Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les premiers ministres provinciaux se rencontrent à Saskatoon pour la dernière journée de leur réunion annuelle et le Québec devrait être au centre des discussions. Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, dit qu’il essaie de travailler avec le premier ministre du Québec, François Legault, pour acheminer du pétrole par sa province par pipeline dans le cadre d’un futur corridor énergétique. Mais pour M. Legault, il n’y a pas « d’acceptabilité sociale » au Québec pour des oléoducs.

La politique bien ancrée de maintien des taux d’intérêt inchangés de la Banque du Canada mettra à l’épreuve la capacité du pays à résister à la décélération de la plus grande économie au monde et de son plus grand partenaire commercial. La banque centrale canadienne a laissé le taux de financement à un jour inchangé à 1,75 pour cent mercredi, une sixième fois de suite, et a indiqué qu’elle n’est pas pressée d’adopter une politique monétaire plus souple, malgré l’effet ralentisseur croissant de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine et une réduction des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine largement anticipée, plus tard ce mois. Le Canada n’a pas besoin d’emboîter le pas à la Fed en grande partie parce que sa croissance sera supérieure à celle des États-Unis sans mesures d’accommodement monétaire supplémentaires, selon les grands argentiers. La BdC prévoit une reprise de la croissance de l’économie canadienne en 2020 montant à 1,9 pour cent, contre 1,3 pour cent cette année, et un ralentissement de l’activité aux États-Unis de 2,5 pour cent à 1,7 pour cent.

États-Unis

Amazon.com doit annoncer jeudi un projet de formation pour un tiers de son effectif aux États-Unis – soit 100 000 travailleurs – d’ici 2025 afin d’aider ses employés à progresser vers des postes plus avancés et à trouver de nouvelles carrières, selon le Wall Street Journal. Le géant du commerce de détail et de la technologie compte élargir ses programmes de formation existants et en introduire de nouveaux, écrit le Journal. La formation sera facultative et la plupart des programmes seront gratuits, poursuit-il. Le programme planifié est une des plus importantes initiatives de formation de recyclage en entreprise annoncée à ce jour, pour un coût d’environ 7 000 $ par travailleur, ou 700 millions $, indique le WSJ.

Europe

Le Sénat français a approuvé la taxe GAFA sur le chiffre d’affaires des géants technologiques tels que Google, Amazon et Facebook jeudi, défiant un avertissement de l’administration du président Donald Trump selon lequel elle ciblerait injustement des sociétés américaines. Mercredi, M. Trump a ordonné une enquête sur la taxe numérique prévue par la France pour les sociétés technologiques. La taxe de 3 % s’appliquerait au chiffre d’affaires français d’environ 30 grandes sociétés, dont la plupart sont américaines. Dans un communiqué publié mercredi, le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, dit que les États-Unis chercheront à savoir si la taxe française est discriminatoire ou déraisonnable et pénalise ou restreint le commerce des États-Unis. L’enquête pourrait amener les États-Unis à imposer des droits de douane ou des restrictions commerciales sur des marchandises françaises, provoquant éventuellement une escalade des conflits commerciaux mondiaux.

Le marché de l’immobilier résidentiel du Royaume-Uni a largement ignoré l’incertitude du Brexit et a enregistré une augmentation de nouveaux acheteurs pour la première fois en près de trois ans. La Royal Institution of Chartered Surveyors (RICS) a dit jeudi que, en juin, le nombre de demandes d’acheteurs a augmenté de 10 % dans le pays. La dernière fois que la RICS a enregistré une augmentation d’un mois à l’autre de manifestations d’intérêt des acheteurs remonte à novembre 2016. L’organisme a dit que son indicateur de nouvelles instructions de la part de vendeurs est aussi redevenu positif pour la première fois depuis un an.

Asie

Le corps d’élite iranien des Gardiens de la révolution islamique a réfuté jeudi une affirmation des États-Unis selon laquelle il aurait essayé d’arraisonner un navire-citerne britannique dans le golfe la veille, dans un communiqué publié par l’agence de presse semi-officielle Fars. Cinq navires dont on pense qu’ils appartiennent à la formation se sont approchés d’un navire pétrolier britannique dans le golfe mercredi lui enjoignant de s’arrêter dans les eaux territoriales, mais se sont retirés après un avertissement d’un navire de guerre britannique, selon les autorités américaines. La branche navale des Gardiens de la révolution a affirmé dans un communiqué que ces navires-patrouilleurs ne faisaient que remplir leur mission normale, selon Fars.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.