Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Paper Excellence, société canadienne de papier et d’emballages, envisage d’acquérir sa rivale américaine Domtar Corp., d’après des sources proches du dossier. Domtar a crû de 21 pour cent après la clôture des marchés. Les sociétés travaillent avec des conseillers sur une éventuelle transaction pour fermer le capital de Domtar, dont les actions sont actuellement cotées aux États-Unis, ont déclaré ces mêmes sources sous couvert de l’anonymat, les détails du dossier n’étant pas publics. Une transaction pourrait valoriser l’action de Domtar à environ 50 $US, d’après la source. Aucune décision finale n’a été prise, et les négociations pourraient rester vaines.

États-Unis

Le président Joe Biden et le chef de la minorité républicaine au Sénat Mitch McConnell ont campé sur leurs positions lundi à propos des hausses d’impôts pour les millionnaires et les entreprises proposées par M. Biden pour financer ses projets colossaux pour les infrastructures et l’éducation. « Nous sommes disposés à soutenir un programme de 600 milliards $ incluant tout ce que tout le monde convient d’appeler des ‘infrastructures’ », a déclaré M. McConnell lors d’un événement au Kentucky. « Et pour ce qui est du financement, nous voulons bien tout envisager, sauf de revenir sur la loi de 2017 sur la réforme fiscale. » La hausse du taux d’imposition sur les sociétés de 21 % à 28 % est l’élément clé de la proposition de Joe Biden pour financer l’American Jobs Plan, une restructuration massive du secteur des infrastructures et de l’énergie du pays qui créerait des emplois pour faire face à la pandémie de coronavirus. Mais lundi, M. McConnell a jugé que les baisses d’impôts de 2017 étaient parmi les plus belles réussites au pays de l’ancien président Donald Trump ces quatre dernières années. « On ne reviendra pas là-dessus », a-t-il ajouté.

Europe

Les ministres des Affaires étrangères du Groupe de 7 (G7) pays développés doivent se retrouver à Londres mardi pour discuter des défis géopolitiques les plus pressants dans le monde, dont la Russie et la Chine. Le Royaume-Uni accueille les ministres des Affaires étrangères et du Développement pour la première fois en présentiel depuis le début de la pandémie de coronavirus; il s’agit aussi de la première réunion des ministres des Affaires étrangères depuis 2019. Les problèmes géopolitiques dont le Royaume-Uni estime qu’ils « représentent une menace pour la démocratie, les libertés et les droits de l’homme » seront à l’ordre du jour mardi, et notamment les « relations avec la Russie, la Chine et l’Iran, ainsi que la crise au Myanmar, les violences en Éthiopie et la guerre en cours en Syrie », a déclaré le gouvernement Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. dans un communiqué. Les sujets prioritaires sont les « activités malveillantes de la Russie », comme les a présentées le Royaume-Uni, dont la mobilisation de troupes à la frontière avec l’Ukraine, l’emprisonnement de l’opposant Alexei Navalny et la situation en Biélorussie.

Asie

Le géant du pétrole Saudi Aramco a annoncé un bond de 30 % de son bénéfice net mardi, signe que la reprise se poursuit après l’effondrement du marché pétrolier l’année dernière, qui avait divisé par deux le bénéfice de l’exercice complet de l’entreprise d’État. Dans un communiqué publié mardi, la société a déclaré que son bénéfice net avait augmenté à 21,7 milliards $ au cours des trois premiers mois de l’année, comparativement à 16,6 milliards $ sur la même période l’année dernière. Le résultat est supérieur à l’estimation de certains analystes de 17,24 milliards $ malgré une baisse de la production de pétrole en février et en mars, et il s’approche du bénéfice net de la société au premier trimestre de 2019 de 22,2 milliards $. D’après la société, les flux de trésorerie disponibles ont totalisé 18,3 milliards $ au premier trimestre de 2021, comparativement à 15 milliards $ sur la même période en 2020. Le mastodonte de la production pétrolière en Arabie saoudite a également maintenu son dividende, qui se chiffre à 18,8 milliards $ pour les premier et deuxième trimestres.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.