Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les prévisions de production de Suncor pour l’ensemble de l’exercice ont été révisées à 680 000–710 000 bep/j. La prévision dans sa présentation des résultats du 2T avait chiffré la production en amont à 740 000-780 000 bep/j.

La famille Audet qui contrôle Cogeco Inc. a réitéré le rejet d’un plan d’Altice USA de rachat de l’entreprise pour à 7,8 milliards $. Louis Audet, qui en est le représentant désigné, a dit que les actions de contrôle que détient la famille dans Cogeco et indirectement dans Cogeco Communications Inc. ne sont pas à vendre.

États-Unis

La récente chute du marché continue de porter la marque d’une correction. Un repli était devenu inévitable. Les actions de croissance avaient évolué verticalement et atteint des valorisations extravagantes. Mais les taux des obligations ne baissent plus. La correction pourrait se poursuivre puisque le sentiment haussier à l’égard des actions américaines reste très élevé. Malgré cette dynamique, BCA Research ne craint pas encore que l’indice S&P 500 soit sur le point d’entamer un cycle baissier. Même si, à la marge, elles ne s’assouplissent plus davantage, les conditions monétaires restent simplement trop accommodantes pour qu’une contraction prolongée s’installe.

L’Argentine a officiellement émergé de sa neuvième défaillance sur crédit après que S&P Global a rehaussé sa note de crédit à la suite de la restructuration de sa dette étrangère de 65 milliards $US. S&P Global a monté la note à CCC+ avec des perspectives stables à la suite d’une « défaillance sélective » après l’émission de nouvelles obligations du pays le 4 septembre pour remplacer celles de mai sur lesquelles elle était en défaut. L’agence de notation a relevé la note de l’Argentine à long terme en monnaie étrangère et locale pour les emprunts à la fois internationaux et locaux. La révision de la note de l’Argentine est le fruit de plus de quatre mois de négociations avec les plus grands créanciers du pays ce qui s’est soldé par un accord sur 55 cents pour un dollar. Cela a suffi pour que les porteurs d’obligations échangent 99 % de la dette étrangère du pays, accordant un allégement de la dette d’environ 38 milliards $ sur les 10 prochaines années.

Europe

La montée des tensions entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sur les questions commerciales se révèle avantageuse pour la première émission d’obligations consortiale du pays depuis juin. Les obligations de 15 ans du Royaume-Uni ont attiré des offres de plus de 57 milliards de livres (75 milliards $US). Les obligations étaient tarifées à environ 13 points de base par rapport à des titres de dette de durée similaire.

L’État finlandais achète des actions de Nokia Oyj pour faire savoir qu’il est prêt à protéger le fabricant de matériel pour réseaux mobiles 5G au cœur d’une bataille géopolitique dans laquelle les États-Unis ont exprimé un intérêt pour une partie de la société. Le gestionnaire d’actifs de participation d’État Solidium Oy a récemment franchi le seuil de 5 % d’actions de Nokia, et détient maintenant pour environ 1 milliard € (1,2 milliard $US) de ces actions.

Asie

Le président Donald Trump a dit qu’il compte freiner les relations économiques avec la Chine, se démarquant de Joe Biden en menaçant de punir toutes les sociétés américaines qui créent des emplois outremer et d’interdire l’accès aux marchés fédéraux américains à celles qui font affaire avec la Chine.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.