Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Statistique Canada a dit que les ventes du secteur de la fabrication ont augmenté de 0,9 % en décembre pour se chiffrer à 54,2 milliards $. Les hausses les plus marquées ont été enregistrées dans les industries de la fabrication de produits en bois, du matériel de transport ainsi que des produits du pétrole et du charbon. Selon Statistique Canada, des ventes records ont été enregistrées pour les produits en bois dans les derniers mois de 2020, puisque l’augmentation des prix du bois d’œuvre a entraîné une hausse des recettes de 8,3 pour cent à 3,7 milliards $ avec la flambée des ventes de maisons neuves et des projets de rénovation. Les ventes de produits du pétrole et du charbon ont progressé de 4,7 pour cent à 4,2 milliards $ avec l’augmentation des prix de l’énergie en décembre, et on a constaté un bond de 26,9 pour cent des ventes de matériel roulant ferroviaire. Le rapport de décembre a été publié alors que les fabricants de produit en bois font face à des pénuries et des contraintes d’approvisionnement avec l’explosion de la rénovation, l’an dernier – alors que les fabricants de matériel de transport et de produits du charbon et du pétrole observaient un redressement de leur situation.

États-Unis

La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, a dit lundi que le Congrès établira une commission indépendante sur le modèle de celle des attentats du 11 septembre pour examiner l’insurrection mortelle du Capitole des États-Unis le 6 janvier. Mme Pelosi a dit que cette commission mènera des « investigations et produira un rapport sur les faits et les causes de l’attaque de terroristes intérieurs contre le complexe du Capitole des États-Unis... et se rapportant à l’interférence dans un transfert des pouvoirs pacifique ». Dans une lettre à ses collègues démocrates, Mme Pelosi a dit que la Chambre des représentants débloquera aussi des fonds supplémentaires pour augmenter la sécurité au Capitole. Après l’acquittement de l’ex-président Donald Trump dans son deuxième procès en impeachment au Sénat, le soutien des deux partis à la création d’une commission indépendante pour examiner l’insurrection mortelle semblait croître.

Europe

Le PIB de la zone euro a chuté moins que prévu au dernier trimestre de 2020. Les estimations officielles publiées mardi indiquent une contraction d’un trimestre à l’autre de 0,6 %. Des estimations éclair antérieures avaient prédit une baisse de 0,7 %. L’emploi dans le bloc de la monnaie commune a augmenté de 0,3 % entre octobre et décembre, selon Eurostat, malgré un confinement de plusieurs économies de la zone euro.

Du côté des résultats d’entreprises, le fabricant français de pneus, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Michelin, a déclaré un bénéfice net pour l’ensemble de l’exercice 2020 de 625 millions € (758,6 millions $US), ce qui constitue une forte baisse par rapport au chiffre de 1,73 milliard € de 2019. La société a projeté une croissance pouvant aller jusqu’à 10 % sur ses marchés pour 2021 et a augmenté les dividendes de ses actionnaires. L’action de la société a grimpé de 0,4 %.

Asie

L’agence de notation S&P Global Ratings a affirmé mardi que l’Inde se remettra de la contraction économique infligée par la pandémie d’ici l’an prochain. La plus grande économie du sud asiatique pourrait croître de 10 % pendant l’exercice 2022, selon l’agence. L’exercice du pays commence le 1er avril se termine le 31 mars de l'année suivante. En 2020, l’Inde est entrée dans une récession technique en raison des conséquences économiques d’un confinement prolongé pour ralentir la propagation de la pandémie – en tout le pays a comptabilisé le deuxième plus grand nombre de cas avec plus de 10,9 millions d’infections. Pour l’ensemble de l’exercice 2021, l’économie indienne devrait se contracter de 7,7 %.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.