Commentaire financier du jour

Canada

La construction de logements neufs a augmenté au Canada en mai pour se maintenir à des niveaux historiquement élevés, les promoteurs cherchant à profiter d’une demande robuste. Les mises en chantier résidentielles ont atteint 275 916 logements sur une base annualisée le mois dernier, après 267 449 logements en avril. Le chiffre de mai concordait avec les prévisions d’un sondage Bloomberg auprès d’économistes. Les mises en chantier résidentielles mensuelles s’établissent en moyenne à 290 000 depuis le début de l’année, comparativement à 219 000 en 2020. C’est un signe de plus que le marché immobilier résidentiel du pays bénéficie de taux d’intérêt historiquement bas et d’une forte demande qui a fait monter les prix à des niveaux records sur de nombreux marchés.

États-Unis

Le rapport sur le commerce de détail aux États-Unis pour le mois de mai indique que le rebond alimenté par les mesures de stimulation du début de l’année faiblit. Les ventes au détail ont chuté de 1,3 % m/m, décevant les attentes, car on prévoyait un recul plus limité de 0,8 % m/m. De la même manière, les ventes du groupe de contrôle se sont contractées de 0,7 % m/m comparativement à une diminution prévue de 0,5 % m/m. Malgré le repli mensuel, les détails du rapport indiquent que les dépenses restent robustes. D’une part, les ventes au détail d’ensemble et les mesures du groupe de contrôle du mois précédent ont été révisées à la hausse. De plus, à 620 milliards $US en mai, le niveau des ventes au détail est nettement plus élevé que ce qu’impliquait la tendance avant la pandémie. À l’avenir, les dépenses de consommation se reporteront davantage vers les activités et les secteurs qui ont été le plus affectés par les restrictions liées à la pandémie au détriment des grands gagnants de la COVID-19. Le rapport sur le commerce de détail de mai révèle que les restaurants et bars ainsi que les magasins de vêtements – les deux secteurs les plus durement touchés par la pandémie – ont enregistré les ventes les plus vigoureuses en mai, tous deux dépassant les niveaux de vente d’avant la COVID.

Oracle : Les actions de la société technologique étaient en baisse de 4,7 % avant l’ouverture des marchés après que la société a facilement dépassé les prévisions de bénéfices et de chiffre d’affaires, mais que ses dirigeants ont annoncé qu’ils prévoient d’investir davantage dans le développement du secteur infonuagique d’Oracle.

Europe

Au Royaume-Uni, les prix à la consommation ont augmenté de 2,1 % par rapport à l’année précédente en mai, soit le plus haut niveau depuis juillet 2019. Le rythme plus rapide que prévu a accentué la spéculation sur la date approximative d’un resserrement de la politique monétaire par la Banque d’Angleterre. Après le chiffre élevé aux États-Unis la semaine dernière, la spéculation continue sur le caractère transitoire non de cette inflation. Les prix de l’énergie sont un des principaux facteurs de la hausse du chiffre d’ensemble. Comme le pétrole se négocie à plus de 72 $ le baril ce matin, un répit sur ce front semble peu probable.

Asie

La Chine a publié ses réserves de métal dans le cadre d’une tentative de calmer la flambée des prix des matières premières. L’organisme responsable des stocks de l’État a dit qu’elle prévoit de publier les réserves nationales de cuivre, d’aluminium, de zinc et d’autres métaux par lots prochainement pour assurer la stabilité des approvisionnements et des prix des matières premières. La spéculation sur une telle décision a fait baisser les prix du cuivre au plus bas depuis huit semaines, mardi.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.