discussions lundi avec des partenaires non affiliés au cartel, pour essayer de parvenir à une entente sur la production de brut après l’échec inattendu de leurs négociations la semaine dernière. L’alliance énergétique, souvent appelée OPEP+, a voté vendredi sur une proposition d’augmentation de la production de pétrole d’environ 2 millions de barils par jour entre août et la fin de l’année, par tranches mensuelles de 400 000 barils par jour. Elle a aussi proposé de prolonger les réductions de production restantes jusqu’à la fin de 2022. Les Émirats arabes unis ont cependant rejeté ce plan, bloquant tout accord un deuxième jour de suite laissant les marchés pétroliers dans le vague pendant le week-end.

Les actions du conglomérat japonais Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. SoftBank Group ont plongé de 5,39 % lundi. Les pertes sont survenues après que les autorités chinoises ont prétendu que la société Didi soutenue par SoftBank recueillait illégalement des informations personnelles sur les utilisateurs et ont ordonné aux magasins d’applications d’arrêter d’offrir l’application de Didi. La décision est tombée quelques jours à peine après l’introduction à la Bourse de New du géant de la commande de taxis et de voitures avec chauffeur. « L’application ne peut plus être téléchargée en Chine, mais les utilisateurs qui l’avaient déjà téléchargée et installée sur leur téléphone peuvent continuer de l’utiliser », a dit Didi dans un communiqué de presse dimanche. La société avait auparavant annoncé vendredi la suspension de toute nouvelle inscription d’utilisateurs en Chine.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.