Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Un regain d’élan du marché immobilier résidentiel du Canada nourrit l’optimisme des consommateurs. L’indice de confiance des Canadiens Bloomberg Nanos – un indicateur composé réalisé à partir d’enquêtes téléphoniques hebdomadaires auprès des ménages – a grimpé à 58,6 la semaine dernière, après s’être situé à 58,3 à la fin de juin. L’indice profite probablement d’un rebond de la croissance économique, de la diminution des coûts d’emprunt et de l’apaisement des craintes d’une correction majeure de l’immobilier résidentiel. La proportion des répondants qui pensent que les prix immobiliers réels locaux augmenteront au cours des six prochains mois avait grimpé à 43,2 % à la fin de juillet, soit le niveau le plus élevé d’une fin de mois depuis décembre 2017, juste avant l’entrée en vigueur de règles plus strictes d’admissibilité à un crédit hypothécaire.

Les actions canadiennes ont rattrapé le reste du marché mondial dans la foulée du carnage de lundi à la réouverture de la bourse après une fin de semaine prolongée. L’indice composé S&P/TSX a plongé de 1,7 % mardi, prolongeant son repli à une sixième séance, ce qui constitue la plus longue séquence de pertes depuis près d’un an. Les sociétés d’énergie ont pâti le plus, car le prix du brut de Brent a clôturé au niveau d’un marché baissier malgré l’intervention de la Chine pour stabiliser le yuan, alors que les sociétés aurifères ont grimpé en flèche, l’or ayant dépassé 1 470 $ l’once en cours de journée.

États-Unis

Les contrats à terme sur l’or ont atteint 1 500 $ l’once, soit le niveau le plus élevé depuis 2013, grâce à l’augmentation de la demande sous l’effet des hésitations de la croissance mondiale, des rendements obligataires négatifs et de la menace de la guerre commerciale. Les données parues aujourd’hui révèlent que la banque centrale de la Chine a augmenté son stock d’or un huitième mois de suite en juillet, ajoutant environ 10 tonnes après l’ajout de près de 84 tonnes au cours des sept mois terminés en juillet. Cette accumulation nourrit les spéculations sur le fait que Pékin, le plus important créancier étranger de l’Amérique, cherchera à réduire ses positions gigantesques en titres de créance des États-Unis, sur fond de frictions avec Washington.

L’approbation des hausses de droits de douane a provoqué une escalade de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, mais il y a eu au moins un bénéficiaire : le Trésor américain. Au 30 juin, l’administration américaine avait perçu 63 milliards $US de droits de douane au cours des 12 mois précédents, selon les dernières données du Trésor. Au cours de la dernière année, les États-Unis ont engrangé plus de 60 milliards $US de droits, comparativement à 30 milliards $US avant la montée des tensions commerciales. Les États-Unis sont maintenant en passe de générer 72 milliards $US de droits de douane par an et pourraient bien franchir la barre des 100 milliards $US. Pour chaque dollar encaissé du fait des nouveaux tarifs douaniers, un dollar a été autorisé pour financer des programmes de secours aux agriculteurs touchés par les mesures de représailles de la Chine et d’autres pays. Les États-Unis ont autorisé un fonds de stabilisation agricole de 12 milliards $US en 2018 et 16 milliards $US de plus cette année, pour un total de 28 milliards $US.

Europe

Une des plus importantes caisses de retraite du Royaume-Uni, qui supervise les actifs retraite de 350 000 cheminots britanniques, parie sur le crédit privé pour l’aider à préserver les rendements au prochain ralentissement économique. RPMI Railpen vise à augmenter son exposition au crédit privé à hauteur de 40 % dans sa stratégie d’investissement privé dont le total s’établit à 4,5 milliards £ (5,5 milliards $US) dans deux fonds. Bien que cela ne représente encore qu’une fraction des 30 milliards £ d’actifs totaux, la valeur des fonds affectés aux marchés privés a doublé à près de 1 milliard £ en 2018 par rapport à l’année précédente.

La Grèce a vendu pour 812,5 millions € (909 millions $US) de titres du Trésor échéant le 8 novembre. Les investisseurs étaient disposés à acheter 1,59 fois le montant de titres vendus. L’émission s’est faite au prix de 99,976, a un rendement de 0,095 pour cent et sera réglée le 9 août.

Asie

La banque centrale de Nouvelle-Zélande a surpris les investisseurs et fait chuter le dollar néo-zélandais en réduisant son taux directeur de 50 points de base, le double de la réduction attendue. La Thaïlande a aussi réservé une surprise avec une réduction de 25 points de base. La banque centrale d’Inde a diminué son taux directeur d’une tranche inhabituelle de 35 points de base.

Bloomberg a indiqué que la Chine commencera probablement a limité les importations de pétrole brut américain alors que les tensions dans lesquelles les protagonistes se rendent coup pour coup augmentent, selon négociateurs qui fournissent du brut américain la Chine.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.