Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le premier ministre Jason Kenney a dit que le plan de son gouvernement pour relancer l’économie en difficulté de l’Alberta sera annoncé lundi à Calgary. Ce plan doit comprendre les plus importantes dépenses en infrastructures publiques à ce jour, notamment dans les secteurs de la santé et du transport. Il sera aussi focalisé sur la diversification de l’économie dans des secteurs de croissance critiques tout en étayant le secteur du pétrole et du gaz. Ce sera un plan pour une province qui affichait un déficit budgétaire de 7 milliards $ cette année avant que la pandémie de la COVID-19 ne supprime des emplois et freine l’activité économique et qu’une guerre mondiale des prix du pétrole n’annule les profits de sa première industrie. Le déficit pour cette année est maintenant chiffré à 20 milliards $. Jason Kenney a été élu l’an dernier sur la promesse de galvaniser l’économie de l’Alberta qui souffrait déjà de la mauvaise tenue des prix du pétrole et du gaz. Il a promis de faire plus avec moins, en offrant d’importants incitatifs et en laissant libre cours au marché. Les Albertains ont le fardeau fiscal le moins lourd de toutes les provinces canadiennes et ne paient pas de taxe de vente provinciale.

États-Unis

L’implosion du secteur des hydrocarbures de schiste a atteint un triste jalon en faisant tomber le pionnier de la renaissance du forage aux États-Unis. Mais Chesapeake Energy Corp., qui a déclaré faillite dimanche, n’est que la plus récente victime sur une liste déjà longue. Plus de 200 producteurs de pétrole et de gaz nord-américains, grevés de plus de 130 milliards $US de dettes, ont déposé leur bilan depuis le début de 2015, selon un rapport de mai du cabinet d’avocats Haynes & Boone. Rien que cette année, au moins 20 ont disparu après la chute des prix du pétrole et avec la pandémie de la COVID-19. L’essor des hydrocarbures de schiste avec des sociétés telles que Chesapeake il y a une décennie s’est fait à crédit. La rentabilité et les rendements pour les actionnaires ont toujours été décevants et les investisseurs hésitaient déjà à injecter encore de l’argent dans les schistes avant l’effondrement des prix du pétrole de cette année. Le taux de défaillances sur des obligations à rendement élevé du secteur de l’énergie atteignait 11 pour cent, selon un rapport de Fitch Ratings du 11 juin, le niveau le plus élevé depuis avril 2017.

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Starbucks est la plus récente société à annoncer une pause de sa publicité « sur toutes les plateformes des médias sociaux » et promet des discussions internes et avec ses partenaires des médias et des organisations de défense des droits civiques pour arrêter la propagation des propos haineux. La société continuera de publier sur les médias sociaux sans promotions payantes, a-t-elle annoncé dimanche. Starbucks est le plus récent grand annonceur publicitaire à faire cette annonce alors que le boycott qui a commencé avec Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Facebook touche maintenant d’autres médias sociaux. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Coca-Cola avait annoncé une pause de ses publicités sur les plateformes de médias sociaux du monde vendredi, alors qu’Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Unilever suspend sa publicité sur Facebook, Instagram et Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Twitter aux États-Unis jusqu’au 31 décembre. Dimanche, le géant des spiritueux, Diageo, a annoncé une pause de ses publicités payantes mondiales sur « les grandes plateformes des médias sociaux » à partir de juillet. Un porte-parole de Starbucks a dit que la pause ne comprendra pas YouTube, qui appartient à Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Google.

Europe

L’indice pan-euroéen Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Stoxx 600 est revenu à la case départ au milieu de la matinée après avoir oscillé entre hausse et baisse pendant la première heure de bourse. Les actions du secteur du pétrole et du gaz ont dérapé de 1 % prenant la tête d’un recul alors que celles de l’automobile ont augmenté de 0,8 %. Le géant pétrolier britannique, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. BP, a annoncé lundi la vente de ses activités pétrochimiques à la société de produits chimiques à capital fermé du Royaume-Uni Ineos pour 5 milliards $. Sur le front des statistiques, la confiance dans l’économie s’est améliorée dans la zone euro en juin, selon des données de la Commission européenne parues lundi. Le sentiment économique du bloc a augmenté de 67,5 en mai à 75,7.

Asie

Les actions de la région Asie-Pacifique ont chuté lundi alors que le nombre de cas d’infection au Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. coronavirus continue d’augmenter dans le monde. Au Japon, l’indice Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Nikkei 225 a chuté de 2,3 % sur la journée; les titres du poids lourd Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Fast Retailing et du conglomérat Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Softbank Group ont chuté de plus de 2 % chacun. L’indice Topix a aussi baissé de 1,78 %. L’indice Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Kospi de la Corée du Sud a reculé de 1,93 %. Les actions de la Chine continentale ont régressé sur l’ensemble de la journée. L’indice composé de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Shanghai était en baisse de 0,61 % alors que celui de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Shenzhen a cédé 0,518 %. L’indice Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Hang Seng de Hong Kong avait diminué de 1,24 %, pendant la dernière heure de bourse, alors que les actions de l’assureur vie Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. AIA ont perdu 3.1 %. Pendant ce temps, l’indice Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. S&P/ASX 200 d’Australie a chuté de 1,51 %. Globalement, l’indice MSCI Asie sans le Japon a baissé de 0,93 %. Parmi les données économiques, les ventes au détail au Japon ont chuté de 12,3 % d’une année à l’autre en mai, selon le ministre de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie. Ce chiffre est à comparer avec une prévision médiane du marché d’une baisse de 11,6 %, selon Reuters.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.