Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Un des plus grands actionnaires de la Compagnie de la Baie d’Hudson a fait une offre d’acquisition du détaillant qui valorise la société a plus de 2 milliards $, dépassant une offre rivale d’un groupe emmené par le président du Conseil d’administration. Catalyst Capital Group Inc., qui détient une participation de 17,5 % dans le propriétaire de Saks Fifth Avenue, a offert 11 $CAN par action mercredi pour le reste de la société selon un communiqué, confirmant une information diffusée par Bloomberg News. Son offre est entièrement financée et serait assujettie aux contrôles diligents usuels, selon Catalyst. La proposition représente une prime de 6,8 % sur le prix de 10,30 $CAN par action que le président du Conseil de la Baie d’Hudson, Richard Baker, et ses partenaires se sont engagés à payer le mois dernier. La Compagnie de la Baie d’Hudson a accusé réception de la proposition de Catalyst dans un communiqué indiquant qu’aucune action n’était exigée des actionnaires pour le moment.

États-Unis

Donald Trump a signé une législation de soutien des États-Unis aux manifestants de Hong Kong, ce qui a déclenché des menaces de représailles de la Chine juste au moment où les deux pays se rapprochent de la signature de la phase un d’un accord commercial. La Chine a convoqué l’ambassadeur des États-Unis Terry Branstad, et le vice-ministre des Affaires étrangères Le Yucheng lui a demandé d’arrêter de se mêler des affaires de Hong Kong. Il a prévenu que de telles actions fragilisent les liens entre les deux pays et risquent d’affecter la « coopération dans des domaines importants », selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, qui ne donnait pas plus de détails. Plus tôt, le ministère des Affaires étrangères a réitéré les menaces de représailles sans rien préciser.

La Maison-Blanche a fait pression mercredi pour conclure les négociations finales avec le Parti démocrate sur la mesure législative prioritaire du président Donald Trump, l’Accord Canada-États-Unis-Mexique, lors de rencontres avec des hauts représentants du Canada et du Mexique. L’administration et les démocrates de la Chambre des représentants sont engagés dans des négociations tendues depuis des mois pour obtenir un possible vote avant la fin de l’année sur l’ACEUM et ont réussi cette semaine à réduire leurs divergences de vues. La réunion de mercredi a été interrompue sans annonce d’entente sur l’ACEUM, mais le Mexique et le Canada ont évoqué des progrès.

Europe

Les grands argentiers de la Banque centrale européenne s’attendent à ajuster leur cible d’inflation dans la prochaine revue de leur stratégie, mais auront du mal à aller bien au-delà de cela, selon des personnes bien informées du dossier. La première évaluation fondamentale de l’institution en 16 ans pourrait déboucher sur un objectif de 2 %, plutôt que « inférieur à 2 %, mais proche de cette valeur », certains gouverneurs craignant les risques du maintien d’une inflation trop faible. Un changement plus radical de la manière de la mesurer et de parvenir à la stabilité des prix est probablement trop ambitieux, selon ces personnes qui ont parlé sous le sceau de l’anonymat parce que les discussions sont confidentielles. L’ajustement de l’objectif de taux d’inflation à 2 % à moyen terme aurait l’avantage d’éliminer toute pression pour un resserrement de la politique monétaire dès que la hausse des prix passe au-dessus de 1,5 %. Idéalement, cela ferait aussi monter les attentes – ce qui est un facteur critique pour engendrer une inflation réelle – en créant de la marge pour un dépassement temporaire. Un porte-parole de la BCE a décliné tout commentaire.

Asie

Les prix des aliments augmentent rapidement sur les plus grands marchés émergents du monde, entraînant une possible menace d’inflation après des mois de pressions latentes. Les deux plus grands pays en développement d’Asie enregistrent un bond des prix de produits de base – le porc en Chine et les oignons en Inde – qui sont au centre de leur régime alimentaire. En Turquie et au Nigeria, des pénuries d’offre font monter les prix et les données des Nations Unies révèlent que les prix des aliments ont augmenté plus vite que jamais en deux ans en octobre. Entretemps, la peste porcine africaine se propage au-delà des frontières et le Vietnam a fait abattre près de 6 millions de porcs pour éviter la propagation de la maladie. Cela ne s’est pas encore répercuté sur l’IPC du Vietnam – en partie parce que les prix élevés des aliments il y a un an ont faussé la base statistique – mais l’impact en sera probablement ressenti dans les prochains mois, selon Alex Holmes, un économiste spécialiste de l’Asie de Capital Economics Ltd., à Singapour. En novembre, les prix du porc sur pied étaient en hausse de près de 30 % par rapport à un an plus tôt.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.