Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Les récents changements de règles des autorités canadiennes, dont le resserrement du crédit hypothécaire, semblent rétablir un peu plus l’équilibre du marché immobilier du pays. La Société canadienne d’hypothèque et de logement a réduit son évaluation des vulnérabilités générales du marché national, qui passe de « élevée » à « modérée », selon un rapport paru jeudi. La SCHL a présenté des preuves d’une baisse de l’accélération des prix dans l’ensemble du pays, ceux de Toronto et de Vancouver se rapprochant davantage de niveaux justifiés par les caractéristiques fondamentales. Après avoir été « élevé » durant 10 trimestres d’affilée, le degré de vulnérabilité du marché de l’habitation national est devenu « modéré » dans l’évaluation globale, selon l’organisme.

La plus haute cour de justice du Canada a accepté d’entendre l’appel de Volkswagen de l’autorisation d’une action collective contre la société alléguant que le logiciel truqueur des systèmes antipollution de VW a porté préjudice à l’ensemble de la population du Québec. Volkswagen Group Canada Inc., sa société mère et les membres du groupe Audi veulent que la Cour suprême du Canada renverse l’autorisation par la Cour supérieure du Québec de l’action collective au motif que VW aurait enfreint délibérément les lois environnementales. La Cour supérieure du Québec a dit que chaque résident de la province pourrait recevoir 35 $ si l’action est couronnée de succès. La population du Québec dépassait 8,1 millions de personnes en 2016, ce qui implique que l’action – si elle peut être entendue et est suivie d’un gain de cause – pourrait coûter plus de 283 millions $ à VW. Le constructeur allemand a déjà accepté de payer près de 2,4 milliards $ aux propriétaires et locataires de ses voitures en Ontario et au Québec.

États-Unis

Sinclair Broadcast Group Inc. s’est engagée à acheter les réseaux d’information sportive régionaux de Fox à Walt Disney Co., transformant la société de télévision locale en grande puissance de télévision sportive câblée, d’après le Wall Street Journal. La transaction est évaluée à plus de 10 milliards $, d’après le Journal qui cite des informateurs anonymes. Une entente pourrait être annoncée dès vendredi, d’après le quotidien. Disney et Sinclair n’ont pas immédiatement réagi à une demande de commentaires. Fox Business Network a indiqué la semaine dernière que Disney avait une entente de principe visant la vente des réseaux à Sinclair.

La première journée en bourse de Beyond Meat Inc. après son premier appel public à l’épargne a été marquée par un bond des actions relativement rare depuis 2000, l’année de l’éclatement de la bulle boursière Internet. Le producteur de substituts véganes au bœuf et aux saucisses a explosé de 163 pour cent lors de son introduction en bourse. Beyond Meat n’est que la huitième société américaine au cours des 18 dernières années à bondir d’au moins 125 pour cent après un premier appel public à l’épargne de 100 millions $ ou plus, selon les données compilées par Bloomberg.

Europe

La première tranche de résultats d’élections locales en Angleterre laisse entrevoir que les électeurs, en colère à cause du Brexit, tournent le dos aux deux principaux partis. Le Parti conservateur de la première ministre Theresa May paye le prix le plus fort dans les urnes pour sa supervision du chaos politique lié au divorce du Royaume-Uni de l’Union européenne. Mais le Parti travailliste subit aussi de sérieux revers, les principaux gagnants jusque-là étant les libéraux démocrates pro-UE.

La Société Générale SA a profité d’un coup de pouce de son secteur clé des actions et d’un renforcement des fonds propres au cours d’un trimestre qui a vu se prolonger le marasme de son unité de banque d’investissement. Les activités d’achat et de vente d’actions ainsi que de prestation de services aux fonds de couverture de la banque française ont dépassé celles de la plupart de ses concurrents, constituant un des rares points brillants alors que ses résultats ont été plombés par un tassement de la négociation d’instruments à revenu fixe. Un indicateur clé de la solidité financière s’est amélioré après le retrait de la banque de certains secteurs plus risqués et la vente d’actifs. Les résultats divergents soulignent le défi du chef de la direction, Frédéric Oudéa, qui doit faire face à un vote crucial des actionnaires ce mois pour la reconduction de son mandat. M. Oudéa, le PDG de longue date d’une des plus grandes banques européennes élimine 1 600 emplois après avoir dû abandonner ses principaux objectifs de croissance et de rentabilité à moyen terme.

Asie

Le ministre du Pétrole de l’Iran a averti que l’OPEP risque de s’effondrer, car certains pays cherchent à court-circuiter leurs partenaires, ce qui est une référence à peine voilée à l’engagement de l’Arabie saoudite à combler l’écart d’approvisionnement créé par les sanctions américaines contre les exportations iraniennes.

Les actions asiatiques ont fluctué, alors que la reprise du secteur technologique a contrebalancé le repli des producteurs d’énergie. Les marchés de la région ont connu un sort mitigé, Hong Kong et l’Inde enregistrant des progrès alors que la Corée du Sud reculait.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.