Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le marché immobilier résidentiel de Toronto a enregistré sa plus forte baisse mensuelle des ventes depuis un an le mois dernier, incitant la chambre immobilière de la ville à demander une révision des nouvelles règles hypothécaires qui, pense-t-elle, écartent des acheteurs potentiels. Les ventes ont chuté de 7,7 pour cent sur une base ajustée des effets saisonniers à 6 212, ce qui représente la plus forte baisse depuis février 2018, selon un communiqué du Toronto Real Estate Board paru mardi. Les prix de référence, qui s'ajustent en fonction du type d'habitat vendu, ont grimpé de 0,8 pour cent par rapport au mois précédent, à 767 800 $.

Equifax® Canada révèle que les prêts à la consommation en souffrance ont amorcé un modeste virage à la hausse au dernier trimestre de 2018. Le taux des prêts hypothécaires en souffrance depuis 90 jours a augmenté de 1,5 pour cent à 0,18 pour cent et les taux non hypothécaires comparables étaient en hausse de 0,4 pour cent à 1,07 pour cent. Cela se produit après deux trimestres d'augmentations importantes des faillites de consommateurs. La dette de consommation totale, y compris les prêts hypothécaires, a grimpé à 1 906 milliards $ au T4, comparativement à 1 821 milliards $ au T4 2017 (+4,6 pour cent). La position moyenne non hypothécaire par consommateur a atteint 23 520 $, soit une hausse de 3 pour cent par rapport au même trimestre l'an dernier. « Comme nous le prévoyions, le ver entre dans le fruit du marché du crédit canadien, a dit Bill Johnston, vice-président, Données et analytique, d'Equifax Canada. Les faillites étaient en hausse de 15 pour cent au deuxième semestre de 2018 et la faible hausse des taux de prêts en souffrance masque certaines faiblesses sous-jacentes. La multiplication des défaillances deviendra la norme en 2019. » Alors que les taux de souffrance de 90 jours et plus ont augmenté marginalement depuis un an, les aînés ont maintenant déclaré trois trimestres d'affilée d'augmentations des défaillances. Au T4, le taux de défaillance des aînées a augmenté de 7,2 pour cent et le mouvement s'accélère. Dans une perspective régionale, le Manitoba a enregistré la plus forte augmentation des défaillances, à 6 pour cent, alors que celles-ci sont aussi en hausse en Saskatchewan (1,1 pour cent), au Québec (1 pour cent) et en Colombie-Britannique (0,6 pour cent).

États-Unis

Les États-Unis ont confirmé qu'ils reportent « jusqu'à nouvel ordre » une augmentation de tarifs douaniers prévue sur des marchandises chinoises, ce qui est le signe le plus récent que les deux économies pourraient être en train de s'orienter vers une désescalade dans leur différend commercial. Officialisant un projet annoncé la semaine dernière par le président Donald Trump, le représentant américain au Commerce a publié une déclaration dans le Federal Register affirmant le « report de la date à laquelle le taux de droits de douanes additionnelles augmentera à 25 % pour les produits de Chine couverts par l'action de septembre 2018, dans cette enquête ». Les nouveaux tarifs douaniers devaient prendre effet le 1er mars, mais les droits resteront à 10 pour cent, selon la déclaration.

Huawei Technologies Co., qui ne se contente plus de se défendre des accusations américaines d'espionnage et de fraude bancaire, reprend l'initiative avec une offensive devant les tribunaux. Le géant chinois de la technologie compte intenter cette semaine un procès alléguant que le gouvernement américain a outrepassé ses pouvoirs en interdisant l'installation d'équipements Huawei dans certains réseaux, selon des personnes bien informées du dossier. Cette plainte pourrait être déposée quelques jours à peine après que la chef des finances, Meng Wanzhou, a engagé une poursuite contre le gouvernement du Canada qui aurait piétiné ses droits constitutionnels – un effort pour discréditer les charges pesant contre elle en attendant une extradition potentielle aux États-Unis pour fraude bancaire.

Europe

British American Tobacco Plc a annoncé qu'une défaite en justice au Canada au sujet des risques de l'usage du tabac réduira son bénéfice cette année, avec la mise de côté de 758 millions $ pour couvrir les dommages et intérêts. Le fabricant des cigarettes Lucky Strike avait mis la somme en réserve après une décision en 2015 par une instance inférieure au Canada, où la société réalise environ 4 pour cent de son bénéfice. La division canadienne de BAT, Philip Morris International Inc., et Japan Tobacco Inc. ont perdu en appel vendredi dans une poursuite réclamant pour 17 milliards $ de dommages et intérêts au Québec. La société de Londres a dit mardi qu'elle comptabilisera une charge en déduction de son bénéfice de 2019 au montant du dépôt. La division canadienne de BAT compte faire appel auprès de la Cour suprême. L'action a rebondi de 1,6 pour cent après une chute initiale.

Asie

La tentative du président américain, Donald Trump, de faire pression sur l'Inde sur les questions commerciales pourrait être un coup de semonce pour New Delhi, mais son inopportunité risque d'avoir des conséquences politiques plus larges. L'administration Trump a avisé le Congrès lundi qu'elle veut annuler les concessions commerciales faites à l'Inde, le plus grand bénéficiaire de ce qui a été appelé le système généralisé de préférences qui touche pour quelque 5,7 milliards $US de marchandises. La décision affecte une petite fraction des flux commerciaux de l'Inde, mais elle tombe à quelques semaines des élections nationales du pays, juste au moment où le gouvernement du premier ministre Narendra Modi se vante de ses prouesses en politique étrangère et de sa force militaire après une confrontation avec le Pakistan.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.