Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les investisseurs en matières premières peuvent s’attendre à une mise à jour complète sur l’état des marchés de l’énergie, des métaux et des denrées agricoles cette semaine. Cela commencera par la réunion du Conseil mondial de l’énergie lundi à Abu Dhabi, à laquelle assisteront des ministres et des dirigeants d’entreprises, alors que les représentants de l’OPEP élargie se rencontreront en marge de l’événement plus tard cette semaine. Ces événements auront une signification particulière après l’installation du prince Abdulaziz bin Salman dans les fonctions de ministre de l’énergie de l’Arabie Saoudite. Trois événements toucheront les denrées agricoles, avec la publication du rapport sur les estimations de l’offre et de la demande agricoles mondiales de l’USDA jeudi, les rendements des récoltes de maïs retenant toute l’attention. Celui-ci paraîtra le même jour que la publication des statistiques chinoises, alors que mardi, la France mettra à jour ses estimations de production de céréales. En plus de ce menu, les investisseurs découvriront si la reprise impressionnante du nickel va se poursuivre, avec la réunion en Indonésie des principaux initiés de ce secteur. Parmi les entreprises, les poids lourds du secteur du lithium SQM, Albemarle Corp. et Livent Corp. pourraient faire connaître leur position sur un marché difficile. Quant à l’or, des mesures de stimulation additionnelles de la Banque centrale européenne, si elles sont annoncées, pourraient faire bouger les marchés.

Le vendredi 13 pourrait être le jour de chance d’Air Canada – c’est ce jour-là que S&P Dow Jones Indices annoncera les modifications de son indice de référence, S&P/TSX 60. Le favori des paris dans les salles de marché est ce transporteur aérien qui devrait figurer parmi les titres ajoutés à l’indice après son ascension de 72 % cette année. Les modifications de l’indice – importantes alertes de l’investissement passif puisqu’ils déterminent la composition des fonds négociés en bourse – pourraient être la plus grande nouvelle au cours d’une semaine qui s’annonce relativement calme. Si Air Canada est perçue comme gagnant probable, on peut s’attendre à ce que CannTrust Holdings Inc. figure parmi les perdants ayant chuté en dessous de son cours d’inscription de 2,50 $CAN. Air Canada a mérité sa place dans l’indice TSX pour plus que sa performance de cette seule année; le titre a grimpé de 300 % depuis 2016 et est l’action la plus performante du Bloomberg World Airlines Index cette année. La performance du transporteur a été dopée cette année par son projet d’acquisition du voyagiste Transat AT, qui accélérera sa présence mondiale dans le secteur des loisirs. CannTrust, en revanche, a chuté de près de 85 % depuis son sommet de 2018. Son retrait de l’indice TSX 60 impliquerait que le titre n’y a figuré que pendant six mois.

États-Unis

Les porteurs de titres à revenu fixe se préparent pour une nouvelle vague de transactions sur les marchés américains des capitaux d’emprunt après la vente d’obligations par des sociétés de premier rang au rythme le plus rapide ce jour. Une opération à rendement élevé est en préparation et le marché des prêts à risque plus élevé fera l’objet de 12 réunions de banques. Les pupitres de placements syndiqués de qualité supérieure s’attendent à de nouvelles ventes d’obligations à hauteur de 35 milliards $US cette semaine. Cela représente 5 milliards $ de moins que la prévision de la semaine dernière qui a été écrasée quand Coca-Cola Co., Walt Disney Co. et Apple Inc. étaient en tête d’un certain nombre d’autres sociétés de grande qualité qui ont emprunté ensemble pour 75 milliards $US, plus que jamais pendant une période comparable depuis 1972.

Europe

Boris Johnson refuse de plier et maintien sa stratégie de Brexit dur malgré le risque d’être traîné devant les tribunaux et la menace de nouvelles démissions au sein du Parti conservateur. Après une semaine de revers en cascade pour sa stratégie de sortie de l’Union européenne qui a culminé avec la démission de son propre frère et d’une ministre du Cabinet, Amber Rudd, M. Johnson pourrait connaître une nouvelle défaite lundi. Le premier ministre perdra probablement un autre vote à la Chambre des communes et son homologue irlandais, Leo Varadkar, a minimisé les chances d’une percée au cours d’une visite que M. Johnson doit effectuer à Dublin aujourd’hui.

La prochaine récession pour le Royaume-Uni pourrait être « inutilement pénible » parce que les outils pour la combattre manquent, selon la Resolution Foundation. La Grande-Bretagne fait face aux plus grandes probabilités d’une récession depuis la crise financière d’il y a 10 ans, mais ses politiques monétaires et budgétaires sont mal engagées pour soutenir l’économie, écrit le groupe de réflexion de Londres dans un rapport publié lundi.

Asie

Les ventes de voitures en Inde ont subi leurs plus importantes chutes mensuelles à ce jour et le tassement du secteur automobile du pays ne donne aucun signe de répit. Les livraisons ont reculé de 41 % en août par rapport à l’année précédente à 115 957 véhicules, alors que les ventes de véhicules de tourisme y compris les VUS ont chuté de 32 %, selon les données publiées par la Society of Indian Automobile Manufacturers lundi. Les ventes de camions et d’autobus ont reculé de 39 % et celle des deux-roues – un indicateur clé de la demande dans les régions rurales de l’Inde – ont diminué de 22 % à 1,5 million d’unités. Le secteur automobile est une partie essentielle de l’économie de la troisième économie d’Asie, employant des millions de personnes directement et indirectement et contribuant pour plus de 7 % au produit intérieur brut du pays, selon McKinsey & Co. le ralentissement de la croissance des revenus des agriculteurs dans les régions rurales a contribué à la chute des ventes.

Les prévisions des gestionnaires de restaurant, chauffeurs de taxi et gérant de boutiques du Japon ont chuté au plus bas depuis cinq ans en août reflétant les craintes de l’impact d’une augmentation de la taxe de vente sur l’économie.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.