Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les plus grandes compagnies aériennes du Canada consommeront de la trésorerie pendant la plus longue phase de rétablissement du secteur, a dit S&P Global Ratings en abaissant les notes d’Air Canada et de WestJet Airlines Ltd. Air Canada ne retrouvera pas son chiffre d’affaires ni l’utilisation de ses capacités de l’an dernier avant 2023, écrit S&P dans une analyse qui a conduit à une rétrogradation d’un cran de sa note à BB-. Ses perspectives restent négatives. Les revenus du transporteur de Montréal devraient baisser de 50 à 60 pour cent et il pourrait perdre jusqu’à 800 millions $ de bénéfices avant intérêts, impôts et amortissements cette année. Air Canada a dit cette semaine qu’elle supprimera 20 000 emplois. La société génère environ 70 pour cent de son revenu tiré du trafic voyageurs des vols à destination des États-Unis et de l’outre-mer. WestJet est plus centrée sur le transport intérieur, qui se rétablira probablement avant les vols internationaux, estime l’agence. La société de Calgary a un problème différent : l’économie déprimée de l’Ouest canadien.

États-Unis

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Best Buy a dit jeudi que son chiffre d’affaires et son bénéfice ont chuté au premier trimestre, malgré une hausse initiale des achats quand les clients ont organisé leur bureau à la maison et se sont préparés pour permettre aux enfants de suivre les cours à distance pendant la pandémie. Best Buy a indiqué que son bénéfice net du premier trimestre a chuté à 159 millions $US, ou 61 cents par action, contre 265 millions $US, ou 98 cents par action, un an plus tôt. À l’exclusion de certains éléments, Best Buy a gagné 67 cents par action. Les analystes s’attendaient à ce que Best Buy rapporte 44 cents par action, selon Refinitiv. Le chiffre d’affaires de la société a chuté à 8,56 milliards $US, comparativement à 9,14 milliards $US l’an dernier, dépassant les estimations des analystes (8,16 milliards $US). Les ventes à établissements identiques aux États-Unis étaient en baisse de 5,7 %. Les analystes avaient prévu une chute de 10 %.

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Macy’s a dit jeudi qu’elle s’attend à ce que les ventes du premier trimestre chutent de 45 %, et qu’elle pourrait déclarer une perte de plus de 1 milliard $US, puisque la chaîne de grands magasins a dû fermer les portes pendant la crise de la Covid-19. Ces actions ont chuté d’environ 1 % avant l’ouverture des marchés, à l’annonce de la nouvelle. Macy’s s’attend à une perte d’exploitation comprise entre 905 millions $US et 1,11 milliard $US, comparativement à un bénéfice net de 203 millions $US un an plus tôt. Et elle a prévu des ventes au premier trimestre de l’ordre de 3 milliards à 3,03 milliards $US, contre 5,50 milliards $US l’an dernier. La chaîne de magasins publiera ses résultats du premier trimestre le 1er juillet.

Europe

Les actions européennes ont baissé jeudi matin, car les données de l’indice PMI de la zone euro indiquaient un nouveau ralentissement de l’activité pour les secteurs de la fabrication et des services dans la région en mai. L’indice PMI d’IHS Markit pour la zone euro a révélé jeudi matin que l’activité économique s’est contractée moins fortement en mai, beaucoup de sociétés du bloc ayant pris des mesures pour reprendre l’exploitation. L’indice PMI composé qui couvre les deux secteurs s’est établi à 30,5 comparativement au plancher absolu d’avril deux 13,6. Bien qu’il soit considérablement meilleur que prévu, ce chiffre reste encore bien en dessous du seuil de 50 qui démarque la contraction et l’expansion.

La banque centrale de Turquie a réduit le taux directeur de 50 points de base jeudi, en un mouvement qui était probablement encouragé par la confiance dans la livre; la monnaie nationale s’est appréciée modestement, depuis qu’elle a touché un creux record plus tôt ce mois. La décision de la banque de procéder à une neuvième réduction des taux fait passer son taux directeur, le taux de prise en pension d’une semaine, de 8,75 % à 8,25 %. La livre se négociait à 6,798 pour 1 USD à midi, heure de Londres, alors que le billet vert était en hausse de 0,16 % par rapport à la monnaie turque depuis la veille. La banque centrale turque a puisé des millions de dollars dans ses réserves de change ces derniers mois afin de soutenir la livre, pavant maintenant la voie à une baisse des coûts d’emprunt dont le gouvernement espère qu’elle aidera la reprise économique. Les coûts d’emprunt, corrigés de l’inflation, sont encore inférieurs à zéro.

Asie

Les actions de la région Asie-Pacifique ont essentiellement chuté jeudi alors que les investisseurs continuaient de surveiller la remise en marche des économies sur fond de pandémie au coronavirus. Globalement, l’indice MSCI Asie sans le Japon était en baisse de 0,24 %. Les données du commerce extérieur du Japon pour le mois d’avril publié par le ministère des Finances du pays ont révélé une chute des exportations de 21,9 % comparativement à l’an dernier. Cela représente moins que le repli de 22,7 % prévu par les économistes dans un sondage de Reuters.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.