Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La forte augmentation des importations de cuivre affiné par la Chine lui permet de couvrir son déficit structurel de cette matière première critique – principalement à l’état non affiné – et garantit que les mesures de stimulation déployées pour ranimer l’économie à la veille du centième anniversaire de la fondation du Parti communiste en juillet ne fassent pas long feu à cause d’une pénurie de cette matière première de base. BCA Research s’attend à une poursuite de la résilience des matières premières généralement parlant en 2021 – particulièrement des métaux communs, du minerai de fer et du pétrole brut – alors que les marchés comprennent que le Parti communiste chinois compte bien afficher sa forme de capitalisme dirigiste intégré verticalement comme le moteur de sa robuste croissance économique. Comme pour le pétrole, nous nous attendons à ce que la demande de cuivre bénéficie d’un affaiblissement de l’USD et d’un renforcement des échanges commerciaux mondiaux. Les probabilités qu’un vaccin contre la COVID-19 soit disponible d’ici la fin de l’année au début de 2021 restent favorables, ce qui soutient aussi un regain de la demande.

L’or reste un investissement intéressant et le récent recul de son cours durera probablement peu de temps, selon Australia & New Zealand Banking Group Ltd.

États-Unis

Oracle Corp. a déclaré un chiffre d’affaires trimestriel qui dépassait les estimations des analystes grâce à une augmentation de la demande de ses services infonuagiques alors que les entreprises pratiquent de plus en plus le télétravail à cause de la pandémie liée au coronavirus. Les ventes pendant le premier trimestre de l’exercice ont atteint 9,37 milliards $. Les analystes les avaient estimées en moyenne à 9,19 milliards $, selon les données compilées par Bloomberg. Le bénéfice, à l’exclusion de certaines charges, s’est établi à 93 cents par action, comparativement à l’estimation moyenne des analystes de 86 cents.

Les investisseurs en manque de rendement misent de plus en plus sur les obligations de pacotille et il y en a plus à vendre que jamais. Un indice des titres américains de catégorie spéculative rapporte 5,56 % – un point de pourcentage de moins que sa moyenne sur dix ans, mais qui représente quand même une solution de rechange intéressante comparativement à plus de 13 000 milliards $ d’obligations à rendement négatif. Les émetteurs de la catégorie spéculative ont profité des coûts d’emprunt historiquement bas pour vendre plus de 300 milliards $ de titres de créance cette année pour la première fois depuis 2013. Un placement de 30 milliards $ de plus ferait de 2020 l’année la plus chargée à ce jour, selon les données compilées par Bloomberg.

La recherche par Barclays Plc d’une nouvelle adresse à Manhattan laisse penser qu’il reste toujours un intérêt pour ce genre de bureaux. La banque britannique envisage un déménagement à Hudson Yards, étant à la recherche d’un bâtiment plus petit et plus moderne avec davantage d’aires ouvertes, selon une personne bien informée du dossier. Barclays recherche des locaux représentant environ la moitié de l’empreinte de son gratte-ciel à Times Square, le site de son siège social américain actuellement.

Europe

La Grande-Bretagne a enregistré une solide croissance économique en juillet à la faveur du déconfinement, mais l’augmentation des pertes d’emplois et le risque d’un Brexit bâclé menacent de rendre la fin de l’année plus agitée. Le produit intérieur brut a augmenté de 6,6 % par rapport à juin, où il avait crû au rythme record de 8,7 %, grâce à la réouverture des restaurants et des bars au début de juillet. Cependant, le pays n’a rattrapé qu’un peu plus de la moitié de la production perdue pendant le confinement et récupérer le reste pourrait s’avérer difficile. Alors que le chancelier de l’échiquier, Rishi Sunak, a salué le rebond jugé « bienvenu », le Royaume-Uni se prépare à un triple choc qui pourrait forcer les autorités à augmenter le soutien monétaire et budgétaire de l’économie. Le nombre de cas de COVID-19 augmente, le projet du gouvernement de mettre fin à son programme de congés subventionnés pourrait provoquer un bond du chômage et un retrait chaotique de l’Union européenne menace les perspectives.

L’économiste en chef de la Banque centrale européenne, Philip Lane, a prévenu que l’appréciation de l’euro cette année a réduit les perspectives d’inflation, utilisant un langage plus direct que la présidente Christine Lagarde et signalant que de nouvelles mesures de stimulation monétaire pourraient être nécessaires. L’inflation restera négative pendant le reste de l’année et une révision à la hausse de la croissance des prix de base due au rebond de l’économie a été nettement étouffée par l’augmentation du taux de change, écrit-il dans un blogue ce vendredi.

Asie

Les pirates informatiques russes, chinois et iraniens redoublaient leurs efforts pour perturber les élections américaines en ciblant les campagnes du président Donald Trump et du candidat démocrate Joe Biden, selon une enquête de Microsoft Corp. Les cyberattaques visaient aussi les partis politiques, les groupes de défense et les dirigeants de la communauté des affaires internationales, selon un blogue de Tom Burt, vice-président chargé de la sécurité des clients et de la confiance chez Microsoft.

La croissance du crédit de la Chine a rebondi au niveau le plus élevé en mars, car une augmentation des émissions d’obligations gouvernementales et d’autres politiques de détente continuent de faire effet et de soutenir la reprise.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.