Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La Banque de Montréal a annoncé aujourd’hui qu’elle a obtenu de la Bourse de Toronto et du Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) les autorisations de procéder à un rachat d’actions dans le cours normal des affaires annoncé précédemment, par le biais de la TSX ainsi que d’autres systèmes de négociation parallèle canadiens en vue d’annuler jusqu’à 15 millions de ses actions ordinaires, du 3 juin 2019 et au 2 juin 2020. Le nombre maximum d’actions ordinaires qui peuvent être rachetées en vertu de cette opération représente environ 2,3 pour cent du flottant de la Banque en circulation dans le public.

Canadian Natural Resources Ltd. ne peut pas encore revendiquer le statut de « roi des sables pétrolifères », mais elle n’est pas loin de dépasser sa rivale Suncor Énergie Inc. après le rachat d’un site de forage clé en Athabasca. L’achat du gisement Jackfish de Devon Energy Corp. au prix de 2,8 milliards $US porte la capacité de production de sables pétrolifères de Canadian Natural à plus de 700 000 barils par jour comparativement à plus de 900 000 barils par jour pour Suncor, selon des données compilées par la revue Oil Sands Magazine. L’achat représente la deuxième grande acquisition de la société dans le secteur des sables pétrolifères des deux dernières années, après celui des activités de Royal Dutch Shell Plc en 2017, ce qui fait de Canadian Natural le plus grand producteur de pétrole du Canada avec plus de 1 million de barils par jour de production à l’échelle mondiale.

États-Unis

La Chine, premier acheteur mondial de soja, a suspendu les achats de cette denrée aux États-Unis après une nouvelle escalade de la guerre commerciale entre Washington et Pékin, selon des personnes bien informées du dossier. Les acheteurs publics n’ont pas reçu de nouveaux ordres de continuer les achats de démonstration de la bonne volonté la Chine et ne s’attendent pas à en recevoir faute d’accord dans les négociations commerciales, selon ces interlocuteurs qui ont revendiqué l’anonymat. Mais la Chine ne projetterait actuellement pas d’annuler les achats antérieurs de soja aux États-Unis.

Même si le président Donald Trump a suspendu ses menaces d’imposer des droits de douane sur l’automobile qui mettraient à mal une économie européenne déjà en difficulté, au début du mois, une succession de dilemmes intérieurs de part et d’autre de l’Atlantique menace de compromettre les efforts en vue d’un pacte avant même que les négociations commencent. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, avait conclu un accord avec Washington qui devait ouvrir la voie à des négociations pour réduire les droits de douane sur les marchandises industrielles et éliminer des obstacles réglementaires, mais les discussions n’avancent pas.

Europe

Delek Group Ltd., la société d’énergie contrôlée par le milliardaire israélien Yitzhak Tshuva, s’est engagée à acheter des gisements de pétrole et de gaz en mer du Nord à Chevron Corp. pour environ 2 milliards $, ce qui représente la plus récente opération dans une région où les petits acteurs sont de plus en plus présents. L’achat fait partie de la stratégie israélienne d’expansion au-delà du marché intérieur comme groupe financier investissant dans une entreprise possédant des connaissances opérationnelles.

Asie

Il a fallu la menace d’une guerre avec l’Iran pour forcer les rivaux du Golfe persique à faire une démonstration d’unité. Le Qatar a dit que le premier ministre, Sheikh Abdullah Bin Nasser Al Thani, assistera à des sommets régionaux en Arabie Saoudite jeudi, en ce qui constituera la visite au plus haut niveau depuis que le royaume et ses alliés ont imposé un embargo à leur voisin, en 2017. La visite, qui représente le premier pas concret vers la résolution d’une querelle qui a rompu des liens diplomatiques et commerciaux, a lieu sur fond de craintes que la région s’enfonce dans un conflit alors que les États-Unis augmentent leurs pressions économiques et militaires contre l’Iran. L’Arabie Saoudite a convoqué trois réunions – une des dirigeants du golfe, une autre des états arabes et une troisième de l’ensemble des pays musulmans – après des attentats contre ses installations pétrolières et plusieurs navires près du Golfe persique. L’Iran a nié toute implication dans ces incidents.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.