Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le vice-président américain Mike Pence a promis que le nouveau pacte commercial entre les États-Unis, le Canada et le Mexique sera ratifié cette année, minimisant la question de l’approbation par la Chambre démocrate. M. Pence a rencontré Justin Trudeau jeudi au cours d’une visite à Ottawa destinée à célébrer la refonte de l’Accord de libre-échange nord-américain. Le vice-président a affirmé que l’administration Trump déploiera des « efforts énergiques » pour faire en sorte que le Congrès adopte l’accord cet été et que tous les pays procèdent à leur ratification cette année. « Je suis ici pour vous promettre que nous travaillerons en collaboration étroite avec le Canada, avec nos voisins au Mexique, et que nous ferons en sorte que l’ACEUM soit adopté cette année », a dit M. Pence à des journalistes au cours de ces événements avec le premier ministre.

Huawei Technologies Co. est une menace trop importante pour le Canada et devrait être bannie de son réseau 5G, selon le président du conseil de Rogers Communications Inc. Les produits de Huawei sont moins chers et plus raffinés que d’autres solutions, mais la relation étroite de l’entreprise avec le gouvernement chinois est troublante, a dit Philip Lind. La société serait obligée de suivre le processus de soumission du gouvernement, dit-il. « L’idée que Huawei contrôle ou puisse contrôler notre système de communication au Canada est affolante, a dit M. Lind dans une interview télévisée de BNN Bloomberg. Je pense qu’ils ne devraient pas être autorisés à le faire. »

États-Unis

Le président Donald Trump a annoncé qu’il imposera des droits de douane de 5 % sur les marchandises mexicaines jusqu’à ce que ce pays arrête les flots de migrants entrant aux États-Unis illégalement, brandissant une arme utilisée contre un groupe de plus en plus nombreux de pays et compromettant un nouvel accord commercial nord-américain. Les tarifs douaniers entreront en vigueur à partir du 10 juin, « jusqu’à ce que le flux des migrants illégaux qui traversent le Mexique et entrent dans notre pays cesse », a dit M. Trump dans un message sur Twitter dans la nuit de jeudi. Il a averti que les droits « augmenteront graduellement jusqu’à ce que le problème de l’immigration illégale soit corrigé après quoi les tarifs seront retirés ». Les droits de douane pourraient monter jusqu’à 25 % le 1er octobre, a dit M. Trump dans un communiqué publié par la Maison-Blanche. La décision, qui a de lourdes conséquences pour les constructeurs automobiles américains et d’autres sociétés ayant une production au sud de la frontière ainsi que pour l’économie américaine dans son ensemble, représente une nouvelle expansion des guerres commerciales de Donald Trump. Elle suit de quelques jours à peine la suppression des tarifs douaniers contre le Mexique qui avaient provoqué des mesures de rétorsion contre les denrées agricoles américaines.

Préparez-vous à un été d’incertitude alors que la fourchette de prévisions pour les obligations du Trésor américain et le yen augmente de plus en plus, maintenant que le président américain Donald Trump fait des tarifs douaniers son outil de politique étrangère favori. La décision inattendue de M. Trump de taxer les importations mexicaines fait planer de nouveaux doutes sur les perspectives d’un accord commercial entre les États-Unis et la Chine. Les stratégistes ont exposé toute une gamme de raisons pour lesquelles le rendement des obligations du Trésor américain de 10 ans a chuté à 2 % et le yen s’est apprécié, mais certains gestionnaires de capitaux prévoient maintenant une reprise encore plus forte des actifs ayant valeur de refuge. « Si quelqu’un pense encore qu’il pourrait y avoir une résolution à court terme du différend avec la Chine, cet espoir s’est envolé, a dit Prashant Newnaha, stratégiste principal, taux d’intérêt, chez Valeurs mobilières TD Inc. à Singapour. Les perspectives de toute cette guerre commerciale vont être prolongées de beaucoup. Le marché se tournera vers les obligations du Trésor américain. »

Europe

Qu’est-ce qui est plus italien? La haute couture ou les hautes dettes? L’une pourrait être la solution de l’autre; c’est le commentaire qu’on attend du gouvernement italien qui subit des pressions au sujet de l’état de ses finances. L’Union européenne a tiré un coup de semonce pour avertir le pays que l’augmentation de la dette au niveau envisagé pourrait entraîner une pénalité de plusieurs milliards d’euros; en réponse, Rome pourrait avancer les revenus élevés provenant de ses marques de grand luxe comme preuve qu’elle est en train de mettre de l’ordre dans ses finances. Un paiement de 1,25 milliard € (1,4 milliard $US) par Kering SA pour régler un contentieux au sujet d’un impôt rétroactif de sa filiale italienne Guccio Gucci SpA pourrait être un élément clé de la réponse de Rome à la demande d’explication de l’UE, selon des personnes bien informées des comptes publics du pays. Les obligations italiennes ont chuté vendredi, poussant les taux du titre de 10 ans à nouveau au-dessus de 2,7 %. La prime par rapport aux Bunds allemands, la référence en Europe, est la plus importante en près de six mois.

Facebook a perdu une bataille en Cour suprême en Irlande, n’ayant pas obtenu le droit d’en appeler de la décision d’un tribunal inférieur de renvoyer le différend au sujet des transferts de données transatlantiques à la plus haute cour de l’Union européenne. La Cour suprême a rendu sa décision à Dublin vendredi. La Irish High Court avait rejeté l’an dernier la demande de Facebook de retarder le renvoi de l’affaire devant la Cour de justice de l’UE tant que l’appel auprès de la Cour suprême était en instance.

Asie

Les Philippines et l’Égypte sont les plus résilients des marchés émergents face à l’angoisse suscitée par les guerres commerciales, d’après une analyse de Bloomberg. La plupart des pays les mieux classés ont des perspectives de croissance économique robustes, selon un classement de 21 pays en développement établi par Bloomberg. Les Philippines et l’Égypte ont remonté dans le classement après les récentes chutes des marchés en développement à la suite desquelles leurs actifs sont sous-valorisés. En revanche, le Mexique, maintenant menacé de nouveaux tarifs douaniers par le président Donald Trump, figure au bas du classement comme le marché le plus vulnérable en raison de l’importance de ses exportations vers les États-Unis.

Le gouverneur de la banque centrale des Philippines, Benjamin Diokno, s’est engagé à réduire les taux d’intérêt davantage et à baisser le ratio de réserve des prêteurs pour soutenir l’économie alors que les tensions inflationnistes diminuent. « Nous avons plus de latitude pour assouplir la politique monétaire, a dit M. Diokno, âgé de 71 ans, dans un entretien avec Stephen Engle de Bloomberg TV à Tokyo. Je peux promettre davantage de réductions », mais le moment de ces interventions dépendra des statistiques économiques à venir, dit-il. Le gouverneur a dit qu’il veut également réduire le ratio des réserves que doivent détenir les banques de dépôt à moins de dix pour cent d’ici la fin de son mandat.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.