Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le gouvernement fédéral dévoilera aujourd’hui les détails de son aide d’urgence de près de 1 milliard $ dispensée aux petites entreprises par l’entremise de ses six agences de développement régionales. Il avait annoncé la création du Fonds d’aide et de relance régionale il y a plusieurs semaines, mais n’avait pas donné beaucoup de détails, en dehors de la somme globale de 962 millions $. Le premier ministre, Justin Trudeau, et la ministre du Développement économique, Mélanie Joly, doivent communiquer ces informations aujourd’hui, notamment le montant destiné à chacune des six agences régionales – pour l’Ouest, le Nord, l’Atlantique, le Québec et le Nord et le Sud de l’Ontario – et ce que chacune compte en faire. Le fonds sert à amortir le choc financier pour les entreprises et organismes afin de leur permettre de poursuivre leurs activités, notamment de payer leur personnel, pendant la pandémie de COVID-19.

États-Unis

Les démocrates de la Chambre des représentants ont présenté leur première proposition mardi dans le cadre du prochain débat au Capitole au sujet de la lutte contre le coronavirus et de la relance de l’économie, un vaste projet de loi sur lequel un vote est prévu à la fin de la semaine. Le projet de loi de 1815 pages intitulé HEROES Act, était chiffré mardi matin à un peu plus de 3 000 milliards $US, selon un adjoint politique démocrate de la Chambre. Cela comprend le renforcement du programme de paiements directs mis en place dans le cadre du projet de loi sur le coronavirus de 1 800 milliards $US adopté à la fin de mars, des sommes supplémentaires pour les États et les collectivités locales et la prolongation de certaines indemnités de chômage reliées à la pandémie. Le projet de loi devrait recevoir un accueil froid au Sénat où les républicains ont dit qu’ils ne sont pas pressés d’adopter une nouvelle loi et se concentrent sur la protection des propriétaires d’entreprises contre tout litige intenté par des employés ou des clients quand les établissements rouvriront.

Uber Technologies Inc. a fait une offre d’achat sur Grubhub Inc., décision qui pourrait conduire à la fusion des deux plus grandes applications de livraison de repas aux États-Unis, dont la pandémie a dopé la demande, selon des personnes bien informées du dossier. Les entreprises discutent d’une transaction et pourraient trouver un accord dès ce mois-ci, selon ces interlocuteurs qui ont revendiqué l’anonymat puisque l’affaire est encore confidentielle. Les délibérations sont engagées, mais les discussions pourraient encore échouer, ont-ils ajouté. Les actions de Grubhub ont grimpé de 39 pour cent à New York après une suspension temporaire. Elles étaient en hausse de 29 pour cent à la fermeture de la Bourse de New York, valorisant la société à 5,6 milliards $US. Uber, dont la capitalisation boursière s’élève à 56 milliards $US, a augmenté de 2,3 pour cent mardi.

Europe

Le PIB du Royaume-Uni s’est contracté de 5,8 % d’un mois à l’autre en mars, selon les chiffres préliminaires publiés mercredi, les mesures de confinement ayant commencé à ralentir l’activité économique du pays. Cela représente la plus forte baisse mensuelle depuis qu’on en tient le relevé (1997), selon l’Office for National Statistics (ONS). Cependant, le chiffre de mars est encore supérieur aux prévisions des analystes qui tablaient sur un recul de 7,2 %. Cela fait basculer le PIB britannique dans une contraction de 2 % pour les trois premiers mois de l’année, d’un trimestre à l’autre, selon les chiffres de l’ONS, mais c’était mieux que les 2,5 % attendus par les analystes.

Matinée chargée d’annonces de résultats ce mercredi. Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Commerzbank a encaissé une perte au premier trimestre; la pandémie et l’augmentation des provisions pour pertes sur créances ont plombé le deuxième prêteur d’Allemagne. La banque affiche une perte nette de 295 millions € (319,99 millions US$). Les actions de Commerzbank ont chuté de 3,6 % avant l’ouverture des marchés. Le géant du transport maritime, Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Maersk, a déclaré une augmentation du bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements (BAIIA) de 23 % au premier trimestre, mais a averti que les volumes de transport de conteneurs mondiaux ont fortement diminué à cause de la pandémie. Les actions de Moller-Maersk ont dérapé de 5,4 %.

Asie

Ce lien ouvrira dans un nouvel onglet. Tencent a déclaré un bénéfice qui dépasse les attentes grâce à une solide performance dans son secteur des jeux et à des résultats supérieurs aux prévisions de ses unités de technologie financière et de publicité. Voici comment les résultats de Tencent se comparent aux estimations consensuelles de Refinitiv : chiffre d’affaires de 108 milliards de yuans (15,2 milliards $US) contre une estimation de 101,4 milliards de yuans. Cela représente une augmentation de 26 % d’une année à l’autre. Le bénéfice attribuable aux actionnaires de la société a atteint 28,9 milliards de yuans contre des prévisions de 23,83 milliards de yuans, soit une augmentation de 6 % d’une année à l’autre.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.