Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Suncor Énergie Inc. a rejoint le cortège des sociétés qui réduisent leurs projets d’investissement devant le double revers de la pandémie de COVID-19 et de la guerre des prix du pétrole entre l’Arabie saoudite et la Russie. Dans un communiqué émis lundi soir, la société de Calgary a dit qu’elle prévoit de réduire ses dépenses de 1,5 milliard $ à une fourchette de 3,9 à 4,5 milliards $ à cause du choc de demande. Dans ce communiqué, le président et chef de la direction de Suncor, Mark Little, dit que la société prend cette mesure pour s’assurer de pouvoir traverser une période de bouleversements prolongée. Suncor suspend aussi les rachats d’actions pour préserver sa trésorerie et a dit qu’elle a obtenu quelque 2,3 milliards $ de liquidités supplémentaires de ses principaux prêteurs à partir de la fin du mois. Suncor disposait d’environ 6,7 milliards $ de liquidités à la fin de 2019. La société n’a aucune dette parvenant à échéance cette année.

États-Unis

Démocrates et républicains se rapprochent d’un accord sur un programme massif de relance pour contrer l’impact économique du coronavirus, selon de multiples rapports. Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, et le chef de la minorité au Sénat, Chuck Schumer, ont dit qu’ils espèrent que leur accord définitif sera en place mardi matin, selon Politico. Associated Press et le Washington Post ont aussi publié des articles sur l’avancement des pourparlers. Le projet de loi du GOP devant le Sénat n’avait pas réussi à franchir un obstacle de procédure lundi après un résultat similaire atteint dimanche. La mesure est chiffrée à bien plus que 1 000 milliards $ et vise à atténuer le contrecoup de l’épidémie liée au coronavirus. L’effort a pris une tournure urgente alors que les hôpitaux, les travailleurs, la population et les sociétés ont tous fait savoir qu’ils ont besoin de fonds rapidement pour faire face à l’impact du coronavirus sur l’économie. Lundi également, le président Donald Trump a dit qu’il veut que les activités reprennent le plus tôt possible. « Je ne m’attends pas à des mois », a-t-il dit.

Europe

Alors que M. Trump envisage d’assouplir certaines restrictions visant à contrer le coronavirus, le Royaume-Uni a émis une ordonnance de confinement à partir de mardi, n’autorisant que les déplacements essentiels. Tous les bâtiments et lieux publics non essentiels sont fermés. Cela va des bibliothèques aux lieux de culte en passant par les salles de sport et les terrains de jeu en plein air. Tous les événements sociaux dont les mariages et les baptêmes sont aussi interdits.

Les Italiens se sont réveillés mardi avec une lueur d’espoir puisque le nombre de victimes de la COVID-19 semble avoir diminué dans leur pays. Le nombre de décès a augmenté de 602 lundi, soit la plus petite augmentation en quatre jours, selon Reuters. Le nombre de nouveaux cas confirmés a aussi ralenti lundi. Ces chiffres ont fait monter l’espoir que le pire soit passé pour l’Italie qui compte le plus grand nombre de décès dus au virus au monde. Cependant, le premier ministre Giuseppe Conte a dit lundi que l’Italie n’a pas encore atteint la « phase la plus aiguë » de l’infection. « Il est trop tôt pour dire » quand la crise sera terminée, a dit M. Conte au quotidien La Stampa lundi.

Asie

La province du Hubei en Chine a dit qu’elle autorisera la reprise des transports dans la ville de Wuhan le 8 avril, mettant de fait fin à la quarantaine massive imposée à la ville où le coronavirus a émergé en premier en décembre. La population de Wuhan sera autorisée à quitter la ville et la province, selon un communiqué publié sur le site web du gouvernement mardi. La levée des restrictions a lieu après que la province du Hubei a déclaré que le nombre de nouvelles infections a chuté à zéro le 19 mars, ce qui représente une baisse spectaculaire depuis le plus fort de l’épidémie qui a contaminé plus de 80 000 Chinois et en a tué 3 200. Le président Xi Jinping a fait montre de confiance dans l’interruption de l’épidémie en Chine par son gouvernement.

Un premier regard sur la conjoncture économique en Chine en mars révèle peu d’indications d’un rétablissement de l’économie après le choc du coronavirus au cours des deux premiers mois de l’année, selon le livre beige chinois. Ce livre beige affirme qu’il n’est « pas déraisonnable » de penser que le produit intérieur brut se contractera de 10 % à 11 % au premier trimestre, même avec une légère remontée au cours des dernières semaines de ce mois. La semaine dernière, le bureau national de la statistique de la Chine a publié des données pour janvier et février qui révèlent une forte chute des indicateurs clés tels que les investissements en immobilisations et le commerce de détail. Le taux de chômage officiel des villes, dont beaucoup d’analystes doutent, a aussi bondi en février à 6,2 % – en dehors de la fourchette dans laquelle il s’est maintenu pendant les deux dernières décennies.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.