Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Imperial Tobacco Canada, la filiale canadienne de British American Tobacco Plc, a réussi à se protéger contre les créanciers et est la deuxième grande société de tabac à le faire après une importante défaite en justice dans des poursuites concernant les risques pour les fumeurs. La société a obtenu la protection de la Cour supérieure de l'Ontario, selon un communiqué publié mardi. La décision lui permet de poursuivre normalement son exploitation et fait suite à une action similaire de JTI-Macdonald, filiale de Japan Tobacco  Inc., la semaine dernière. Les actions de BAT ont chuté de 15 % mercredi matin à Londres. Les unités canadiennes de BAT, de Japan Tobacco et de Philip Morris International Inc. s'étaient vu ordonner plus tôt ce mois de payer des dommages estimés à environ 13,6 milliards $ après avoir perdu en appel dans des actions collectives intentées par des fumeurs du Québec. BAT a dit la semaine dernière que la décision entamerait son bénéfice et a mis de côté 758 millions $ pour couvrir les dommages.

Quebecor a déclaré un bénéfice par action rajusté des activités maintenues au quatrième trimestre qui a dépassé les estimations les plus élevées des analystes. Le BPA rajusté du 4T tiré des activités maintenues s'est établi à 0,52 $ contre une estimation de 0,46 $ (fourchette de 0,43 à 0,51 $).

Empire Co a déclaré un bénéfice par action rajusté au troisième trimestre qui était inférieur aux estimations des analystes. Le BPA rajusté du 3T s'est élevé à 0,27 $ comparativement à une estimation de 0,30 $.

États-Unis

La liste des autorités de réglementation du monde qui ont banni les vols du Boeing 737 Max continue de s'allonger, Hong Kong étant la plus récente à fermer son espace aérien à l'appareil. La Federal Aviation Administration des États-Unis est de plus en plus seule dans sa position en estimant toujours que l'avion peut voler en toute sécurité, alors que même le président Donald Trump critique la complexité des avions modernes. Les actions de Boeing ont chuté de plus de 6 pour cent hier et étaient à nouveau à la baisse avant l'ouverture ce matin.

Le marché mondial des options sur le pétrole a été le plus actif cette semaine depuis novembre avec une série d'achats par ce qui semblait être de grands producteurs cherchant à se protéger contre la chute des prix. Lundi, les opérations étaient dominées par les options de vente à 60 $, qui donnent à leurs porteurs le droit de vendre des contrats de pétrole pendant le reste de 2019, avec un total de 16 millions de barils qui changeront de main en juin, août et septembre, d'après les données de ICE Futures Europe. Plus de 8 millions de barils de contrats similaires ont été négociés hors cote, d'après des personnes bien informées de la question.

Europe

Le rejet hier de l'accord sur le Brexit de la première ministre Theresa May ne peut avoir qu'une conséquence : de nouveaux votes sur le Brexit au Parlement. À 15 h HE les députés britanniques tiendront une série de votes qui devraient démontrer qu'ils ne souhaitent pas sortir de l'Union européenne le 29 mars sans accord de divorce. Ce vote sera suivi par d'autres, jeudi, pour décider de ce qu'ils veulent effectivement. Toute prolongation du délai devrait être entérinée par l'UE qui a dit qu'il lui faudrait une « justification crédible » pour une telle décision. Toujours au Parlement britannique, le chancelier de l'échiquier, Philip Hammond, doit présenter l'énoncé du budget du printemps qui comprendra sans aucun doute de nombreuses réserves importantes imputables aux Brexit.

Asie

L'économie du Japon semble avoir connu un début d'année 2019 difficile, puisque le ralentissement économique mondial et la montée des tensions commerciales menacent de briser son élan juste avant une augmentation de la taxe des ventes hasardeuse plus tard cette année. Les commandes de machines publiées mercredi étaient particulièrement mauvaise, contre toute attente, ce qui constitue un signal d'avertissement sur les investissements en immobilisations alors qu'une enquête antérieure cette semaine avait conclu que les fabricants japonais sont plus déprimés que jamais depuis des années. Les exportations et la production des usines ont chuté plus que prévu et le gouvernement a mis en garde contre un risque de récession.

La Chine a assoupli ses règles d'émission d'obligations pour les instruments de financement des collectivités locales grevées de dettes qui doivent faire face à un montant record d'échéances cette année. La bourse de Shanghai permettra désormais aux unités de financement qui génèrent plus de la moitié de leur chiffre d'affaires auprès des administrations locales de vendre des obligations sur sa plate-forme si le produit est utilisé pour du refinancement, selon des personnes bien informées du dossier.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.