Haut de la page

Commentaire financier du jour

Canada

Le prix du pétrole brut canadien a fléchi après que deux oléoducs critiques sont restés partiellement fermés pendant une enquête sur une fuite possible au Missouri. Le prix du pétrole lourd Western Canadian Select à livrer en mars s'est négocié à 10,30 $US en dessous de la moyenne du mois pour les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate, comparativement à un écart de 9,40 $US plus tôt jeudi, selon les données de Net Energy Exchange. Les prix ont fléchi parce que l'arrêt des oléoducs Keystone de TransCanada  Corp. et Platte d'Enbridge Inc. mercredi s'est prolongé et a menacé de provoquer une montée des stocks en Alberta.

Nutrien Ltd. a constitué un « stock stratégique » d'ingrédients chimiques qu'elle importe de Chine. La décision a été prise au cas où les États-Unis décideraient d'augmenter les droits de douane 10 pour cent sur les marchandises asiatiques à 25 pour cent, selon le chef de la direction, Chuck Magro. L'incertitude commerciale exerce une pression sur les prix mondiaux des cultures et les stocks serviront à amortir le choc et à aider la société à éviter d'augmenter les prix qu'elle facture aux agriculteurs, a-t-il dit.

BCE Inc. a dit qu'une interdiction éventuelle des équipements de télécommunications de Huawei Technologies Co. au Canada n'affecterait pas ses projets d'investissement en immobilisations ni le calendrier du déploiement des réseaux 5G.

États-Unis

Les marchés houleux ont été une aubaine pour les gestionnaires actifs de fonds négociés en bourse, un secteur qui a longtemps été synonyme d'augmentation de l'investissement passif. Les gestionnaires de FNB qui sélectionnent une à une les actions et les obligations ont attiré un volume record de 27,5 milliards $US de nouveaux investissements l'an dernier, alors que les afflux vers les FNB indiciels ont ralenti pour la première fois depuis 2013, selon Morningstar. Les fonds stratégiques bêta, un hybride entre la gestion active et la gestion passive, ont également connu une année record, engrangeant 74 milliards $US. Bien que les fonds passifs dominent toujours le secteur, les gains révèlent qu'il y a de la place pour les gestionnaires actifs dans les FNB, particulièrement quand les marchés sont volatils. C'est une bonne nouvelle pour les émetteurs de FNB spécialisés dans les stratégies plus élaborées qui ont eu du mal à gagner du terrain par rapport aux fonds indiciels peu coûteux offerts par des géants tels que BlackRock Inc. et Vanguard Group.

Le président de la Réserve fédérale de St. Louis, James Bullard, a dit jeudi que la banque centrale n'a pas besoin de hausser les taux davantage pour atteindre son objectif de plein emploi et de maîtrise de l'inflation.

Europe

Les actions européennes étaient encore en baisse en début de journée vendredi, accusant un retard sur la plupart des indices asiatiques et américains, après que le président américain, Donald Trump a dit qu'il ne rencontrera pas le président chinois Xi Jinping avant la date butoir de l'entrée en vigueur des nouveaux tarifs douaniers en mars.

Asie

Les actions chinoises ont grimpé ces dernières semaines où l'optimiste pour un rapprochement entre Washington et Pékin a progressé, l'indice Hang Seng China ayant monté de 12 pour cent du creux du 2 janvier jusqu'à lundi, soit la plus forte hausse des principaux indices du monde. Les actions chinoises figuraient parmi les plus mauvaises au monde l'an dernier où les investisseurs craignaient que les droits de douane américains n'exacerbent un ralentissement économique.

La plupart des devises des économies développées ont connu un bon début d'année. Mais il faudra des actes concrets pour que la reprise continue.

L'auteur

Michel Doucet

Michel Doucet

Vice-président et gestionnaire de portefeuille
Après l’obtention de son baccalauréat de la Faculté des Sciences sociales de l’Université du Québec à Montréal, et de sa scolarité de deuxième cycle, Michel Doucet débute sa carrière comme économiste junior au siège social de la Banque Nationale à Montréal. En 1992, il joint l’équipe du groupe institutionnel – actions et revenu fixe – de Lévesque Beaubien Geoffrion à titre d’économiste, analyste de marché. Au cours des années, il mène divers projets touchant à l’économie internationale, nord-américaine et aux finances publiques canadiennes. En 1996, l’équipe d’économistes institutionnels dont il fait partie, est classée première au pays par Brendan Wood International. En août 1997, monsieur Doucet entre au Service aux particuliers de Lévesque Beaubien Geoffrion où il occupe les fonctions d’économiste, analyste du marché à revenu fixe et vice-président. En 2004, il joint le secteur du plein exercice chez Valeurs mobilières Desjardins à titre de vice président. Il occupe les fonctions de stratège pour les titres à revenu fixe, d’économiste et de gestionnaire de portefeuille. Il gère la Direction Groupe conseil en portefeuille, Mise en marché du conseiller et Distribution de la planification financière et de l'assurance.