Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les petites entreprises s’inquiètent de plus en plus pour l’avenir de leurs affaires alors que l’économie est en passe de ralentir. La confiance de leurs dirigeants a baissé à 56, en novembre, ce qui représente le plus important recul de l’année depuis mars, selon une enquête de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante. Le nombre de propriétaires qui s’attendent à ce que leur entreprise soit « beaucoup plus faible » au cours des 12 prochains mois a atteint un sommet inégalé depuis plus de trois ans. À l’époque, la croissance de l’économie canadienne n’était que de 1 % du fait d’une détérioration prolongée des prix du pétrole qui avait freiné l’investissement dans un des plus grands secteurs industriels du pays.

États-Unis

Le président Donald Trump a fait une visite surprise en Afghanistan à l’occasion de l’Action de grâce pour rencontrer le président du pays et les militaires américains en mission – affirmant que les pourparlers en vue d’un cessez-le-feu ont repris avec les talibans, pour réduire la présence militaire américaine dans la région. Le président a atterri à la base aérienne de Bagram, à 8 h 30 heure locale jeudi, et a reçu les militaires autour d’une dinde traditionnelle avant de rencontrer le président afghan Ashraf Ghani au quartier général de l’Air Force sur la base. M. Trump a convoqué des journalistes à une partie de la rencontre et a dit que les discussions sont engagées avec les talibans. Les États-Unis souhaitent que les talibans acceptent un cessez-le-feu et continueront de réduire leurs effectifs sur le terrain, a dit M. Trump.

L’or est en passe d’enregistrer sa plus forte chute mensuelle en trois ans, car l’optimisme persistant pour la conclusion d’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine a fait baisser la demande de métal jaune comme valeur refuge. Le président Donald Trump a déclaré jeudi que les discussions au sujet d’une première phase d’un accord commercial sont sur le point d’aboutir. Cette perspective a été assombrie par la signature par le président américain d’une loi de soutien aux manifestants de Hong Kong. Son geste a déclenché des menaces de représailles de la Chine, mais Pékin n’a pas pris de mesures immédiates et n’a pas donné plus de précisions. Le cours de l’or a reculé de 3,7 % ce mois, plus que jamais depuis novembre 2016, quand Donald Trump a remporté l’élection présidentielle. Le lingot ne portant pas intérêt a aussi subi un revers parce que la Réserve fédérale américaine a laissé entrevoir une pause dans l’assouplissement de la politique monétaire après avoir réduit les taux d’intérêt trois fois cette année et que son président, Jerome Powell, s’est montré optimiste quant à la capacité des autorités de prolonger l’expansion économique record des États-Unis.

Europe

Le taux de chômage allemand a reculé contre toute attente ce mois-ci, car le marasme du secteur manufacturier a donné des signes de stabilisation et les tensions commerciales qui freinaient les exportateurs ont baissé. Dans un rapport qui fera sans doute chuter l’espoir de mesures de relance budgétaires en Allemagne, le nombre de chômeurs a diminué de 16 000, comparativement à des prévisions de hausse de 6 000. Le taux de chômage s’est maintenu près de son plancher record de 5 %. La diminution du nombre de demandeurs d’emploi est une bonne nouvelle pour l’économie après la parution antérieure, vendredi, de chiffres révélant une forte baisse du commerce de détail.

Boris Johnson essaiera de faire renaître l’esprit du référendum de 2016 alors qu’il essaie de convaincre les inconditionnels du Brexit qu’il a besoin de leurs suffrages même si les sondages indiquent qu’il devrait remporter les élections le mois prochain. M. Johnson a appelé à ne pas baisser les bras jeudi, disant qu’il reste un risque qu’une coalition dirigée par Jeremy Corbyn l’emporte, même si l’analyse des sondages indique que le Parti travailliste pourrait perdre des circonscriptions qui lui sont fidèles depuis des décennies. Le premier ministre a fait savoir qu’une intervention de Donald Trump dans les élections du Royaume-Uni lors de sa visite à Londres la semaine prochaine n’aiderait pas sa cause. Il a cité les commentaires de Barack Obama pendant la campagne du référendum de 2016 comme exemple du contrecoup que pouvait engendrer l’intervention d’un dirigeant étranger dans la campagne.

Asie

Le Japon semble vouloir mobiliser la puissance des dépenses publiques avec un de ses plus importants programmes de relance à ce jour. Le ralentissement de la croissance mondiale, une hausse de la taxe de vente et une série de catastrophes naturelles donnent aux autorités de Tokyo toutes les raisons de prendre la tête d’un mouvement mondial de soutien à l’économie à double détente, comprenant à la fois des mesures de stimulation budgétaires et une politique monétaire ultra souple. C’est une bonne nouvelle pour la Banque du Japon, qui semblait hésiter à renforcer son propre programme massif de stimulation, dont l’efficacité atteint ses limites.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.