Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a emprunté le canal de Twitter tard jeudi soir pour annoncer que l’expansion promise du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes afin d’inclure les petites entreprises exploitées par leur propriétaire ne débutera pas aujourd’hui comme prévu. Le CUEC, qui donne droit à des prêts sans intérêt, partiellement non remboursables, à concurrence de 40 000 $, a été augmenté deux fois pour inclure davantage d’entreprises. Il y a plusieurs semaines, le gouvernement a annoncé que le programme allait de nouveau être élargi pour inclure les entreprises dont la masse salariale est inférieure à 20 000 $ et qui ont des charges ne pouvant pas être reportées, comme le loyer, les services publics et des taxes foncières, comprises entre 40 000 $ et 1,5 million $. Le changement visait à couvrir les petites entreprises exploitées par leur propriétaire qui n’étaient pas admissibles au programme en raison de la petite taille de leur masse salariale, aux propriétaires uniques qui touchent directement le bénéfice de leur entreprise et aux exploitations familiales qui payent leurs membres sous forme de dividendes.

Les craintes que la demande de pétrole reste faible affectent maintenant directement les travailleurs de l’industrie alors que l’économie du monde reprend lentement de la vigueur après les perturbations les plus profondes dues à la crise de la COVID-19. Le producteur de pétrole et de gaz Ovintiv Inc. est le dernier à comprimer son effectif, confirmant la remise d’avis de licenciement à 25 pour cent soit environ 650 de ses 2 600 salariés au Canada et aux États-Unis, à partir de lundi. La société, qui a déménagé son siège social de Calgary à Denver l’an dernier et a remplacé son ancien nom d’Encana Corp., a aussi fortement réduit son activité sur le terrain pour répondre à la destruction de la demande de combustibles fossiles et à l’effondrement des prix du pétrole causé par la pandémie.

États-Unis

Facebook a fait l’acquisition d’une jeune société de géolocalisation suédoise Mapillary dans le cadre d’un effort pour rivaliser avec Apple et Google dans la cartographie du monde au niveau du sol. Fondée à Malmö en 2013, Mapillary a créé une plate-forme d’images au niveau de la rue qui utilise des photos téléchargées par des membres du public. Un logiciel détermine ensuite ce qui se trouve dans l’image – le marquage au sol des routes ou les panneaux de circulation – et permet aux producteurs de cartes d’intégrer ces données dans leurs propres cartes. À terme, les données au niveau de la rue de Mapillary pourraient aider Facebook à enrichir les cartes qu’elle offre sur ses plates-formes en les rendant plus précises. L’acquisition a été annoncée sur le blog de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Mapillary jeudi par le cofondateur et chef de la direction, Jan Erik Solem, mais les conditions de la transaction n’ont pas été divulguées.

Alors que les relations avec la Chine sont devenues un sujet politique tendu récemment, les discussions sur le commerce international entre les deux plus grandes économies du monde cette semaine à Hawaï semblent avoir porté certains fruits. Le gouvernement chinois a demandé à des acheteurs de produits agricoles appartenant à l’État de faire des efforts pour respecter les conditions de la phase un de l’accord commercial, selon une personne bien informée du dossier. En raison du confinement imposé par le coronavirus, les achats de produits agricoles américains par le pays asiatique n’avaient atteint que 13 % de l’objectif pour 2020 dans le cadre de l’accord au cours des quatre premiers mois de l’année, par conséquent en acceptant d’honorer son engagement, Pékin est obligé d’accélérer les importations.

Europe

Les 27 gouvernements européens négocient pour la première fois vendredi une proposition de 750 milliards € (841 milliards $US) pour répondre à la crise de la Covid-19. Cependant, le nouveau plan de relance a fait apparaître des divisions entre les pays de l’UE et il n’est pas évident qu’ils réussiront à surmonter leurs divergences. On s’attend à ce que la conférence vidéo de vendredi ne débouche pas sur un accord et il faudra au moins un autre sommet – fort probablement avec des rencontres face-à-face – avant que les nouvelles mesures de relance soient approuvées. La région connaît une des plus graves crises économiques depuis la Deuxième Guerre mondiale. La Commission européenne, la branche exécutive de l’UE, a estimé en mai une contraction de Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. 7,4 % du produit intérieur brut en 2020. Cependant, les prévisions dépendent de la tournure que prendra la crise sanitaire et de la réussite des économies européennes à se remettre pleinement en marche au cours des prochains mois.

La Banque d’Angleterre a ajouté jeudi 100 milliards £ de plus à son programme d’assouplissement quantitatif pour soutenir l’économie du Royaume-Uni face aux conséquences de la crise du coronavirus, portant la valeur totale de sa facilité d’achat d’actifs à 745 milliards £. Les emprunts au Royaume-Uni ont bondi à 103,7 milliards £ (128,9 milliards $US) pendant la période d’avril-mai, selon des chiffres parus vendredi. Cela signifie que la dette du secteur public a dépassé le PIB pour la première fois depuis 1963 alors que l’impact de la pandémie due au coronavirus devient apparent. Sur le front des statistiques, le bureau allemand de la statistique a déclaré vendredi une baisse annuelle de 2,2 % de l’inflation en mai et de 0,4 % par rapport au mois précédent, ce qui était légèrement inférieur aux attentes. Les ventes au détail du Royaume-Uni en mai étaient en baisse de 13,1 % d’une année à l’autre, moins que les prévisions de 17,1 % dans un sondage de Reuters auprès des analystes. Sur une base mensuelle, le commerce de détail a augmenté de 12 % à la faveur d’un léger assouplissement des mesures de confinement selon l’Office for National Statistics.

Asie

Les deux plus grands jeux géants du commerce électronique de la Chine, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Alibaba et Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. JD.com, ont traité pour 136,51 milliards $US de ventes sur leurs plateformes pendant un des plus grands événements commerciaux du pays. Baptisé 618 par ce qu’il a lieu le 18 juin, le festival était surveillé de près pour déceler tout indice de la santé de la consommation dans la deuxième économie du monde qui cherche à se remettre de la pandémie due au coronavirus. JD.com a dit que le volume des transactions s’est établi à 269,2 milliards de yuans (37,99 milliards $US). Ce chiffre représente la valeur totale de toutes les commandes de produits et de services sur la plateforme en ligne de la société, que les marchandises aient été vendues, livrées ou renvoyées. C’est plus que les 201,5 milliards de yuans du volume de transactions de l’an dernier. Pendant ce temps, Alibaba a affirmé que la valeur brute des marchandises se situait à 698,2 milliards de yuans (98,52 milliards $US). Ce chiffre indique le volume de vente sur la plate-forme du géant du commerce électronique.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.