Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La Chambre des communes se réunira mardi pour un vote sur des mesures destinées à alléger le fardeau de la COVID-19 pour les particuliers et les entreprises. Les représentants du gouvernement disent avoir travaillé en coulisses avec les partis d’opposition pour s’assurer que les mesures législatives puissent être débattues et adoptées le plus vite possible. Le 13 mars, le Parlement a décidé de suivre lui-même les conseils qu’il a dispensés au sujet de la distanciation sociale et a fermé la Chambre pour permettre au gouvernement de concentrer ses efforts sur la lutte contre le virus. Tous les partis ont discuté de moyens de limiter le nombre de députés qui se présenteront pour voter. Selon les règles de la Chambre des communes, au moins 20 députés plus le président de la Chambre doivent être présents. Les mesures proposées, annoncées la semaine dernière par le premier ministre, Justin Trudeau, et le ministre des Finances, Bill Morneau, comprennent des changements qui permettraient aux travailleurs d’être plus facilement admissibles à des prestations d’assurance emploi.

États-Unis

Les marchés se sont effondrés après qu’un important vote au Sénat sur un plan de relance dans la lutte contre le coronavirus n’a pas réuni suffisamment de voix favorables. Le vote s’est établi à 47 contre 47, mais il fallait 60 voix pour que le programme soit adopté. Les sénateurs démocrates ont voté contre un compte à rebours de 30 heures pour un vote final. Les démocrates ont fait valoir que, dans ses détails, le projet de loi était trop favorable à Wall Street plutôt qu’à la population générale, alors que la COVID-19, la maladie infectieuse contractée par plus de 300 000 personnes au monde, se propage rapidement et menace de précipiter l’économie intérieure et mondiale dans une récession. Les États-Unis ont enregistré plus de 32 000 cas de contamination jusqu’à présent. Le sénateur Chuck Schumer, un démocrate de New York, a qualifié dimanche le projet de loi sur le coronavirus de plan de sauvetage des grandes entreprises sans protection pour le commun des travailleurs. Lors d’une conférence de presse du groupe de travail sur le coronavirus dimanche, le président Donald Trump a dit qu’il s’attend à ce que le plan soit adopté.

Le président Donald Trump a annoncé dimanche qu’il a activé la National Guard dans les États de la Californie, de New York et de Washington pour combattre la propagation du coronavirus. L’administration a souligné que le déploiement de la garde nationale n’est pas une imposition de la loi martiale. Les gouverneurs des États conserveront le commandement de la National Guard, mais la Federal Emergency Management Agency couvrira tous les coûts des missions menées en réponse à l’épidémie.

Europe

L’Allemagne est sur le point de dévoiler de nouvelles mesures pour atténuer l’impact économique de l’épidémie liée au coronavirus, dans ce que les analystes qualifient de changement radical au pays de la rigueur budgétaire. Les mesures de stimulation budgétaire sont adoptées au moment où l’Italie durcit le confinement après que le nombre de décès dus au coronavirus a franchi le cap des 5 000 et où l’Espagne a décidé de prolonger l’état d’urgence jusqu’au 11 avril. L’Europe est l’épicentre de la pandémie depuis la mi-mars, comptant plus de cas confirmés que partout ailleurs dans le monde. L’Allemagne prévoit d’augmenter les emprunts à concurrence de 150 milliards € (160 milliards $US) cette année ainsi que d’adopter un budget supplémentaire de 156 milliards € (167 milliards $US). Le gouvernement dirigé par la chancelière Angela Merkel crée aussi un fonds de 500 milliards € qui prendra des participations dans des industries critiques, selon divers reportages dans les médias.

Asie

Le premier ministre du Japon, Shinzo Abe, a laissé entendre que les Jeux olympiques de Tokyo pourraient être reportés, mais il a exclu la possibilité d’annuler l’événement sportif mondial, selon de multiples reportages des médias locaux, lundi. Cette information tombe un jour après que le Comité international olympique (CIO) a annoncé qu’il accélérait sa planification de scénarios pour l’événement afin d’aider à contenir la propagation du nouveau coronavirus et de protéger la santé de tous les participants. Néanmoins, le premier ministre japonais aurait affirmé que l’annulation de l’événement n’était pas une option. Ces commentaires faisaient écho au communiqué du conseil exécutif du CIO dimanche qui disait que l’annulation de l’événement « ne résoudrait aucun problème ni n’aiderait personne. Par conséquent, l’annulation n’est pas à l’ordre du jour ». Le Japon a subi d’intenses pressions pour qu’il retarde ou annule les Jeux qui devraient débuter le 24 juillet à Tokyo.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.