Commentaire financier du jour

Canada

BHP Group a engagé des discussions avec Nutrien Ltd. au sujet d’une éventuelle association dans son activité massive de potasse canadienne alors que la plus grande société minière au monde se rapproche d’une décision finale sur le projet. Les deux sociétés évoquent de multiples options, y compris la possibilité que Nutrien devienne l’exploitant et vende la potasse par ses nombreux circuits existants, ou que la société canadienne prenne une participation dans la mine Jansen, selon des personnes bien informées du sujet.

La secrétaire américaine du Commerce, Gina Raimondo, a dit vouloir trouver une « solution à long terme » au contentieux qui oppose Washington depuis des lustres au Canada au sujet du bois d’œuvre, dont le coût a grimpé à des sommets records. « Le bon côté des choses pourrait être que nous profitions de l’occasion pour nous réunir tous autour d’une table, y compris l’USTR, pour trouver une solution à long terme avec le Canada », dit-elle lors d’une audience d’un sous-comité du Sénat américain mercredi, en réponse à une question du sénateur du Kansas, Jerry Moran.

États-Unis

Les taux des obligations américaines ont un peu baissé ces derniers jours. Le taux des Treasuries de 10 ans est redescendu sous 1,6 %, alors qu’il avait culminé en avril à 1,73 %. La chute des taux obligataires cadre difficilement avec toutes les rumeurs de flambée de l’inflation, mais un examen plus large des surprises économiques révèle que les statistiques ne dépassent plus uniformément les prévisions consensuelles. Les investisseurs ont largement intégré dans les prix une reprise économique rapide et l’indice des surprises économique, qui est neutre, tend à concorder avec des taux obligataires évoluant dans une fourchette étroite. Qui plus est, la Réserve fédérale a fait savoir clairement qu’elle considère les récents chiffres élevés d’inflation comme « transitoires », et si la Fed est prête à se projeter au-delà de cette montée de l’inflation, le marché obligataire en fera autant. Ce qui pourrait conduire la Fed à changer son fusil d’épaule est la preuve d’un rétablissement plus rapide que prévu du marché du travail. La Fed s’est engagée à ne pas hausser les taux d’intérêt avant que « l’emploi maximum » soit atteint et son président, Jay Powell, a dit qu’il veut voir une « série » de rapports solides sur les effectifs salariés non agricoles avant de réduire les achats d’actifs.

Le chef de la direction d’Exxon Mobil Corp., Darren Woods, s’est vu infliger un revers étonnant par les actionnaires quand une petite société d’investissement activiste a réussi à arracher au moins deux sièges au conseil d’administration et promis de pousser l’entreprise d’extraction de pétrole vers la diversification et la lutte contre les changements climatiques. Le vote était sans précédente dans le monde raréfié des grandes sociétés pétrolières et souligne à quel point cette industrie est soudainement devenue vulnérable alors qu’aux quatre coins du monde les gouvernements veulent une accélération de l’abandon des combustibles fossiles. C’est aussi un signe que les investisseurs institutionnels sont de plus en plus disposés à forcer les grandes sociétés à participer activement à la transition.

Europe

Airbus SE se prépare à augmenter la production de ses avions de la série A320, qui se vendent le mieux, à des niveaux supérieurs à ceux d’avant la pandémie dans les deux prochaines années, inspirant l’optimisme pour une reprise de l’aviation dans le monde. Ses actions ont bondi après que le plus grand constructeur d’avions de ligne au monde a dit à ses fournisseurs de se préparer à une augmentation de la production de ses avions à fuselage étroit à 64 par mois d’ici le deuxième trimestre de 2023. Ce chiffre pourrait monter à 70 par mois au début de l’année suivante, avec une possibilité de 75 d’ici 2025, selon un communiqué d’Airbus paru jeudi.

HSBC va se retirer du secteur non rentable des services bancaires de détail aux États-Unis. La banque, dont les services de détail ont toujours eu du mal à soutenir la concurrence des grandes banques américaines, a dit qu’elle vendra 90 de ses 148 succursales, et en fermera 35 à 40 autres. La transition la fera passer de 1,4 million de clients américains à environ 300 000.

Asie

Les dirigeants du Japon et des institutions de l’Union européenne ont mentionné l’importance de la paix et de la stabilité dans le détroit de Taïwan dans un communiqué commun à l’issue d’un sommet virtuel, ce qui est révélateur de leurs préoccupations devant la poussée de la Chine pour prendre la haute main sur les affaires régionales.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.