Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

La filiale de SNC-Lavalin, TransitNEXT, a été sélectionnée par la ville d'Ottawa comme soumissionnaire préféré pour le projet de prolongement de la Ligne Trillium. Ce chantier coûtera environ 660 millions $ et SNC-Lavalin fournira quelque 136 millions $ de capitaux privés. Le projet ajoutera environ 12 kilomètres à voie unique et double, allongeant la ligne Trillium de Greenboro à Limebank, et une ligne secondaire de 4 kilomètres qui reliera le centre-ville à l'Aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa. Comme unique proposant dans l'équipe TransitNEXT, SNC-Lavalin assurera la conception, la construction, le financement et l'entretien du nouveau prolongement et assumera la responsabilité de la maintenance à long terme (27 ans).

États-Unis

Un accord entre les États-Unis et la Chine pour abandonner la menace des tarifs douaniers urge pour une économie mondiale donnant déjà des signes de dommages dus à la guerre commerciale. Les économistes ont prédit que les tarifs douaniers instaurés coup pour coup entre les États-Unis et la Chine pourraient amputer la croissance mondiale, et les preuves sont là. Les commandes à l'exportation de la Chine ont chuté le mois dernier au plus bas niveau en une décennie sur fond d'indices d'un ralentissement plus marqué des usines dans la deuxième économie du monde. Dans la zone euro, un indicateur clé de l'activité manufacturière a chuté à un niveau dénotant une contraction.

L'administration Trump cherche à nouveau à imposer de sérieuses compressions dans la division du département de l'énergie des États-Unis responsable de l'énergie renouvelable et de la recherche sur l'efficacité énergétique, selon un représentant du ministère informé du projet. Cette personne, qui a revendiqué l'anonymat, a dit que l'Office of Energy Efficiency and Renewable Energy verrait réduire son budget de 2,3 milliards $US d'environ 70 pour cent, à 700 millions $ US, dans le budget de l'exercice 2020 du président Donald Trump qui doit être publié lundi.

Europe

Les négociateurs européens et britanniques sont pessimistes quant aux chances d'un déblocage dans les discussions sur le Brexit, le Royaume-Uni accusant le bloc d'intransigeance et les négociateurs européens craignant que, tout ce qu'ils pourraient offrir ne suffirait pas pour rallier le Parlement britannique à l'accord de Theresa May. Selon trois personnes bien informées du côté européen, on craint de plus en plus que les concessions que le bloc serait disposé à faire ne suffisent pas à remporter l'adhésion d'une majorité à la Chambre des communes. L'UE rechigne à modifier sa position si elle n'est pas sûre que cela permettrait l'adoption de l'accord.

Les obligations italiennes étaient en tête d'une reprise du marché obligataire de la zone euro après l'annonce par la Banque centrale européenne d'une nouvelle série de prêts bon marché, aidant à soutenir les banques en difficulté du pays. Les rendements des titres de référence ont chuté au plus bas en sept mois après que la BCE a remanié son communiqué pour dire qu'elle dévoilera des prêts dans le cadre des opérations de refinancement à long terme ciblées en septembre. Les marchés monétaires ont repoussé les prévisions d'une hausse de taux de 10 points de base par la BCE de juillet 2020 à septembre 2020 avant la publication du communiqué. La BCE publiera ses prévisions économiques à 13 h 30, heure de Londres.

Asie

La Chine a établi des règles plus strictes pour son secteur de financement privé de 12 700 milliards de yuans (1 900 milliards $US) en resserrant la surveillance alors que le gouvernement cherche à juguler les risques financiers, selon des personnes bien informées du dossier. Les nouvelles règles de l'Association de la gestion d'actifs de Chine obligeraient les fonds de couverture et fonds de capital-risque à mobiliser au moins 10 millions de yuans avant d'enregistrer un produit, mettant fin à la pratique populaire qui consistait à démarrer avec de faibles montants, ont dit ces personnes, refusant d'être identifiées parce que le projet n'a pas été rendu public. Les fonds de placement privés et de répartition d'actifs devraient mobiliser davantage de capitaux dans le cadre de ce projet.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.