Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

BCE Inc. a confirmé dimanche qu’elle a pris contact avec Shaw Communications Inc. en vue d’acquérir l’entreprise avant d’abandonner le projet en raison de préoccupations d’ordre réglementaire. Selon la déclaration officielle, Rogers a initialement offert 35,00 $ par action alors qu’une « Partie A » (Bell) proposait une transaction à 37,00 $ par action, au comptant et en actions. Rogers a par la suite bonifié son offre à 40,50 $ par action le 22 février, alors que la « Partie A » a augmenté sa proposition non contraignante à 39,25 $ par action avant de la rehausser à 40,50 $ par action – égalant ainsi l’offre de Rogers – le 27 février. Selon les documents réglementaires, cependant, la proposition de la « Partie A » « continuait de contenir certaines questions réglementaires qui avaient précédemment été qualifiées de préoccupantes ». Les questions spécifiques n’ont pas été précisées dans le document officiel, mais une source bien informée du dossier a dit à BNN Bloomberg que le conseil d’administration de Shaw voulait une clause d’inconditionnalité par laquelle le vendeur insistait pour que l’acquéreur assume tous les risques réglementaires et obligeait l’acquéreur à accepter toutes les conditions que peut imposer l’autorité de réglementation, quoiqu’il arrive. L’informateur en question a dit que Bell ne pouvait pas accepter cette clause qui aurait exposé la société à un risque illimité.

États-Unis

Plus de la moitié des Américains disent soutenir l’action du président Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Joe Biden jusque-là et approuver son vaste projet d’infrastructures, selon un sondage de NBC News. Les conclusions de ce sondage publié dimanche révélaient que 53 % des répondants approuvent le travail du président Biden, dont 90 % des démocrates, 61 % des indépendants et 9 % des républicains, alors que 39 % des répondants le désapprouvent. Le président a aussi obtenu leur appui pour son programme d’aide face à la COVID-19 adopté en mars et son projet d’infrastructures de 2 000  milliards de dollars visant à donner un coup de pouce à l’économie après la pandémie. Le sondage a révélé que 46 % des Américains estimaient que le programme de secours face à la COVID de 1 900  milliards de dollars – qui a versé des paiements directs à des Américains et prolongé les prestations d’assurance-chômage, entre autres – était une bonne idée, alors que 25 % considéraient que c’était une mauvaise idée et que 26 % n’avaient pas d’opinion sur le sujet. De plus, 61 % des répondants ont dit qu’ils croient que le pire est passé en ce qui concerne la pandémie aux États-Unis, alors que seulement 19 % pensent que le pire est encore à venir.

Les autorités de réglementation sanitaire américaines ont levé vendredi une pause recommandée dans l’utilisation du vaccin Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Johnson & Johnson contre la COVID-19, soutenant les représentants des États et des administrations locales dans la distribution de doses qui sont considérées comme critiques pour administrer des vaccins vitaux dans des collectivités difficiles d’accès. L’annonce des Centers for Disease Control and Prevention et de la Food and Drug Administration a eu lieu après que le comité consultatif sur les pratiques d’immunisation des CDC, connu sous l’acronyme ACIP, a recommandé un peu plus tôt vendredi la poursuite de l’utilisation du vaccin J&J, affirmant que ses avantages dépassent ses risques. Le comité est un panel extérieur de spécialistes qui conseillent les CDC. Les membres du panel n’ont pas recommandé que les autorités de réglementation américaines restreignent l’utilisation du vaccin J&J sur la base de l’âge ou du sexe, mais ils ont proposé que la Food and Drug Administration envisage d’ajouter une mise en garde pour les femmes de moins de 50 ans.

Europe

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a dit dimanche que les Américains qui ont été vaccinés contre la COVID-19 devraient pouvoir reprendre les voyages vers l’Union européenne d’ici l’été. Mme von der Leyen a dit au New York Times que les 27 États membres de l’UE accepteraient, sans condition, tous ceux qui ont été vaccinés avec des vaccins approuvés par l’Agence européenne des médicaments. L’agence a approuvé les trois vaccins utilisés aux États-Unis. La présidente n’a pas précisé quand les voyages pourraient reprendre. L’UE a en grande partie suspendu tous les déplacements non essentiels il y a plus d’un an. Les pays de l’Union européenne se sont entendus ce mois-ci sur le lancement d’un passeport vaccinal qui permettrait aux personnes qui ont été vaccinées contre la COVID-19, qui sont rétablies après une infection ou qui ont subi un test de dépistage au résultat négatif de voyager plus facilement.

Sur le front des résultats d’entreprises, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Philips a déclaré un bond de 74 % de son bénéfice de base au premier trimestre à 362 millions € (438 millions $US) et mis à jour ses prévisions de bénéfice pour 2021. Cependant, les actions de la société de technologie sanitaire hollandaise ont dérapé de 3 % avant l’ouverture des marchés après la constitution d’une provision de 250 millions € pour les risques de ses dispositifs de soins respiratoires. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Tate & Lyle de Grande-Bretagne a grimpé de 6,4 % après avoir annoncé qu’elle considère de vendre son unité d’édulcorants commerciaux, alors que la société de génie anglaise, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. IMI, a bondi de 6,9 %, se hissant au sommet de l’indice Stoxx 600 après avoir augmenté ses indications prospectives de bénéfice pour 2021. Le fabricant de puces informatiques Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. AMS a chuté de plus de 4 % pour descendre au bas de l’indice des valeurs sûres européennes quand Credit Suisse a doublement rétrogradé le titre par crainte de la perte possible de contrats d’approvisionnement en produits avec Apple.

Asie

Les actions des grands marchés d’Asie-Pacifique offraient un panorama contrasté lundi, car les investisseurs ont continué de surveiller l’évolution de la pandémie de Covid en Inde, où la situation reste grave, le pays luttant contre une hausse surprenante du nombre de nouvelles infections au coronavirus. Lundi, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. plus de 350 000 nouvelles infections ont été enregistrées en 24 h. L’administration Biden a déclaré qu’elle Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. mettait immédiatement à disposition les matières premières nécessaires à la production de vaccins contre le coronavirus en Inde. La réponse américaine arrive après que la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne se sont aussi engagées à apporter leur aide à l’Inde au cours de la fin de semaine.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.