Commentaire financier du jour

Canada

Une grande partie des restrictions sanitaires publiques de l’Alberta adoptées face à la COVID-19 sont levées aujourd’hui dans le cadre d’un plan en trois étapes de réouverture de la province d’ici l’été. L’Alberta entre dans la deuxième phase, pour laquelle il fallait que 60 pour cent des personnes de 12 ans et plus aient reçu au moins une dose de vaccin et qu’il y ait moins de 500 patients infectés dans les hôpitaux. Les autorités ont annoncé que 67 pour cent des Albertains ont reçu leur première dose. Les lieux de divertissement, qui comprennent les cinémas, les casinos et les musées, seront autorisés à accueillir du public à un tiers de leur capacité. Les restaurants pourront recevoir des clients à l’intérieur et pas seulement en terrasse, et les assemblées privées en plein air pourront regrouper jusqu’à 20 personnes. Les restrictions sont levées sur les sports pour les jeunes et les adultes. Jusqu’à 150 personnes seront autorisées à des événements publics en plein air et les estrades pour des manifestations sportives et d’autres divertissements pourront être occupées au tiers de leur capacité. L’obligation du port du masque et de la distanciation sociale demeurent en vigueur. La dernière phase qui permettra les réunions en lieux clos sera atteinte une fois que 70 pour cent des personnes admissibles auront reçu au moins une dose de vaccin si le taux d’hospitalisation continue de diminuer.

États-Unis

Un groupe de démocrates de la Chambre des représentants fait circuler des ébauches pour discussion de projets de loi antitrust qui forceraient les plus grandes sociétés technologiques à modifier des parties de leur modèle économique et à limiter les grandes acquisitions, selon CNBC qui en a obtenu une copie. Ces ébauches pourraient encore changer beaucoup avant le dépôt de projets de loi, mais, dans leur forme actuelle, ces lois forceraient des révisions des modèles économiques pour Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Apple et Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Amazon en limitant leur capacité d’offrir des marchés pour des produits et des applications tout en vendant leurs propres marchandises et applications dans les mêmes boutiques. Les projets de loi compliqueraient aussi pour ces sociétés ainsi que pour Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Facebook et Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Alphabet (la société mère de Google) la réalisation de fusions de grande ampleur et les forceraient à faciliter aux utilisateurs le départ de leurs plateformes sans affecter leurs données. CNBC n’a pas réussi à savoir immédiatement quand les projets de loi seront déposés. Ces projets ont pris forme après 16 mois d’enquête antitrust par le sous-comité judiciaire de Chambre des représentants sur les quatre sociétés, qui a débouché sur un rapport de près de 450 pages du personnel démocrate l’automne dernier. Les républicains du sous-comité ont divergé de certaines des propositions les plus ambitieuses des démocrates, mais plusieurs étaient d’accord avec les principales constatations du pouvoir monopolistique et du comportement anticoncurrentiel du rapport démocrate ainsi qu’avec la nécessité d’encadrer le pouvoir des grandes sociétés technologiques par une réforme antitrust. Les ébauches n’indiquent pas si des républicains soutiennent les projets de loi.

Europe

Le produit intérieur brut des économies du Groupe des vingt (G20) est revenu au niveau d’avant la pandémie au premier trimestre de 2021, mais de grandes différences émergent entre les pays. Le PIB du G20 a augmenté de 0,8 % au premier trimestre, comparativement au quatrième trimestre de 2020, selon les données les plus récentes de l’Organisation de coopération et de développement économiques publiées jeudi. En glissement annuel, la croissance du PIB du G20 a rebondi à 3,4 % au premier trimestre de 2021, après une contraction de 0,7 % l’année précédente. La Chine où la pandémie s’est déclarée en premier a enregistré la plus forte croissance annuelle (18,3 %), alors que le Royaume-Uni a connu la plus forte chute annuelle (moins 6,1 %). L’Europe s’en est particulièrement mal tirée au premier trimestre, pendant lequel une troisième vague d’infections de COVID-19 a balayé la région, contrairement à d’autres pays. L’Inde, la Turquie et la Chine (dont le PIB dépassait déjà les niveaux d’avant la pandémie au cours du trimestre précédent) ont poursuivi leur reprise au premier trimestre de 2021, croissant de 2,1 %, 1,7 % et 0,6 %, respectivement. De plus, l’Australie, la Corée du Sud et le Brésil ont vu leur croissance revenir au niveau d’avant la pandémie au premier trimestre.

Asie

Le taux de décès quotidiens attribuables à la crise du coronavirus en Inde a atteint un record jeudi, où plus de 6 000 personnes ont succombé à la maladie. Cela dépassait le record de décès quotidiens déclarés aux États-Unis cette année. Les données du ministère de la Santé indien révèlent que 6 148 décès reliés à la COVID ont été enregistrés en 24 heures, alors que les cas déclarés quotidiens restent inférieurs à 100 000 un troisième jour de suite. L’Inde combat une deuxième vague d’infections dévastatrice qui a débuté en février et a accéléré en avril et au début de mai, provoquant un débordement de l’infrastructure sanitaire du pays. Les hôpitaux manquaient de lits, d’oxygène et de médicaments alors que beaucoup de médecins et autres travailleurs du secteur de la santé ont succombé à la maladie.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.