Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Alimentation Couche-Tard Inc., la chaîne de dépanneurs, pourrait se tourner vers le financement par emprunt socialement responsable pour soutenir ses activités, si cela a du sens pour ses actionnaires. « Nous examinons toutes les possibilités d’avoir un bilan sain et d’apporter de la valeur à nos actionnaires, a dit Claude Tessier, chef de la direction financière, dans un entretien téléphonique. Si le financement ESG en fait partie, nous examinerons cette possibilité. » Alors que les émissions d’emprunts teintés de préoccupations environnementales, sociales et de gouvernance sont en plein essor dans le monde, la possibilité qu’elles comportent des conditions de taux plus avantageuses que les obligations ordinaires est limitée. Cela s’explique en partie par l’échelle de grandeur alors que le marché est encore relativement faible par rapport aux autres secteurs. Le Bloomberg Barclays U.S. Green Bond Index – un indice des obligations de sociétés vertes – a gagné environ 12,6 % au cours des 12 derniers mois. Cela représente moins que l’indice de référence large des obligations de sociétés de qualité investissement, qui a rapporté environ 15 %.

États-Unis

Les gestionnaires de dette du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin doivent expliquer en détail comment ils intégreront l’obligation de 20 ans réinstaurée dans leur arsenal de financement des déficits américains dont on prévoit qu’ils dépasseront 1 000 milliards $ par an au cours de la prochaine décennie. L’annonce du refinancement de l’État mercredi a laissé entrevoir que les ventes de titres de dette à long terme trimestrielles se maintiendront à un niveau élevé record de février à avril. Le suspense de cette semaine sera de savoir quand le Trésor commencera à adjuger les obligations de 20 ans, et s’il réaffectera des ventes d’autres titres de dette à coupons pour faire de la place pour ces nouvelles émissions. Les courtiers s’attendent à ce que les ventes d’obligations de 20 ans – qui avait été suspendues en 1986 – commencent en mai plutôt que ce mois-ci. Mais le Trésor pourrait donner des détails cette semaine sur la structure de l’émission pour la première fois depuis le dévoilement du projet à la mi-janvier. La nouvelle échéance est lancée alors que le gouvernement essaie de profiter des faibles taux et de trouver de nouvelles options pour se financer.

Europe

Le négociateur en chef du Brexit de l’Union européenne a insisté pour dire qu’un accord commercial « très ambitieux » ne sera offert au Royaume-Uni que si le premier ministre Boris Johnson adhère à des règles très strictes pour éviter la concurrence déloyale. La livre sterling a chuté. L’UE a engagé 11 mois de négociations difficiles d’un nouveau partenariat avec le Royaume-Uni, dont Michel Barnier a pris l’initiative en définissant les lignes directrices de négociation du bloc à Bruxelles. M. Johnson donne de son côté un discours important à Londres. C’est le premier jour ouvrable depuis que la Grande-Bretagne a quitté l’UE après y avoir adhéré pendant 47 ans, ce que M. Barnier a qualifié de moment sombre.

L’inflation de la Turquie a accéléré plus vite que prévu un deuxième mois de suite, poussant son taux d’intérêt réel encore plus bas sous zéro et au même niveau que celui du Japon, après cinq réductions importantes successives des taux d’intérêt. Alors que l’inflation est sur le point de culminer, la banque centrale pourrait avoir à prendre sa décision la plus controversée sous la direction d’un nouveau gouverneur plus tard ce mois après avoir promis de déterminer sa prochaine intervention en fonction des statistiques du moment. L’augmentation des prix en janvier a dépassé toutes les estimations, sauf quatre, dans un sondage auprès de 22 économistes mené par Bloomberg, après avoir atteint le niveau annuel de 12,2 % contre 11,8 % en décembre, selon les données publiées lundi. La question qui se pose maintenant au gouverneur Murat Uysal est de savoir si la banque centrale est allée trop loin, trop vite, dans sa hâte d’abaisser les taux d’intérêt sous les 10 %, objectif régulièrement appelé de ses vœux par le président Recep Tayyip Erdogan. Alors que les perspectives au-delà de ce trimestre étaient suffisamment favorables pour que les autorités monétaires poursuivent le cycle de détente, le dépassement de l’inflation du mois dernier pourrait leur donner matière à réflexion.

Asie

La banque centrale de la Chine a pris ses premières mesures concrètes pour amortir l’économie et la chute des marchés due à la propagation d’un nouveau virus, en assurant un financement à court terme aux banques et en réduisant les taux d’intérêt qu’elle exige pour ses fonds. La Banque populaire de Chine a ajouté 150 milliards de yuans nets (21,4 milliards $US) de fonds lundi sous forme de contrats de prise en pension de 7 et 14 jours. Le taux des deux a été réduit de 10 points de base, faisant baisser le loyer de l’argent afin d’assurer la disponibilité de liquidités amples pendant la période nécessaire pour juguler le virus, selon un communiqué. Le conseiller de la BPdC Ma Jun a indiqué qu’il s’attend à de nouvelles réductions de taux plus tard ce mois.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.