Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le gendarme de la concurrence a affirmé qu’il ne prendra pas d’autres mesures à la suite d’allégations de complot entre Postmedia et Torstar. Le Bureau de la concurrence a annoncé jeudi la fin de l’enquête sur la transaction entre Postmedia Inc. et Torstar Corp. visant un échange de 41 journaux. La transaction, qui a été rapidement suivie de la disparition de 36 titres, avait soulevé la crainte d’infractions à la Loi sur la concurrence. Les autorités avaient commencé à examiner les éléments de preuve depuis novembre 2017, perquisitionné les bureaux de Toronto de Postmedia, Torstar et de sa filiale Metroland Media Group et interrogé sous serment six employés dont un ex-employé de Torstar. Mais le Bureau de la concurrence a conclu qu’aucune action supplémentaire n’était justifiée dans le cadre de la transaction de Postmedia et de Torstar, qui a principalement touché des journaux communautaires et des quotidiens dans l’est et le sud de l’Ontario. Torstar a une participation dans La Presse Canadienne dans la cadre d’un accord avec des filiales du Globe and Mail et de La Presse.

États-Unis

Le président Donald Trump a reconnu jeudi, pour la première fois dans ses propres termes, que l’administration du président élu Joe Biden entrera en fonction le 20 janvier. Sans mentionner M. Biden par son nom, M. Trump a dit dans une vidéo de près de trois minutes qu’une « une nouvelle administration sera assermentée le 20 janvier ». M. Trump, qui répétait constamment que jamais il ne concéderait la victoire à M. Biden, a engagé des douzaines de recours en justice infructueux et inondé son compte Twitter d’accusations infondées de fraudes. Son refus d’accepter les résultats de l’élection a culminé en une émeute qui a fait plusieurs morts mercredi où des hordes de ses partisans ont pris d’assaut le Capitole de Washington, provoqué la suspension du comptage par le Congrès des voix des grands électeurs et retardé la confirmation de la victoire de Joe Biden.

Les vaccins contre la COVID-19 de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Pfizer et de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. BioNTech semblaient efficaces contre une mutation clé de nouveaux variants très transmissibles du coronavirus découverts au Royaume-Uni et en Afrique du Sud, selon les études en laboratoire effectuées par le fabricant de médicaments américain. L’étude de Pfizer et de scientifiques de la faculté de médecine de l’Université du Texas, qui n’a pas encore fait l’objet d’une révision par des pairs, indique que le vaccin est efficace pour neutraliser la mutation N501Y, au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus.

Boeing Co. s’est engagé à payer 2,5 milliards $US pour mettre fin à des accusations criminelles de fraude contre le gouvernement américain par la dissimulation d’informations sur le 737 MAX impliqué dans deux accidents mortels. L’avionneur américain a conclu un accord de poursuite suspendue avec le Northern District du Texas jeudi, selon un communiqué de presse du département américain de la Justice.

Europe

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Credit Suisse a dit vendredi qu’elle enregistrera une perte nette à son quatrième trimestre après avoir augmenté de 850 millions $US ses provisions concernant un différend de longue date aux États-Unis. La banque avait déjà mis de côté 300 millions $US dans le cadre de cette affaire qui se rapporte à un titre adossé à des créances hypothécaires résidentielles (RMBS) aux États-Unis, mais elle a dit en décembre qu’elle s’attend à ce que ce chiffre augmente. La banque, qui avait déclaré un bénéfice net de 852 millions de francs suisses (962,28 millions $US) au quatrième trimestre de 2019, doit présenter ses résultats du quatrième trimestre le 18 février. En plus de l’avertissement concernant son bénéfice, la banque suisse a fait le point sur ses activités de négociation en décembre, dont elle a dit qu’elles continuaient à des niveaux similaires à ceux annoncés à sa journée des investisseurs le 15 décembre. Elle a affirmé que son activité de gestion de patrimoine a progressé d’une année à l’autre, particulièrement en Asie, ce qui a aidé à compenser les effets de change dus à l’appréciation du franc suisse et les pressions sur son revenu net d’intérêt.

Asie

Les actions de Hyundai Motor ont bondi de 19 % après l’annonce par le constructeur automobile sud-coréen de l’amorce de discussions avec Apple en vue d’une éventuelle collaboration pour mettre au point une voiture électrique. « Nous comprenons qu’Apple a engagé des discussions avec divers constructeurs automobiles du monde, dont Hyundai Motor. Comme les discussions en sont aux tout débuts, aucune décision n’a encore été prise », a dit Chery Kang, représentant Hyundai Motor, à CNBC. La déclaration faisait suite à un article local du Korea Economic Daily qui disait qu’Apple avait suggéré le partenariat et que Hyundai Motor en examinait les conditions. Selon l’article, la proposition portait à la fois sur la production de véhicules électriques et sur la mise au point de batteries, et la voiture pourrait sortir en 2027. Apple a refusé de commenter l’article.

Samsung Electronics a dit vendredi que son bénéfice opérationnel du trimestre terminé en décembre a probablement augmenté de 26 % par rapport à l’année précédente, à 9 000 milliards de wons (8,22 milliards $US). Ce résultat est essentiellement conforme à l’estimation des analystes de 9 100 milliards de wons, selon Refinitiv SmartEstimate. Les actions de Samsung Electronics en Corée du Sud ont bondi de 7,12 % vendredi. La société a dit que son chiffre d’affaires consolidé au quatrième trimestre s’est probablement établi à 61 000 milliards de wons, en hausse de près de 2 % par rapport à un an plus tôt. Samsung n’a pas ventilé les résultats entre ses différentes unités opérationnelles, notamment son unité de semi-conducteurs, sa principale source de bénéfice. Les résultats complets du trimestre terminé en décembre doivent paraître plus tard ce mois.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.