Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Alberta Investment Management Corp. a acheté plus de 90 pour cent du promoteur espagnol d'énergie éolienne, Eolia Renovables de Inversiones, à Oaktree Capital Group LLC et à d'autres investisseurs. Eolia gère des actifs d'énergie renouvelable représentant 669 mégawatts et a d'autres possibilités d'aménagement en Espagne. Les conditions de la transaction n'ont pas été dévoilées, mais selon un article de l'Expansion paru en novembre, la transaction était valorisée à 1,4 milliard € (1,6 milliard $US), dont 800 millions € de dette. L'ajout d'un producteur d'électricité éolienne s'inscrit dans le cadre d'un effort de l'Alberta, berceau de l'essentiel de l'industrie pétrolière du Canada, pour se procurer une plus grande partie de son électricité de sources renouvelables. La province s'est fixé comme objectif d'obtenir 30 pour cent de son énergie de sources renouvelables d'ici 2030, le reste provenant de centrales thermiques au gaz naturel.

La directrice financière de Huawei Technologies Co., Meng Wanzhou, entame mercredi sa bataille contre son extradition aux États-Unis où elle est accusée de fraude, soutenue par un bataillon d'avocats qui se préparent à une offensive juridique tous azimuts. La Cour suprême de la ColombieBritannique à Vancouver doit fixer la date de sa première audience d'extradition – le début d'une procédure politiquement explosive qui pourrait s'étaler sur plusieurs années et à laquelle est mêlé le sort de deux Canadiens détenus en Chine. Meng Wanzhou est en résidence surveillée dans sa propriété de Vancouver depuis son arrestation, le 1er décembre, où elle a été arrêtée alors qu'elle se rendait au Mexique.

États-Unis

Alors que la paralysie de l'administration fédérale américaine qui a duré 35 jours a pris fin en janvier, pour les négociateurs de matières premières, de devises et d'un certain nombre de contrats financiers, la perturbation ne prendra fin que vendredi quand la Commodity Futures Trading Commission rattrapera enfin son retard de publication de données sur le marché. La CFTC publiera des chiffres sur le positionnement du marché selon son calendrier ordinaire pour la première fois en 2019 autour de 15 h 30 à New York. L'interruption d'activité fédérale a retardé la publication des données pendant plus de deux mois au cours desquels les opérateurs et investisseurs ont dû agir au jugé. Certains se sont appuyés sur de nouveaux modèles et sur les prix des options. Mais sans statistiques complètes, certains mouvements du marché ont laissé les participants dans la confusion, par exemple quand le yen japonais a grimpé en flèche pendant sept minutes en janvier.

Les malades atteints de dépression grave disposeront d'une nouvelle thérapie à action rapide lorsque les États-Unis autoriseront un médicament de pointe susceptible de mettre fin au mode de traitement actuel de leur pathologie. La Food and Drug Administration a donné mardi le feu vert à Johnson & Johnson pour son médicament nasal Spravato, produit chimique cousin de la kétamine, un anesthésiant, qui a pour effet de soulager rapidement les symptômes de la dépression. Spravato coûtera entre 4 720 et 6 785 $US au cours du premier mois puis baissera à une fourchette de 2 360 à 3 540 $US par mois, selon un message électronique de J&J. L'autorisation du premier médicament marquant une percée dans le traitement de la dépression depuis Prozac en 1987 pourrait annoncer une vague de nouvelles thérapies à action rapide. Les options actuelles nécessitent habituellement plusieurs semaines pour produire un effet et ne conviennent pas à tous les patients. Des sociétés telles que Sage Therapeutics Inc. et Allergan Plc font aussi des essais de médicaments contre la dépression à action rapide.

Europe

L'économie mondiale souffre plus que prévu des tensions commerciales et de l'incertitude politique qui assombrissent les perspectives, particulièrement en Europe, selon un rapport sombre de l'OCDE. Comme il s'agit des premières prévisions de l'organisation depuis près de quatre mois, celle-ci fait essentiellement du rattrapage. Au cours de cette période, il y a eu peu de bonnes nouvelles dans les plus grandes économies du monde. La faiblesse dans la zone euro et en Chine s'est révélée plus persistante, la croissance du commerce international a fortement diminué et l'incertitude entourant le Brexit a continué. Les chiffres de l'OCDE sont plus pessimistes que ceux du FMI pour de nombreuses économies, particulièrement dans la zone euro et au Royaume-Uni, et l'organisation prévient que la situation pourrait empirer. L'OCDE a réduit ses prévisions de croissance pour cette année de 1,8 pour cent à 1 pour cent. Les autorités monétaires de la BCE se réunissent à Francfort cette semaine et l'OCDE estime qu'elle devrait annoncer un report de toute hausse de taux et éventuellement adopter de nouvelles mesures de financement pour les banques. Ces deux mesures devraient être débattues à Francfort jeudi.

Asie

L'économie du Japon risque de sombrer dans une récession après l'augmentation de la taxe de vente qui freinera la demande, prévue plus tard cette année, malgré un ensemble de mesures gouvernementales pour en limiter le contrecoup, selon Yutaka Harada, membre du conseil de la Banque du Japon. Se démarquant de la minimisation habituelle des effets possibles d'une hausse des taux par la BdJ, M. Harada a rappelé aux dirigeants d'entreprises à Yamanashi, au Japon, que les économistes avaient sous-estimé l'effet et la durée de l'impact négatif de la dernière hausse de la taxe en 2014. La banque centrale a augmenté ses mesures de stimulation six mois après la hausse de la taxe, qui avait sérieusement freiné la consommation.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.