Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le propriétaire de Circle K, Alimentation Couche-Tard Inc., introduit sa stratégie concernant les voitures électriques en Amérique du Nord après avoir tiré les leçons des habitudes des consommateurs dans le nord de l’Europe. Le géant du commerce de proximité dont le siège social est à Laval, au Québec, ajoutera des postes de recharge dans des établissements sur la côte ouest des États-Unis et du Canada et dans sa propre province, a dit le chef de la direction Brian Hannasch dans une interview mercredi. À plus long terme, la société veut prendre de l’expansion dans le secteur de la charge des véhicules à domicile en Amérique du Nord, comme elle le fait en Norvège.

Le plus grand producteur d’or au monde estime que le prix du métal précieux restera « élevé » alors que les gouvernements maintiennent les mesures de stimulation face à la pandémie, mais il ne s’attend pas à ce que la concentration de Newmont Corp. sur la rigueur budgétaire cesse de sitôt. L’or a grimpé en flèche pour dépasser les 2 000 $ l’once en août, ce qui a renforcé les flux de trésorerie et le cours des actions des mineurs et probablement les espoirs des actionnaires qui s’attendent à des rendements plus élevés. Le prix de l’or au comptant a baissé un peu, mais le métal refuge se négocie toujours dans une fourchette de prix record de plus de 1 900 $. « De nombreux signaux indiquent que l’or se maintiendra à ces niveaux élevés – avec, je pense, beaucoup de volatilité – pendant un certain temps », a dit le chef de la direction de Newmont, Tom Palmer, au téléphone. Malgré les prix élevés et les flux de trésorerie qu’ils génèrent pour les sociétés extractrices, M. Palmer prévoit de rester concentré sur des sujets tels que l’amélioration des marges, l’investissement dans les projets existants rentables à des prix moins élevés et la bonne tenue du bilan. « Chez Newmont, lorsque nous parlons de discipline, nous parlons de continuer d’exploiter notre entreprise de manière rentable même au creux du cycle des prix, à 1 200 $ », dit M. Palmer.

États-Unis

Les statistiques du commerce de détail du mois d’août étaient inférieures aux prévisions, à 0,6 % d’un mois à l’autre, comparativement aux projections de 1% et en baisse par rapport au chiffre révisé de juillet de 0,9%. Pendant ce temps, le groupe de contrôle des ventes au détail s’est contracté de 0,1 % et est resté inférieur aux attentes (0,3 %). C’est le premier indice révélant que l’expiration de la bonification de l’assurance-chômage de 600 $ par semaine du gouvernement fédéral a une incidence négative sur la consommation. Si le Congrès attend jusqu’en janvier pour adopter un projet de loi d’aide, les mesures de soutien n’atteindront pas les poches des consommateurs avant mars. Cela fera chuter la consommation si le taux d’épargne des ménages ne chute pas nettement. Cependant, le taux d’épargne ne diminuera probablement pas beaucoup en raison de l’augmentation du chômage permanent, et la grande incertitude entourant l’évolution de la COVID-19 sapera le moral des consommateurs.

En écho aux arrêts de production et à la diminution des cadences de fabrication qui affligent l’économie américaine et mondiale depuis mars, les stocks américains se sont contractés à leur rythme sur trois mois le plus rapide depuis la grande crise financière. Néanmoins alors que l’économie se remet en marche et reste résiliente face à une deuxième vague d’infections rampante, les ventes des entreprises sur trois mois devraient augmenter plus fortement que jamais. En réponse à la divergence extrême entre les stocks et les ventes, le ratio des ventes aux stocks a enregistré l’amélioration la plus rapide de toute l’histoire de cette statistique. À en juger par le passé, la forte ascension de cet indicateur laisse penser que la reprise de la production industrielle américaine a encore beaucoup de chemin à faire au cours des prochains trimestres. Une amélioration prononcée de la production industrielle se traduira par une augmentation plus rapide de l’utilisation des capacités, ce qui, avec la faiblesse de l’USD, engendrera des surprises positives de l’inflation l’an prochain. Résultat, les attentes d’inflation ont plus de potentiel de hausse, particulièrement vu la volonté de la Réserve fédérale américaine de tolérer une inflation plus élevée.

Snowflake Inc. a grimpé en flèche, marquant des débuts en bourse euphoriques, qui ont transformé la société de logiciels de huit ans en entreprise évaluée à plus de 70 milliards $. Le premier appel public à l’épargne de Snowflake de 3,36 milliards $ représente un record pour une société de logiciels et est le plus important cette année aux États-Unis. Le cours de son action a bondi de 166 % mercredi, engendrant des fortunes au sein de la société et dans toute la Silicon Valley. Les actions du créateur de logiciels d’infonuagique ont ouvert la séance à 245 $ – plus du double de son prix d’introduction en bourse – à New York. Ce gain de 104 % quand la cloche d’ouverture a sonné représente la troisième hausse la plus forte du genre pour un PAPE de 1 milliard $ et plus à la bourse américaine et la plus importante depuis l’introduction en bourse en 2006 de la société de location de matériel de Floride, Herc Holdings Inc. Snowflake a vendu 28 millions d’actions à 120 $ chacune mardi. Celles-ci avaient précédemment été commercialisées à 100 à 110 $ chacune après un relèvement de la fourchette de 75 $ à 85 $. Les actions qui sont montées jusqu’à 319 $, ont clôturé la séance en hausse de 112 % à 253,93 $ à New York, attribuant à la société une valeur au marché de prêt de six fois les 12,4 milliards $ de financement privé obtenu en février.

Europe

Les cas d’infection au coronavirus frisent les 30 millions, avec près de 1 million de décès. L’Inde a déclaré près de 98 000 nouvelles infections, soit un nouveau record quotidien qui accroît encore ce qui était déjà le deuxième total le plus élevé au monde.

Les ventes de voitures européennes ont plongé de près d’un cinquième en août, écartant l’espoir que le secteur a commencé à se rétablir après la pandémie et laissant penser que le marché restera déprimé jusqu’à la fin de l’année.

Asie

La reprise de la consommation des ménages chinois après la COVID-19 a accusé un retard sur d’autres segments économiques, comme la production et les exportations. Le rythme de la croissance des dépenses de consommation avait commencé à décélérer près de deux ans avant qu’éclate la pandémie dans le pays. En outre, les ménages chinois ont ajouté un total de 8 300 milliards de yuans à leurs dépôts en banque depuis le début de l’année, soit pratiquement 8 % de la production nationale de la Chine en 2019. L’épargne démesurée a aidé à protéger les consommateurs de l’impact économique de la pandémie et soutiendra un regain de la consommation à mesure que les activités économiques et du secteur des services de la Chine continueront de se normaliser. Cependant, une accélération de l’épargne et la diminution de la propension des ménages à dépenser seraient de mauvais augure pour un modèle de croissance économique structurellement équilibré.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.