Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

L’Ontario compte équilibrer son budget en cinq ans en tablant sur une hausse des revenus et en freinant les dépenses partout, de l’éducation aux services sociaux. Le plus grand emprunteur sub-souverain s’efforce de mettre de l’ordre dans ses finances. Le gouvernement a dévoilé un plan budgétaire qui éliminera le déficit annuel d’ici l’exercice 2023-2024, après un déficit projeté à 11,7 milliards $ dans l’exercice qui a pris fin le 31 mars. Pour le présent exercice, le 11e déficit d’affilée de la province est estimé à 10,3 milliards $, y compris une réserve de 1 milliard $. Le plan table sur une hausse des revenus de 3 pour cent par an dans la province la plus peuplée du Canada, dépassant 1 pour cent de croissance des dépenses de programme. L’Ontario promet aussi de légaliser les jeux en ligne, d’offrir des allégements fiscaux aux entreprises et de l’argent pour la garde des enfants, et a fait vœu de ne pas adopter de « nouvelles hausses d’impôt ».

États-Unis

Le président Donald Trump a rejeté des appels en faveur de projets économiques destinés à renforcer la confiance avec la Corée du Nord, ce qui représente un revers pour les efforts du président sud-coréen Moon Jae-in pour reprendre les négociations nucléaires avec Kim Jong-un. Le président américain qui parlait jeudi lors d’une rencontre à la Maison-Blanche avec M. Moon, a dit « que ce n’est pas le bon moment » pour des projets inter-coréens y compris la réouverture d’un parc industriel conjoint fermé par les sanctions. Néanmoins, il a admis la possibilité que d’autres petits pas puissent continuer d’entretenir les négociations.

Les pourparlers entre General Motors Co. et la nouvelle société de véhicules électriques Rivian Automotive Inc. au sujet de la prise d’une participation par le plus grand constructeur automobile américain sont entrés dans une impasse et pourraient s’arrêter, selon des personnes bien informées du dossier. GM avait négocié une prise de participation potentielle dans Rivian et la création d’un partenariat qui aurait pu aider la société de Plymouth au Michigan à mettre en marché des camions et des VUS électriques plus rapidement. On prévoyait généralement que GM serait un investisseur stratégique au côté d’Amazon.com Inc., qui en février a pris la tête d’une mobilisation de fonds propres de 700 millions $ par la société fermée.

La Federal Communications Commission des États-Unis prévoit une enchère portant sur le plus vaste ensemble de longueurs d’onde pour accélérer l’adoption par le pays des communications sans fil 5G ultra rapides et consacre plus de 20 milliards $ à l’amélioration des connexions mobiles dans les régions rurales. Ces mesures représentent la plus récente intervention de FCC pour accélérer l’avènement de la 5G qui permettra notamment l’entrée en service de voitures sans chauffeur et la chirurgie à distance, alors que des machines intelligentes dans les foyers et les usines communiqueront par ce qu’il est convenu d’appeler l’Internet des objets.

Europe

Les positions détenues par des étrangers sur des obligations en roubles de la Russie ne sont pas près d’augmenter beaucoup plus vite après la forte hausse des derniers mois et le ministère des Finances pourrait même réduire les projets d’émissions pour l’année après une vague de placements couronnés de succès, selon un haut dirigeant. Les investisseurs outre-mer se sont précipités sur les obligations russes depuis le début de l’année alors que la demande d’actifs des marchés émergents augmentait et que les craintes de nouvelles sanctions refluaient. Ils détenaient 26,2 pour cent de la dette à la fin de mars, selon la banque centrale, après que ce chiffre eut baissé à 24 pour cent l’an dernier par crainte que les États-Unis n’imposent des restrictions sur la détention de cette dette.

Le projet d’ArcelorMittal d’acheter une aciérie indienne en faillite au prix de 6 milliards $ a été temporairement suspendu par la Cour suprême d’Inde, retardant encore les efforts du magnat Lakshmi Mittal pour pénétrer le deuxième plus grand marché au monde. La Cour suprême a décidé que le statut d’Essar Steel India Ltd. actuel doit être maintenu, en attendant l’examen par un tribunal des faillites qui entend les appels se rapportant à la vente. La société est actuellement gérée par un administrateur désigné par le tribunal. La décision de vendredi répondait à des demandes par des banques, y compris Standard Chartered Plc, qui se battaient pour savoir comment l’argent de la vente de la société devrait être distribué.

Asie

Les exportations chinoises ont rebondi après le congé du Nouvel An lunaire à la faveur d’un regain d’optimisme entourant les négociations commerciales alors qu’une poursuite de la dérive des importations soulignait la fragilité de l’économie intérieure. Les exportations ont bondi de 14,2 pour cent en mars par rapport à l’année précédente alors que les importations ont chuté de 7,6 pour cent en dollars, selon l’administration douanière vendredi. Cela laisse un excédent commercial de 32,65 milliards $, avec un excédent bilatéral avec les États-Unis qui a grimpé à 20,5 milliards $ au cours du mois comparativement à 14,7 milliards $ en février.

SoftBank Group Corp. a vendu la plus importante obligation de sociétés locales à ce jour vendredi, alors que son fondateur milliardaire, Masayoshi Son, lutte contre les perceptions au sujet de la dette massive du conglomérat. La société a tarifé pour 500 milliards de yens de billets (4,5 milliards $US) arrivant à échéance en avril 2025, avec un coupon de 1,64 pour cent, selon une déclaration officielle. Elle a sollicité les investisseurs individuels pour mobiliser des capitaux et utilisera les fonds réunis pour aider à rembourser d’autres emprunts. La société doit rembourser 700 milliards de yens en obligations d’ici le 12 septembre.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.