Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le marché du travail du Canada était en panne un deuxième mois de suite. L'emploi a diminué dans le secteur privé, signe que l'économie du pays passe peut-être à une vitesse inférieure pour le deuxième semestre de l'année. Le Canada a perdu 24 200 emplois en juillet, selon un rapport de Statistique Canada paru vendredi alors que les analystes s'attendaient à une augmentation d'environ 15 000 postes. Cela fait suite à une baisse de 2 200 emplois en juin. Le taux de chômage a augmenté à 5,7 %, enregistrant une deuxième hausse de suite après avoir atteint un creux inégalé depuis quatre décennies en mai, à 5,4 %. Le marché du travail semble abandonner son rythme torride des six premiers mois de 2019, où il avait ajouté 247 500 nouveaux emplois nets, ce qui représentait la meilleure performance pour un premier semestre à ce jour. La question est maintenant de savoir si le ralentissement représente simplement un ajustement d'un rythme insoutenable de croissance de l'emploi ou le début d'une tendance à la baisse de moins bon augure.

Le milliardaire canadien Jim Pattison – dont le conglomérat possède des entreprises allant des supermarchés aux panneaux d'affichage en passant par les pêcheries – a fait une offre de fermeture du capital du producteur de bois d'œuvre Canfor Corp pour environ 981,6 millions $.

Air Canada augmente son prix d'achat pour Air Transat de 13 à 18 $ par action, bonifiant son offre initiale d'environ 720 millions $, selon un communiqué. Letko Brosseau, le plus important actionnaire de Transat qui détient environ 19,3 % des actions en circulation, a conclu un accord d'incessibilité et de soutien, confirmant son acquiescement à l'acquisition par Air Canada.

États-Unis

Goldman Sachs Group Inc. soulève la crainte d'une récession aux États-Unis alors que la guerre commerciale avec la Chine s'intensifie et amplifie l'impact sur la croissance économique. La banque d'investissement américaine a dit qu'elle ne s'attend plus à un accord commercial avant l'élection présidentielle de 2020 alors que la menace des tarifs douaniers annoncés se concrétise. Elle a aussi révisé à la baisse sa prévision de croissance pour le quatrième trimestre de deux dixièmes de point à 1,8 % et a prédit que les entreprises pourraient réduire leurs dépenses et leurs investissements face à l'incertitude.

Europe

Depuis qu'il est devenu premier ministre du Royaume-Uni il y a moins de trois semaines, Boris Johnson a annoncé des promesses de dépenses au rythme d'environ 2 milliards de livres (2,4 milliards $US) par semaine, alimentant les spéculations sur le fait qu'il se prépare à des élections anticipées. M. Johnson a dit dimanche qu'il consacrera jusqu'à 2,5 milliards £ aux prisons dans le cadre d'une promesse de lutter plus activement contre la criminalité. Cela fait suite à une promesse d'injection de 1,8 milliard £ dans le système de santé, le National Health Service, et de 2,1 milliards £ dans la préparation à un Brexit sans accord. De nouvelles annonces de dépenses sont attendues, le Trésor ayant amorcé jeudi une revue des dépenses sur un an dans les ministères qui sera centrée sur les engagements pris par M. Johnson, notamment pour les écoles, la police et le NHS. Celle-ci doit être terminée le mois prochain alors que la Grande-Bretagne se rapproche de la date limite du 31 octobre pour quitter l'Union européenne et pourrait être appelée aux urnes pour des élections générales anticipées. Disposant d'une très maigre majorité au Parlement d'un seul député, M. Johnson risque d'être forcé à convoquer des élections s'il n'obtient par le soutien nécessaire pour son projet de Brexit.

Les actions de LVMH, Richemont, Burberry et d'autres entreprises européennes de produits de luxe ont chuté après l'annulation des vols restants lundi au départ de l'aéroport de Hong Kong alors que les manifestants ont envahi l'aérogare principale.

Asie

Une société d'État chinois a demandé à ses employés d'éviter d'emprunter des vols de Cathay Pacific Airways Ltd., selon des personnes bien informées du dossier, augmentant les retombées négatives pour le principal transporteur aérien de Hong Kong dont les employés ont participé aux manifestations anti-Pékin, ce qui a soulevé la colère du gouvernement chinois.

Le titre de créance gouvernementale de référence de la Chine est sur le point de ne rapporter que 3 %, ce qui ne s'était pas vu depuis des années. L'escalade des tensions commerciales mondiales depuis avril a sapé la confiance, aidant à déclencher une reprise des obligations souveraines chinoises. Le taux de l'obligation de 10 ans du pays est en baisse d'environ 40 points de base depuis le sommet atteint ce mois-là, ayant baissé à 3,03 % vendredi. Il n'était pas descendu sous le seuil de 3 % depuis novembre 2016. Ces rendements se démarquent encore pour les investisseurs en obligations alors que 15 000 milliards $US de titres de créances mondiaux en circulation, un record, rapportent moins de zéro pour cent.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.