Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les consommateurs canadiens ont déclaré le plus grand nombre de cas d’insolvabilité en près d’une décennie à la fin de l’année dernière, attisant les craintes concernant l’impact de l’endettement record sur les ménages et l’économie. Le nombre de dossiers d’insolvabilité a atteint 35 155 au cours des trois derniers mois de 2019, plus que dans tout autre trimestre depuis 2010, selon des données publiées lundi par le Bureau du surintendant des faillites du Canada. Cela représente une augmentation de 10,2 pour cent comparativement à 31 900 pendant la même période un an plus tôt et environ 5 000 de moins que le record de 40 589 atteint au troisième trimestre de 2009. Après une baisse régulière à la suite de la crise financière, les cas d’insolvabilité ont commencé à réaccélérer l’an dernier, soulevant des questions sur la viabilité de la dette record des ménages du pays – 2 300 milliards $ à la fin de décembre. L’inquiétude est encore amplifiée par le fait que les cas d’insolvabilité augmentent à un moment où l’économie du Canada se porte relativement bien, avec un taux de chômage moyen de 5,7 pour cent au quatrième trimestre. Quand les cas d’insolvabilité ont culminé, il y a une décennie, le taux de chômage était plus élevé de presque trois points de pourcentage, à 8,6 pour cent.

États-Unis

L’action de Sprint a augmenté de plus de 60 % après les heures de bourse lundi où le Wall Street Journal a écrit qu’un juge de district américain doit rendre une décision en faveur de sa fusion avec T-Mobile. L’action de T-Mobile a augmenté de plus de 8 % après la fermeture du marché. Le troisième opérateur de télécommunications sans fil des États-Unis par le nombre d’abonnements attend une décision d’un juge fédéral pour savoir s’il peut procéder à sa fusion de 26,5 milliards $US avec Sprint. Cependant, la transaction ne pourra pas être conclue avant que la Commission des entreprises d’utilité publique de la Californie l’approuve, ce qui ne s’est pas encore produit près de deux ans après son annonce. T-Mobile, Sprint et Dish Network, qui attendent le feu vert pour créer un nouveau réseau sans fil national, n’ont pas encore vu la décision du juge, selon des personnes bien informées du dossier. Les détails et les conditions possibles de la transaction sont essentiels pour établir si la transaction a du sens pour toutes les parties.

Europe

Daimler AG a réduit son dividende au plus bas niveau depuis la crise financière et a promis des compressions de coûts plus importantes alors que le chef de la direction, Ola Källenius, libère de la trésorerie cette année pour électrifier sa gamme de véhicules. M. Källenius, qui a eu du mal à progresser dans un effort de restructuration au cours de neuf premiers mois de son mandat, a fait vœu de dégager un bénéfice nettement plus élevé cette année que l’année dernière, en réduisant les coûts et en plafonnant les investissements. Daimler examinera aussi ses activités non essentielles pour canaliser plus d’argent vers la construction automobile, a dit le fabricant allemand mardi. Le chef de la direction quinquagénaire subit des pressions pour améliorer l’exploitation en 2020 après trois avertissements sur l’incapacité de respecter les prévisions de bénéfices depuis son entrée en fonction en mai. Daimler voit augmenter le nombre de rappels de véhicules et les coûts juridiques liés aux allégations de truquage des émissions des moteurs diesel. Et la société a réagi plus lentement que Volkswagen AG pour électrifier sa gamme de véhicules et doit maintenant faire face à la concurrence croissante de Tesla Inc., qui compte construire une usine près de Berlin.

L’Union européenne a rapidement démenti les propos du gouvernement du Royaume-Uni qui prétendait que les entreprises de services financiers de Londres devraient continuer d’avoir accès au marché unique même si le pays s’écarte des règles du bloc après le Brexit. Le Trésor britannique avait inclus la demande de ce qu’il est convenu d’appeler une équivalence permanente dans le cadre de ses préparations en vue des négociations commerciales du mois prochain avec l’UE. L’accès futur des entreprises de services financiers à l’UE sera un enjeu clé dans les négociations du Royaume-Uni avec le bloc. Les banques de Londres craignent que, une fois le R.-U. sorti de l’UE, elles n’aient plus le droit automatique au « passeport financier » qui leur permet d’exercer librement leurs activités dans les 27 États membres. Elles devront plutôt s’en remettre à un arrangement connu sous le nom « d’équivalence » en vertu duquel l’UE aurait le droit absolu de juger si les règles du Royaume-Uni sont adéquatement alignées avec les siennes. Un des grands motifs d’inquiétude dans les milieux financiers est que l’UE peut retirer l’équivalence avec un seul mois de préavis.

Asie

Les livraisons de téléphones intelligents de la Chine pendant les trois mois terminés en mars devraient chuter de plus de 30 % par rapport à la même période de l’an dernier, a dit International Data Corporation mardi. Le plus grand marché de téléphones intelligents au monde pourrait connaître ce qu’on appelle un « effet cygne noir » au premier semestre de l’année en raison de l’épidémie du nouveau coronavirus qui a déjà causé plus de 1 000 décès en Chine continentale, selon le bureau d’étude.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.