Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le projet d’expansion de l’oléoduc Trans Mountain du gouvernement canadien a franchi une étape juridique importante, laissant entrevoir son démarrage prochain et envoyant une bouée de sauvetage à l’industrie de l’énergie en difficulté du pays. La Cour d’appel fédérale a statué mardi à Ottawa que le gouvernement du premier ministre Justin Trudeau a adéquatement consulté les communautés autochtones situées le long du tracé du pipeline et que l’examen réglementaire du projet incluait tous les éléments nécessaires. La décision indique qu’un des derniers arguments juridiques de contestation du projet pourrait être surmonté, ce qui aiderait à éviter l’interruption de la construction et permettrait à l’oléoduc agrandi de commencer à cheminer du pétrole à sa date cible de 2022. Mais la décision fera probablement l’objet d’un appel auprès de la Cour suprême du Canada, selon David Austin, avocat du secteur de l’énergie chez Stirling LLP, à Vancouver.

États-Unis

Pete Buttigieg a conservé son avance dans les caucus de l’Iowa après la publication d’une deuxième tranche de résultats mardi, confirmant son statut de candidat crédible après une ascension extraordinaire du maire peu connu d’une petite ville de l’Indiana dans le quarteron de tête de la course à l’élection présidentielle. D’après les résultats de 71 % des bureaux de vote, Bernie Sanders s’est classé deuxième avec sa promesse de mettre en place l’assurance-maladie pour tous et d’engager une révolution politique contre l’inégalité des richesses. Ces résultats marquent un important revers pour Joe Biden, qui n’est arrivé qu’en quatrième place derrière Elizabeth Warren.

L’acquittement inévitable du président Donald Trump dans le procès en destitution devant le Sénat mercredi fait dire à certains démocrates de la Chambre des représentants qu’ils auraient dû déployer des arguments plus complets pour sa destitution. M. Trump émerge de deux semaines de procès devant le Sénat en paraissant plus fort que jamais, à peine égratigné par les détails incessants de ses efforts pour forcer l’Ukraine à enquêter sur un de ses principaux rivaux politiques. Au lieu de cela, la base républicaine semble revigorée, attribuant à M. Trump un taux record d’approbation de 49 % dans le plus récent sondage.

Europe

Le rebond de l’économie du Royaume-Uni depuis les élections générales se révèle plus important qu’on l’estimait initialement, justifiant la décision de la Banque d’Angleterre de ne pas intervenir le mois dernier avec des mesures de détente monétaire. L’indice composé des directeurs des achats établi par IHS Markit a bondi au niveau le plus élevé depuis 16 ans en janvier, dépassant une estimation initiale. Le secteur dominant des services s’est aussi amélioré et la confiance est au plus haut depuis 2015. La livre sterling a gagné 0,3 % pour s’établir à 1,3069 $US à 9 h 55 à Londres. Cet indicateur laisse entrevoir que l’économie est en passe de croître de 0,2 % ce trimestre. Cela constituerait une amélioration par rapport à la fin de 2019 où l’incertitude politique et le Brexit ont été préjudiciables. Un certain nombre de sondages laissent aussi entrevoir une amélioration au début de 2020 dans la foulée de l’importante victoire électorale du premier ministre Boris Johnson en décembre. La question clé pour les autorités de la BdA est de savoir si ce rebond se maintiendra. Alors que sept membres du comité de politique monétaire ont voté en faveur du maintien des taux d’intérêt à 0,75 % en janvier, certains ont laissé entendre qu’il suffirait de peu de choses pour qu’ils changent d’avis.

Asie

La Banque de Thaïlande a réduit son taux d’intérêt de référence à un niveau record alors que l’épidémie de coronavirus, un blocage du budget gouvernemental et une sécheresse pénible compromettent la croissance. La banque centrale a abaissé son taux directeur d’un quart de point à 1 % mercredi par une décision unanime, ce qui marque la troisième réduction des taux en cinq séances de fixation de la politique monétaire. Quatorze analystes sur 29 consultés par Bloomberg avaient prédit la décision, les autres ne prévoyant aucun changement. Le virus a gravement affecté l’industrie du tourisme de la Thaïlande, minant les perspectives de l’économie. Les grands argentiers devaient déjà composer avec la pire sécheresse en quatre décennies, un retard prolongé dans la mise en œuvre du budget annuel de 3 200 milliards de bahts (103 milliards $US) et la contraction des exportations.

Le gouverneur de la banque centrale des Philippines, Benjamin Diokno, a dit qu’il vaudrait mieux réduire les taux d’intérêt plus tôt, signe que les grands argentiers vont probablement réduire le loyer de l’argent. Comme la politique monétaire produit son effet avec un décalage et que la banque centrale est consciente des risques pour la croissance mondiale de l’épidémie de coronavirus, « plus on intervient tôt, mieux c’est », a dit M. Diokno mercredi dans une interview à Manille. M. Diokno préside le comité de fixation de la politique monétaire de sept membres à la Bangko Sentral ng Pilipinas, qui abaissera son principal taux d’intérêt de 25 points de base jeudi, à 3,75 %, selon 17 économistes interrogés sur 25 dans une enquête de Bloomberg. Les autres ne prévoyaient aucun changement.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.