Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le dollar canadien a dépassé les 81 cents U.S. mercredi, atteignant son niveau le plus élevé depuis février 2018 grâce à une reprise généralisée des prix des matières premières et à une divergence de prévision d’augmentation des taux d’intérêt entre le Canada et les États-Unis. « Ce train de marchandises roule depuis un an maintenant, mais il a réellement pris de l’élan avec la montée en puissance d’une grande variété de marchandises. Le ton ouvertement optimiste de la Banque du Canada – comparativement à une Fed toujours prudente – a poussé fort une porte déjà ouverte », dit en substance l’économiste en chef de BMO Groupe financier, Doug Porter, dans un rapport aux clients mercredi. Le huard s’est régulièrement renforcé par rapport au dollar américain après la révision du calendrier selon lequel la Banque du Canada pourrait augmenter les taux d’intérêt. La banque centrale entrevoit maintenant un retour à un contexte d’inflation normalisée d’ici la fin de 2022, ce qui laisse envisager une hausse des taux sensiblement à ce moment-là. Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, avait auparavant indiqué que la banque centrale maintiendrait les taux d’intérêt à leur valeur plancher au moins jusqu’en 2023. La Réserve fédérale américaine, en revanche, a indiqué qu’une augmentation des taux d’intérêt n’était pas à prévoir avant 2024. Cette divergence de trajectoires a créé un environnement propice à l’appréciation du dollar canadien, selon le chef des services de change de la Banque Scotia, Shaun Osborne. Dans une note aux clients, M. Osborne a dit que, bien que les hausses de taux n’auront pas lieu de si tôt, la trajectoire ambitieuse de la Banque du Canada devrait soutenir le huard par rapport au billet vert.

États-Unis

Le cours de l’action de Facebook était en hausse de plus de 6 % après la fermeture des marchés mercredi à la suite de la publication des résultats du premier trimestre de la société qui ont dépassé les prévisions de Wall Street tant par le bénéfice que par le chiffre d’affaires. Voici les résultats du géant des médias sociaux ce trimestre, comparativement aux estimations compilées par Refinitiv : bénéfice : 3,30 $ par action contre 2,37 $ par action dans les prévisions; chiffre d’affaires : 26,17 milliards $ contre 23,67 milliards $ attendus. Le bénéfice net de Facebook a augmenté de 94 % à 9,5 milliards $, comparativement à 4,9 milliards $ l’année précédente. Facebook a attribué cette forte augmentation à un accroissement de 30 % d’une année à l’autre du prix moyen par publicité et à une augmentation de 12 % des annonces diffusées. Facebook a dit qu’elle s’attend à ce que la croissance de son revenu reste stable ou accélère modestement au deuxième trimestre comparativement à une croissance plus lente un an plus tôt en raison de la pandémie. Cependant la société s’attend à ce que la croissance du chiffre d’affaires décélère nettement aux troisième et au quatrième trimestres comparativement à la croissance rapide enregistrée pendant ces périodes l’année dernière du fait de la pandémie.

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Apple a fait état d’un trimestre exceptionnel mercredi, annonçant une augmentation des ventes à l’échelle de la société de 54 % par rapport à l’an dernier, et un bénéfice nettement plus important que ce que prévoyait Wall Street. Apple a annoncé une croissance de plus de dix pour cent dans chacune de ses catégories de produits et sa gamme de produits la plus importante, l’iPhone, était en hausse de 65,5 % par rapport à l’an dernier. Les ventes de Mac et d’iPad ont fait encore mieux, celles des ordinateurs ayant augmenté de 70,1 % et celles des iPad, de près de 79 % sur une base annuelle. Apple a dit qu’elle augmenterait son dividende de 7 % à 0,22 $ par action et a autorisé des rachats d’actions à hauteur de 90 milliards $, ce qui représente nettement plus que les 50 milliards $ de l’an dernier et les 75 milliards $ de 2019. Les résultats d’Apple par rapport aux estimations de Refinitiv : BPA : 1,40 $ contre 0,99 $ prévu; chiffre d’affaires : 89,58 milliards $ contre 77,36 milliards $, en hausse de 53,7 % d’une année à l’autre; chiffre d’affaires sur iPhone : 47,94 milliards $ contre des estimations de 41,3 milliards $, en hausse de 65,5 % en glissement annuel.

Europe

Le géant pétrolier, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Royal Dutch Shell, a déclaré jeudi un bénéfice au premier trimestre légèrement meilleur que prévu, grâce à la hausse des prix des produits de base et aux prévisions croissantes de reprise de la demande de carburants et de combustibles. Shell a aussi augmenté son dividende d’environ 4 %, sa deuxième hausse en six mois, la société pétrolière cherchant à rassurer les investisseurs sur sa stabilité retrouvée. Cela se produit après que Shell a supprimé sa distribution pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale en avril l’an dernier. La société anglo-hollandaise a déclaré un bénéfice rajusté de 3,2 milliards $ pendant la période de trois mois terminée en mars. Ce chiffre est à comparer à 2,9 milliards $ pendant la même période l’an dernier et à 393 millions $ au quatrième trimestre de 2020. Les analystes s’attendaient à ce que le bénéfice rajusté du premier trimestre s’établisse à 3,1 milliards $, selon Refinitiv.

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Euronext a conclu définitivement son acquisition de Borsa Italiana du London Stock Exchange Group mercredi, par une transaction d’une valeur de 4,4 milliards € (5,34 milliards $US). La décision avait été annoncée en octobre et a obtenu le feu vert des autorités de réglementation européennes en mars. Euronext, exploitant des bourses en Europe, avait remanié sa direction en janvier pour préparer l’OPA sur le groupe italien.

Asie

L’Inde pourrait bientôt disposer d’un deuxième vaccin contre le coronavirus développé par ses propres chercheurs alors même que la deuxième vague mortelle d’infections ne donne aucun signe de répit. Le laboratoire Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Cadila Healthcare, aussi connu sous le nom de Zydus Cadila, mène des essais cliniques de phase trois sur 28 000 personnes, y compris des personnes âgées de plus de 75 ans et des enfants âgés de 12 à 18 ans, sur son vaccin potentiel basé sur l’ADN. La société compte disposer des données sur l’efficacité de l’essai de phase trois le mois prochain, après quoi elle demanderait une autorisation d’utilisation d’urgence aux autorités de réglementation des médicaments indiennes à la mi-mai. « Pour l’innocuité et l’efficacité de nos essais de phase deux ainsi que de la phase trois en cours, nous disposons de très bonnes données sur la sécurité et de données solides sur l’immunogénicité, comparables à celles de la plupart des autres vaccins existants, dit Sharvil Pankajbhai Patel, directeur général de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Cadila Healthcare.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.