Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les magasins en Ontario sont autorisés à rouvrir aujourd’hui en organisant le ramassage des achats à la porte après une fin de semaine au cours de laquelle la propagation de la COVID-19 a ralenti à un rythme inégalé depuis mars. La mesure annoncée la semaine dernière vise à remettre l’économie en marche après les pertes d’emplois sans précédent dues à la pandémie en mars et avril. Tous les commerces de détail dont l’entrée donne sur la rue sont autorisés à ouvrir aujourd’hui, pourvu que le ramassage et les livraisons se fassent sur le trottoir – décision dont le premier ministre Doug Ford a dit qu’elle permettra à des milliers de personnes de reprendre le travail. Vendredi, le gouvernement a autorisé la réouverture complète des centres de jardinage et pépinières, et les quincailleries ont pu en faire autant samedi.

États-Unis

À cause de la pandémie due au coronavirus, les achats de marchandises américaines par la Chine cette année seront bien inférieurs à ce qui avait été convenu dans la « phase un » de l’accord commercial, selon une projection du Center for Strategic and International Studies. Le laboratoire d’idées américain prévoyait que les exportations de marchandises américaines à destination de la Chine pourraient n’atteindre que 60 milliards $US pour l’ensemble de 2020 – beaucoup moins que les 186,6 milliards $US prévus dans l’entente signée par les deux pays en janvier. Cette projection, reconnaît-il, représente le scénario le plus noir parce que les achats chinois de marchandises américaines pourraient augmenter plus tard cette année à mesure que l’économie se relèvera, mais cela ne devrait pas modifier l’ensemble du tableau, seulement certains détails, a écrit Scott Kennedy, conseiller principal et président de la section de l’économie et du commerce chinois du CSIS, dans un rapport, vendredi.

Europe

Boris Johnson expliquera son plan de déconfinement du Royaume-Uni devant le Parlement alors qu’il cherche à remettre davantage de Britanniques au travail, tandis que l’opposition politique et les syndicats accusent le gouvernement d’avoir semé la confusion et de mettre la santé des travailleurs en danger. Dans une allocution télévisée dimanche soir, M. Johnson a annoncé les « premiers pas prudents » pour assouplir le confinement dans le cadre d’un plan en trois étapes, en commençant cette semaine par des autorisations d’activités extérieures sans limite de temps pour des sports tels que le golf et le tennis, et pour permettre à la population de se rendre dans des parcs et sur les plages d’Angleterre. Il a demandé à ceux qui ne peuvent pas télétravailler – notamment dans la fabrication et la construction – de retourner dans les usines et sur les chantiers. Dans la deuxième phase du plan, les écoles primaires et les magasins devraient commencer à rouvrir à partir du 1er juin, alors que dans un troisième temps, les cafés en plein air pourront reprendre leur activité en juillet.

Asie

La Chine pourrait devoir radier des prêts massifs alors que des pays qui doivent de l’argent à Pékin dans le cadre de son gigantesque projet d’infrastructures ont du mal à honorer leurs dettes qui ont explosé à cause du coronavirus, selon certains analystes. Le plan d’investissements en infrastructures titanesque de la Chine – les nouvelles routes de la soie – est très controversé et largement critiqué en raison du fardeau de dettes dont il afflige nombre de pays. C’est un projet ambitieux qui vise à construire un réseau complexe de lignes de chemin de fer, de route et d’axes maritimes s’étendant de la Chine à l’Asie centrale, à l’Afrique et à l’Europe. Il vise aussi à soutenir le commerce. Des institutions financières chinoises ont prêté des centaines de milliards de dollars aux pays qui participent aux projets.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.