Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Inter Pipeline Ltd. a dit qu’elle commencera à examiner ses options, dont une éventuelle vente, après avoir reçu une offre d’achat hostile de Brookfield Infrastructure Partners LP. L’exploitant canadien de pipelines a retenu les services de Valeurs mobilières TD pour le conseiller et chargera un comité spécial du conseil d’administration, dirigé par une de ses administratrices de longue date, Margaret McKenzie, d’examiner une gamme de possibilités, « y compris d’explorer une transaction possible ». JPMorgan Chase & Co. conseillera le comité. Brookfield Infrastructure a dit la semaine dernière qu’elle offrira 16,50 $ par action en espèces ou en actions et a accumulé une participation de 19,6 pour cent dans Inter Pipeline sous forme d’actions et de dérivés, ce qui en fait le plus grand investisseur de la société de Calgary.

États-Unis

La secrétaire au Trésor, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Janet Yellen, a dit jeudi qu’un important programme de stimulation reste nécessaire pour redonner toute sa vigueur à l’économie, malgré un élan économique qui laisse penser que la croissance a décollé plus vite que prévu en 2021. Dans une interview accordée à CNBC, la principale représentante en matière d’économie de l’administration Biden a dit que le programme de 1 900 milliards $ pourrait aider à ramener le plein emploi aux États-Unis d’ici un an. Mme Yellen a dit qu’elle ne s’inquiète pas de ce que toutes les dépenses du gouvernement peuvent provoquer une inflation à l’avenir. Des données récentes révèlent une vigueur inhabituelle dans le secteur du commerce de détail, quoique grâce aux chèques d’aide du Congrès de la fin de 2020, ainsi qu’une poursuite des gains dans les secteurs immobilier et manufacturier. Un indicateur de la Réserve fédérale d’Atlanta qui mesure la croissance du produit intérieur brut signale un gain de 9,5 % au premier trimestre. Cependant, le tableau de l’emploi reste embrouillé, 10 millions de travailleurs étant toujours sans emploi notamment à cause des fermetures d’entreprises décrétées par les gouvernements en réaction à la pandémie. Plus tôt jeudi, le département du Travail avait déclaré que 861 000 nouvelles demandes de prestations de chômage avaient été déposées la semaine dernière, toujours bien plus que ce qu’on a pu voir depuis que le coronavirus sévit.

Europe

L’activité économique européenne s’est légèrement améliorée en février, mais a révélé une poursuite de la contraction alors que les restrictions sociales dues à la COVID-19 restent en place, selon des données préliminaires publiées vendredi. La zone euro est toujours aux prises avec la pandémie, et la plupart de ses pays limitent les déplacements de la population pour freiner les infections. En même temps, les campagnes de vaccination sont encore loin des objectifs que visent les dirigeants européens en raison des lourdeurs administratives et des problèmes de production et d’approvisionnement. Néanmoins, l’indice PMI éclair composé d’IHS Markit pour la zone euro, qui porte sur l’activité à la fois dans la fabrication et dans les services, a légèrement augmenté, à 48,1 en février comparativement à 47,8 en janvier. En dessous de 50, l’indicateur signale une contraction de l’activité.

Les ventes au détail britannique ont chuté en janvier puisque les magasins non essentiels étaient de nouveau fermés pour cause de confinement, selon les données officielles, mais des emprunts publics moins élevés que prévu ont offert un certain répit au ministre des Finances, Rishi Sunak, alors qu’il prépare un plan budgétaire. Dans le commerce de détail, les volumes ont chuté de 8,2 % par rapport à décembre, ce qui est nettement supérieur à la diminution de 2,5 % projetée dans un sondage d’économistes par Reuters et représente le deuxième chiffre le plus élevé après la chute d’avril 2020, au début de la pandémie. L’Office for National Statistics a aussi indiqué que les emprunts du secteur public pour janvier s’établissaient à 8,8 milliards £ (12,3 milliards $US), son premier déficit pour un mois de janvier depuis 10 ans, et beaucoup moins que les 24,5 milliards £ envisagés dans un sondage de Reuters.

Asie

Les prix à la consommation de base du Japon ont baissé de 0,6 % en janvier comparativement à un an plus tôt, selon des données publiées vendredi par le bureau des statistiques du pays. Cela marquait le sixième mois d’affilée de baisses annuelles, selon Reuters.

En Australie, les ventes au détail ont augmenté de 0,6 % en janvier sur une base dessaisonalisée, comparativement au mois précédent, selon les statistiques préliminaires du commerce de détail publiées vendredi par le bureau des statistiques du pays. C’était moins que ce que prévoyait un sondage Reuters, soit une augmentation de 2 %.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.