Commentaire financier du jour

Canada

Si la première réunion des chefs d’États et de gouvernement du Groupe des sept s’est déroulée sans les rodomontades de l’ère Trump, il est clair que des divergences persistent sur des questions clés. Le communiqué final promettait plus de doses de vaccin pour les pays plus pauvres, s’en prenait à la Chine sur la question des droits de la personne et demandait à la Russie d’en faire plus contre les pirates informatiques. Les échanges entre les dirigeants européens au sujet du Brexit se sont envenimés pendant le sommet. Le président Joe Biden était à Bruxelles ce matin pour une réunion de l’OTAN avant une réunion face à face avec le président russe Vladimir Poutine mercredi, à Genève.

Le pétrole brut a atteint un sommet inégalé depuis 32 mois, le baril de West Texas Intermediate à livrer en juillet se négociant à plus de 71,50 $ ce matin. Le prix du pétrole augmente alors qu’Européens et Américains recommencent à circuler plus, sur les routes et dans les airs. Alors que les discussions avec l’Iran continuent, et semblent progresser avant la tenue d’élections dans ce pays cette semaine, on craint moins que le retour de sa production déstabilise le marché.

États-Unis

Les représentants de la Réserve fédérale se réuniront demain et mercredi, et leur plus récent ensemble de décisions de politique monétaire devrait comprendre des prévisions actualisées. Les économistes s’attendent à ce que le fameux graphique à points du FOMC laisse entrevoir une hausse des taux d’intérêt en 2023, alors que la banque ne signalera probablement pas une diminution de ses achats d’obligations avant plus tard cette année. Le marché obligataire reste très calme au sujet de la politique de la Fed, sensible au message de son président, Jerome Powell, au sujet de la nature transitoire de l’inflation.

Les investisseurs spéculent qu’une concentration sur l’énergie verte fera monter les prix du pétrole. Ils font ce pari alors que les gestionnaires de capitaux injectent des milliers de milliards de dollars dans les programmes d’énergie solaire, éolienne et d’autres formes renouvelables tandis que les dépenses consacrées à des projets pétroliers chutent. La baisse des investissements dans les combustibles fossiles devient telle que les sociétés d’énergie pourraient avoir du mal à assouvir la soif de pétrole du monde.

Europe

Le nouveau gouvernement d’Israël a délogé Benjamin Netanyahou. Naftali Bennett, commando devenu entrepreneur en technologie, a mis fin à 12 années de pouvoir de M. Netanyahou quand sa coalition large l’a emporté avec l’appui de 60 parlementaires sur les 120 de la Knesset. M. Bennett a maintenant la difficile tâche de ranimer une économie battue en brèche par la pandémie et de préserver le cessez-le-feu fragile conclu avec le groupe de militants palestiniens du Hamas.

Asie

Le ministère des Affaires étrangères de l’Iran a dit qu’il reste « très peu de temps » aux puissances mondiales pour résoudre les différences restantes dans leurs efforts pour ranimer l’accord sur le nucléaire de 2015, mais qu’une entente était en place pour retirer les sanctions contre le secteur pétrolier du pays.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.