Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

D’après la Banque Toronto-Dominion, il faut ajouter l’endettement record des entreprises à la liste des tendances d’emprunts inquiétantes du Canada. Les dettes des entreprises, en dehors du secteur financier, avaient atteint un record de 118,7 % du produit intérieur brut à la fin du deuxième trimestre, ont écrit James Orlando et Brett Saldarelli, des économistes de TD, dans une note publiée lundi. Cela classe le Canada au troisième rang des pays du G20, derrière la Chine et la France, selon le rapport, qui citait des données de la Banque des règlements internationaux. Le service de cette dette, intérêts et capital, représente 56,6 % des bénéfices – ce qui est proche du record atteint en 2017 et bien supérieur à la moyenne de la période de 2010-2019, qui se situait autour de 50 %, selon la note. Si les niveaux de trésorerie ont augmenté considérablement ces dernières années pour aider à amortir ces emprunts, l’endettement a progressé encore, écrit la TD.

Le remplacement et l’expansion de la Ligne 3 de l’oléoduc d’Enbridge Inc. ont franchi des obstacles réglementaires clés au Minnesota. La commission des entreprises de service public de cet État a approuvé une étude d’impact environnemental révisée et a accepté de remettre en vigueur le certificat d’utilité publique du projet dans un vote à trois contre un lundi, selon Juli Kellner, porte-parole de la société de Calgary. La commission a aussi approuvé le tracé de l’oléoduc.

États-Unis

Les caucus de l’Iowa qui devaient donner le ton de la course démocrate à l’élection présidentielle sont devenus un sujet d’embarras politique pour le parti, les candidats et électeurs se retrouvant sans résultat et sans tremplin pour la prochaine étape des primaires. Une tentative de modernisation du système alambiqué des caucus de l’Iowa pour le rendre plus transparent a échoué avec l’introduction d’une nouvelle technologie et de règles plus complexes. Le Parti démocrate de l’Iowa n’a pas été en mesure de publier les résultats des caucus de lundi après avoir découvert des « incohérences » dans les données provenant des sites où se sont déroulés les caucus. Le parti a indiqué que les résultats pourraient être publiés plus tard mardi, mais sans préciser l’heure.

L’administration Trump mettra en application de nouvelles règles controversées qui permettraient aux États-Unis de commencer à imposer des droits de douane punitifs sur des marchandises de pays accusés d’avoir une monnaie sous-évaluée, a dit le département du Commerce lundi. La décision donnerait de nouveaux arguments aux plaintes américaines au sujet de la manipulation des monnaies qui visaient dans le passé des économies telles que la Chine et le Japon et transforme donc le marché de change mondial de plus de 6 000 milliards $US par jour en nouveau champ de bataille dans les guerres commerciales de l’administration Trump.

Europe

L’industrie de la construction en difficulté du Royaume-Uni a eu droit à un répit le mois dernier où les élections générales ont ouvert la voie au Brexit. L’indice de l’activité de construction IHS Markit a monté à 48,4, comparativement à 44,4 en décembre, mais est resté sous le seuil de 50 qui dénote une expansion, un neuvième mois de suite. Les entreprises de construction étaient plus optimistes au sujet de leurs perspectives de croissance que jamais depuis avril 2018, un certain nombre de sociétés notant que les clients ont recommencé à vouloir dépenser après la victoire décisive de Boris Johnson, à la fin de l’an dernier. La construction résidentielle était le créneau le plus performant.

Asie

Le gouverneur de la banque du Japon, Haruhiko Kuroda, a manifesté une inquiétude croissante au sujet du coronavirus, affirmant maintenant que la banque n’hésitera pas à prendre des mesures pour atténuer l’impact du virus sur l’économie, si cela devenait nécessaire. Les remarques de M. Kuroda devant le Parlement japonais mardi contrastaient avec les commentaires du mois dernier où il avait dit qu’il était trop tôt pour présumer que la récente éclosion du virus représenterait une menace aussi grande que la contagion du SRAS en 2003.

La Chine prépare des mesures pour s’adapter à un rythme de croissance économique plus lent alors que l’épidémie du coronavirus ne donne aucun signe de ralentissement. Les autorités évaluent s’il faut réduire l’objectif de croissance économique pour 2020 alors que les importateurs de gaz naturel liquéfié d’État envisagent de se déclarer incapables d’honorer certaines obligations de livraison – c.-à-d. d’invoquer un cas de force majeure – selon des personnes bien informées de la question. Les autorités à Pékin espèrent que les États-Unis accepteront une certaine souplesse concernant les engagements pris dans la première phase de l’accord commercial, ont dit des personnes proches de la situation. Les deux tiers de l’économie chinoise resteront fermés cette semaine et plusieurs provinces ont pris des mesures extraordinaires pour prolonger le congé du Nouvel An lunaire afin d’aider à enrayer la propagation de la maladie qui a déjà fait 425 morts, pour 20 438 cas confirmés, la plupart à Hubei.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.