Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

L’administration Trump envisage de réimposer des tarifs douaniers sur les importations d’aluminium du Canada et une annonce pourrait être faite d’ici la fin de la semaine, selon des personnes bien informées du sujet. Si le Canada refuse d’imposer des restrictions à l’exportation de l’aluminium, les États-Unis annonceront vendredi la réimposition d’une taxe de 10 % sur l’aluminium canadien et celle-ci s’appliquera à partir du 1er juillet, selon ces informateurs qui ont revendiqué l’anonymat parce que l’information n’est pas publique. Cela se produirait juste quelques jours avant l’entrée en vigueur du nouvel accord commercial Canada-Mexique-États-Unis prévue pour le 1er juillet. Le représentant au Commerce, Robert Lighthizer, a exprimé ses préoccupations au sujet des difficultés récentes de producteurs d’aluminium américain, qui ont vu leurs ventes chuter et les prix tout compris se contracter avec l’évaporation de la demande due à la pandémie mondiale.

Air Canada a conclu deux opérations de financement de 1,23 milliard $ pour aider à parer aux difficultés imposées par la COVID-19, ce qui porte le total à 5,5 milliards $ depuis le début de la pandémie, à la mi-mars. La société de Montréal dit avoir reçu 823 millions $ comme produit de billets garantis de deuxième rang et 300 millions $US de certificats de transfert de prêts de classe C. Le placement privé de billets échéant en 2024 à 9 % d’intérêts réalisé lundi est assorti d’une sûreté de deuxième rang sur certains intérêts dans des biens immobiliers, l’équipement de services au sol, certains baux relatifs aux créneaux d’aéroport et aux portes d’embarquement. Air Canada a aussi réalisé un placement privé d’une tranche de certificats de fiducie bonifiés portant sur du matériel de catégorie C d’une valeur nominale globale d’environ 315 millions $US à un taux d’intérêt de 10,5%. Le trésorier Pierre Houle a dit que le fait qu’Air Canada ait pu ajouter 1,23 milliard $ à ses liquidités grâce à ces deux dernières opérations sans recourir à ses actifs non grevés déjà déclarés « place la compagnie aérienne en excellente position pour accéder à des fonds supplémentaires si le besoin s’en fait sentir ».

États-Unis

Des leaders du secteur de la technologie ont critiqué la plus récente mesure du président Donald Trump pour freiner l’immigration par les programmes de visa sur lesquels leurs sociétés comptent pour l’emploi de milliers de collaborateurs. M. Trump a signé lundi un décret qui suspend les visas de travail étranger, dont ceux de la catégorie L-1 qui permet aux entreprises de muter leur personnel de leurs bureaux à l’étranger et de la catégorie H-1B qui permet d’embaucher des travailleurs hautement qualifiés dans certains domaines. Sundar Pichai de Google, Susan Wojcicki de YouTube et Elon Musk de Tesla ont rapidement condamné les restrictions, tout comme l’ont fait des représentants d’Amazon, de Facebook et de Twitter. La suspension des visas entrera en vigueur le 24 juin et restera en place au moins jusqu’à la fin de cette année. M. Trump affirme que son décret vise à aider l’économie américaine à se rétablir après la pandémie, ajoutant que cela libérera des emplois pour des Américains.

Le conseiller au commerce international de la Maison-Blanche, Peter Navarro, a clarifié que la phase un de l’accord commercial entre les États-Unis et la Chine reste valide, affirmant que Fox News avait interprété ses commentaires « largement hors contexte ». Le président Donald Trump a rapidement confirmé sur Twitter que l’accord restait « entièrement intact ». Fox News avait affirmé que M. Navarro avait dit lundi que M. Trump avait décidé de mettre fin à l’accord commercial. Les contrats à terme américains ont chuté après la parution de l’information de Fox News, mais se sont ressaisis après la clarification de M. Navarro.

Europe

La zone euro a continué de se remettre du récent ralentissement en juin, selon des données parues mardi qui représentent l’indication la plus récente de l’état de santé économique de la région après la pandémie liée au coronavirus. L’indice éclair des directeurs des achats (PMI) – qui mesure l’activité à la fois dans le secteur des services et dans celui de la fabrication dans la zone euro – s’établissait à 47,5 en juin comparativement à 31,9 en mai. Le niveau 50 constitue la démarcation entre la contraction et l’expansion. Les économistes sondés par Reuters s’attendaient à un indice PMI éclair en juin de 42,4. L’augmentation de 15,6 points était de loin la plus importante de l’histoire de l’enquête, à l’exception de l’augmentation record du mois de mai, a dit IHS Markit dans son communiqué.

Asie

Un consortium de six investisseurs mondiaux a conclu une entente de 20,7 milliards $US avec Abu Dhabi National Oil Company (ADNOC), a dit la société pétrolière d’État mardi. Dans le cadre de cette entente, le groupe investira 10,1 milliards $ pour acquérir une participation de 49 % dans une filiale nouvellement constituée, ADNOC Gas Pipeline Assets, avec des droits de location sur 38 pipelines. ADNOC détiendra la majorité avec 51 % et conservera la propriété des pipelines. Elle gérera aussi l’exploitation et reste responsable des investissements en immobilisations. Il s’agit du plus important investissement en infrastructures énergétiques dans la région et du plus important au monde en 2020, selon Abu Dhabi National Oil Company. Cela fait aussi partie de la stratégie de la société pétrolière nationale des ÉAU pour attirer des capitaux étrangers et maximiser la valeur de ses biens. Les six sociétés en question sont Global Infrastructure Partners, Brookfield Asset Management, le fonds souverain de Singapour GIC, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario, NH Investment & Securities et Snam.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.