Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le gouvernement britannique craint que l’accord commercial post-Brexit avec le Canada n’entre pas en vigueur à temps pour éviter l’imposition de droits de douane entre le Royaume-Uni et son 12e partenaire commercial à partir du 1er janvier. L’accord doit encore être approuvé par le Parlement canadien dont les vacances commenceront vendredi, ce qui inquiète profondément les représentants britanniques, selon une personne bien informée du dossier. La Grande-Bretagne et le Canada ont annoncé un accord de principe en novembre, convenant de reconduire les conditions de l’accord de libre-échange UE-Canada dont le Royaume-Uni bénéficiait tant qu’il était membre de l’Union. Sans cet accord de continuité commerciale, des échanges bilatéraux chiffrés à 20 milliards £ (33 milliards $CAN) seraient soumis aux tarifs de l’Organisation mondiale du commerce à partir du mois prochain.

États-Unis

Les actions d’Oracle ont chuté de 2 % après la fermeture jeudi, à la présentation du bénéfice du deuxième trimestre de la société qui dépassait les attentes des analystes. Les actions se sont rattrapées quand la société a émis des prévisions trimestrielles supérieures aux attentes. Voici les résultats de l’entreprise : bénéfice : 1,06 $ par action après ajustement, comparativement aux prévisions de 1,00 $ par action selon les analystes, d’après Refinitiv; chiffre d’affaires : 9,80 milliards $ comparativement aux prévisions de 9,79 milliards $ selon cette même source. Le chiffre d’affaires d’Oracle a augmenté de près de 2 % d’une année à l’autre au cours du trimestre, qui s’est terminée le 30 novembre, selon un communiqué. Pendant le trimestre précédent, le chiffre d’affaires avait augmenté de près de 2 %.

Europe

Sanofi et GlaxoSmithKline Plc, deux des plus grands fabricants de vaccins au monde, ont retardé les essais avancés de leur vaccin expérimental contre la COVID-19 qui n’a pas produit de réponse immunitaire suffisamment forte chez les personnes âgées de 50 ans et plus, repoussant sa disponibilité potentielle à la fin de l’an prochain. Les associés entreprendront une nouvelle étude de phase 2 avec un anticorps plus concentré en février. Les adultes plus jeunes ont présenté une réponse similaire à celle des patients qui se sont rétablis de la maladie. Le titre de Sanofi a chuté de 2,4 % vendredi à Paris alors que Glaxo était en baisse de 0,7 % à Londres.

Asie

Des unités de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Hyundai Motor Group et son président du conseil se sont engagés à reprendre une participation de 80 % dans le fabricant de robots Boston Dynamics de SoftBank Group Corp, a dit Hyundai vendredi. Hyundai valorise la société de robotique à 1,1 milliard $US, et a laissé entendre que le groupe automobile a offert 880 millions $US pour la participation convoitée. Hyundai peut exploiter la technologie robotique pour développer l’automatisation dans ses usines automobiles syndiquées, ainsi que pour la conception de véhicules autonomes comme des voitures sans chauffeur, des drones et des robots de livraison, selon les analystes. La prise de participation a lieu après que le président du conseil de Hyundai Motor Group récemment promu, Euisun Chung, s’est engagé à réduire la fabrication automobile traditionnelle, disant que la robotique représenterait 20 % des activités futures de la société, dont la construction automobile occupe 50 %, suivie par la mobilité aérienne urbaine à 30 %.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.