Commentaire financier du jour

Canada

Ameriprise Financial Inc., CI Financial Corp. et les sociétés de capital investissement GTCR et Reverence Capital Partners pondèrent la participation à une deuxième vague d’offres pour la branche de gestion d’actifs de Wells Fargo & Co., selon des personnes bien informées du dossier. Les offres sont attendues plus tard ce mois-ci, selon ces informateurs, qui ont revendiqué l’anonymat parce que l’affaire est confidentielle. Wells Fargo pourrait ramener les enchères à un ou deux seuls prétendants, après la prochaine vague, selon la valeur des offres, a dit l’un d’entre eux. Aucune décision définitive n’a encore été prise et les repreneurs potentiels pourraient décider de ne pas donner suite, ont ajouté ces informateurs. La division de gestion d’actifs pourrait se vendre à plus de 3 milliards $US, ont dit des personnes bien informées en octobre. CI Financial, dont le siège est à Toronto, a pris pied sur le marché de la gestion de patrimoine américain en faisant l’acquisition de participations dans plusieurs conseillers en placement inscrits cette année, d’après son site Web.

La conseillère médicale principale de Santé Canada dit que tout est en bonne voie pour que son service autorise très prochainement un deuxième vaccin contre la COVID-19. La Dr Supriya Sharma a estimé que les choses « semblent positives » pour le vaccin de la société de biotechnologie américaine Moderna, mais qu’il reste certains documents de fabrication à obtenir avant qu’une décision puisse être prise. Le résultat d’examens de deux autres vaccins en cours est moins certain, puisque AstraZeneca devra potentiellement pousser plus loin ses études avant que Santé Canada puisse prendre une décision et que l’examen du vaccin potentiel de Johnson & Johnson en est encore à ses tout débuts.

États-Unis

Les dirigeants démocrates Nancy Pelosi et Chuck Schumer sont sous pression pour autoriser un vote sur un plan de soutien face à la COVID-19 sans aide pour les États dont ils ont dit qu’elle est vitale, après qu’un groupe bipartite a scindé cet élément et les protections contre la responsabilité des employeurs des autres fonds d’assistance. Alors que la session du Congrès tire à sa fin et qu’un plan de financement de l’administration est nécessaire d’ici vendredi, le temps commence à manquer pour trouver un accord sur les deux sujets les plus disputés et les plus partisans concernant l’aide face à la pandémie – les protections de la responsabilité des employeurs en cas de COVID-19 et l’aide pour les États et les administrations locales. Un groupe bipartite qui avait lancé l’idée d’un plan de 908 milliards $US au début du mois a offert celui-ci sous forme de deux projets de loi distincts lundi, avec un élément central de 748 milliards $US séparé d’une enveloppe de 160 milliards $US d’aide pour les États et les administrations locales et de protection contre la responsabilité.

Europe

Les actions européennes ont connu un sort contrasté mardi où les négociations d’un accord commercial qui doit entrer en vigueur après le Brexit et les derniers développements concernant le coronavirus ont continué de retenir toute l’attention du marché. La pandémie a aussi pesé sur l’humeur du marché, l’Allemagne et les Pays-Bas ayant annoncé des restrictions plus rigoureuses pour la période de Noël dans l’espoir de freiner la forte augmentation des infections. Lundi, le gouvernement britannique a annoncé que Londres va passer dans la catégorie de restrictions pour cause de COVID-19 la plus élevée de l’Angleterre. Il a invoqué l’augmentation des taux d’infection qui pourrait être partiellement liée à une nouvelle variante du coronavirus susceptible d’entraîner une explosion de cas dans le sud de l’Angleterre. Les négociations entre l’Union européenne et le Royaume-Uni visant à conclure un accord commercial qui s’appliquerait après le Brexit continuent de teinter l’humeur des marchés. Les discussions semblaient prendre une tournure plus positive lundi quand la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a évoqué du « mouvement » sur certains points d’achoppement.

Asie

Les actions de la région Asie-Pacifique étaient en baisse mardi, car les craintes inspirées par l’augmentation des cas de coronavirus dans de multiples pays ont atténué l’optimisme engendré par le déploiement du vaccin aux États-Unis. La production industrielle de la Chine a augmenté de 7 % d’une année à l’autre en novembre, a indiqué le Bureau national de la statistique du pays, mardi. Cela concorde avec les prévisions d’un sondage Reuters. Pendant ce temps, les ventes au détail en Chine ont augmenté de 5 % en novembre, comparativement à l’année précédente, alors que les analystes interrogés par Reuters prévoyaient une augmentation de 5,2 %.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.